Accueil » A la une » « Mon amie Victoria » de Jean-Paul Civeyrac, critique cinéma-dvd

« Mon amie Victoria » de Jean-Paul Civeyrac, critique cinéma-dvd

Synopsis: Victoria, fillette noire de milieu modeste, n'a jamais oublié la nuit passée dans une famille bourgeoise, à Paris, chez le petit Thomas.Des années plus tard, elle croise de nouveau celui-ci. De leur brève aventure naît Marie. Mais Victoria attend sept ans avant de révéler l’existence de l’enfant à Thomas et à sa famille. Sous le charme de la petite fille, ils lui proposent alors de l'accueillir régulièrement.Peu à peu, Victoria mesure les conséquences de cette générosité.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Mon amie victoria"
De : Jean-Paul Civeyrac
Avec : Guslagie Malanga, Nadia Moussa, Catherine Mouchet, Pascal Greggory, Alexis Loret
Sortie le : 06 novembr 2015
Distribution : Blaq Out
Durée : 90 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Les meilleurs dvd Novembre 2015 ( 9 ème )

Quand elle débarque pour un soir dans l’appartement de la mère de Thomas ( Catherine Mouchet ) Victoria, 8 ans,  découvre le confort bourgeois d’une famille parisienne, bobo jusqu’au sourire. Accueillante, préventive, c’est avec soin qu’elle reçoit cette petite fille noire qui habituellement vit dans un 30 m2 avec sa grand-mère.

Thomas est au petit soin pour cette copine d’école, mais c’est Edouard, le grand-frère, qui la subjugue. Victoria ne découvre pas que le confort d’un lieu cosy… Mais comme un sentiment amoureux blotti dans la douceur de ce loft protecteur. Un bien être passager dont l’enfant conservera longuement le souvenir ravivé par ses retrouvailles inopinées avec Thomas, une quinzaine d’années plus tard.

La brièveté de leur rencontre, dont naîtra Marie, efface tout retour sur le passé. Victoria (Guslagie Malanda) ne dit rien de sa grossesse, elle vivra avec les siens et sa petite fille …

La famille accueille toujours Victoria et sa petite fille, "leur" petite fille
La famille accueille toujours Victoria et sa petite fille, « leur » petite fille

Cette histoire émouvante, adaptée du roman « Victoria et les Staveney » de Doris Lessing, est  tissée sur la nostalgie et le clivage sociétal que le réalisateur Jean-Paul Civeyrac entretient tout au long de son récit. Son héroïne vit dans la marge du temps  et les secrets de son passé. Un double regard pour le spectateur dans l’attente d’un dénouement prévisible, qui ne le sera pas forcément.

Cet autre monde qu’elle côtoie depuis sa tendre enfance ne lui est pas accessible. Victoria n’a jamais eu son destin en main. C’est ce que raconte en voix off la récitante de sa vie, procédé peu courant dans le cinéma français, à l’opposé des Usa très portés sur le genre qu’ils maîtrisent parfaitement.

Civeyrac reprend la technique qui à mon avis dédouble ici bien souvent le récit ; on n’ignore plus rien des sentiments de Victoria , déjà rapportés en détail sur des images qui dès lors illustrent plus qu’elles ne représentent. C’est assez plat au bout du compte, trop gentiment raconté comme l’est avec insistance le père de Thomas ( Pascal Greggory)…

Victoria et Thomas
Victoria (Guslagie Malanda)  et Thomas ( Pierre Andrau)

Tout ce qui peut se passer autour de l’héroïne et de sa petite fille passe à la trappe, petite reine ballottée dans les souvenirs d’une maman qui visiblement ne porte pas la même attention à son petit frère né d’une autre rencontre. La différence de traitement est patente. On  comprend Victoria , mais on ne partage plus son univers, ses appréhensions, ses angoisses.

Un point de vue conforté par cette multiplication de plans rapprochés qui accentuent l’enfermement, la distanciation . Le réalisateur  la cautionne,  on passe à autre chose …

LES SUPPLEMENTS

Deux courts métrages.

  • « Une heure avec Alice » (2 mn). Un hommage aux frères Lumière, joliment décalé, en imaginant la préparation d’une jeune femme  pour sa journée. Elle écoute un reportage sur les premiers films des frères Lumière
  • « Françoise au printemps » (6 mn). Il reprend  le même principe que précédemment, avec Fassbinder .Une jeune femme  le découvre à travers l’un de ces films, relatif à la situation politique de l’Allemagne au moment de la bande à Baader. La manière dont il conduit son propos est judicieuse, rapportée aux préoccupations de son héroïne qui tourne un film. Elle  demande à la réalisatrice de changer son personnage pour l’adapter à la réalité du moment. Les Roms, dit-elle, mais aussi l’affaire Bettencourt, les pauvres…

mon amie victoria

  • Entretien avec Jean-Paul Civeyrac (22 mn) .Il aborde très clairement les attentes d’une structure narrative, très différente s’il elle vient d’une adaptation ou d’un scénario personnel. Il fait beaucoup référence à ses autres films (A travers la forêt, Fantômes…) en regard du personnage de Victoria, ses ressemblances, le passage de la poésie au romanesque. Le cinéma est par essence mélancolique, dit-il.

Comment est-il venu au gros plan, des plans qui duraient longtemps, mais pas forcément des plans séquences. A partir de cette réflexion, il émet une analyse technique sur l’utilisation d’un tel procédé aujourd’hui dit-il très marqué par les effets spéciaux. Ils sont très performants à ses yeux, mais ne l’intéressent pas du tout.

  • http://www.blaqout.com/film/mon-amie-victoria

Les meilleurs dvd Novembre 2015 ( 9 ème ) Quand elle débarque pour un soir dans l’appartement de la mère de Thomas ( Catherine Mouchet ) Victoria, 8 ans,  découvre le confort bourgeois d’une famille parisienne, bobo jusqu’au sourire. Accueillante, préventive, c’est avec soin qu’elle reçoit cette petite fille noire qui habituellement vit dans un 30 m2 avec sa grand-mère. Thomas est au petit soin pour cette copine d’école, mais c’est Edouard, le grand-frère, qui la subjugue. Victoria ne découvre pas que le confort d’un lieu cosy… Mais comme un sentiment amoureux blotti dans la douceur de ce loft protecteur. Un…

Review Overview

Le film
Les bonus

Etonnant comme une histoire assez prenante sur le papier devient sur grand écran étrangère à notre regard. Elle se dévide plus qu’elle ne se déroule. En cause me semble-t-il cette voix off qui n’arrive pas à poser le temps, les sentiments, mais qui débite l’histoire de Victoria, au fur et à mesure qu’elle nous apparaît sur les images. La représentation censée être une part du cinéma devient alors de l’illustration. Avis bonus Deux courts métrages originaux et une rencontre avec le réalisateur

User Rating: Be the first one !
Mon amie victoria (DVD) de Jean-Paul Civeyrac
Date de sortie du DVD : 6 November 2015
Format : PAL
Studio : Blaq Out
Duree : 90 minutes

PRIX : EUR 16,99 (Prix de depart : EUR 17,00)

Voir aussi

« Sing street » de John Carney. Critique cinéma-bluray

Deauville n'en voulait pas, Dinard lui a tout accordé