Accueil » A la une » « Maestro » de Léa Fazer. Critique cinéma

« Maestro » de Léa Fazer. Critique cinéma

Synopsis: Henri, un jeune acteur qui rêve de jouer dans « Fast & Furious », se retrouve engagé dans le film de Cédric Rovère, monstre sacré du cinéma d’auteur. Les conditions du tournage ne sont pas tout à fait celles auxquelles il s’attendait… Mais le charme de sa partenaire et la bienveillance du maître vont faire naître en lui des sentiments jusqu’alors inconnus. Et Rovère, conquis par la jeunesse et la fantaisie d’Henri, vivra ce tournage comme un cadeau inattendu.

La fiche du film

Le film : "Maestro"
De : Léa Fazer
Avec : Pio Marmai, Michael Lonsdale
Sortie le : 23/07/2014
Distribution : Rezo Films
Durée : 85 Minutes
Genre : Comédie dramatique
Type : Long-métrage
Le film

L’affiche est nulle et c’est dommage. Elle freine l’élan d’un  beau projet qui malgré la mort de son instigateur a pu voir le jour de très belle manière. Jocelyn Quivrin venait de tourner avec Rohmer, un peu à reculons, le rôle d’un berger dans l’adaptation de « L’Astrée » d’Honoré d’Urfé. Lui qui rêvait de productions conséquentes se retrouve sur un tournage à l’ancienne, avec  peu de moyens et une histoire pastorale du XVII ème siècle qui ne lui ressemble pas.

Le courant va pourtant passer entre le jeune comédien et le vieux réalisateur et l’accueil du film à la Mostra de Venise le convainc alors de raconter sa métamorphose cinématographique Il en écrit l’histoire qui devient scénario mais un accident de voiture le 16 novembre 2009 met fin à l’aventure que reprendra quelques temps plus tard Léa Fazer . Jocelyn Quivrin  venait de tourner avec elle «  Notre univers impitoyable ».

La réalisatrice connait donc bien la sensibilité du comédien et la complicité qui les unit donne ici le ton d’une comédie parfaite qui se joue des codes du cinéma d’auteur, tout en lui redonnant ses lettres de noblesse. Car on rit beaucoup du désenchantement de ce jeune acteur affublé de la tunique d’un pâtre, jouant les amoureux éconduits à l’époque des druides. Lui, qui rêve d’actions et d’effets spéciaux, dans des blockbusters internationaux, anone un texte hermétique.

photo-Maestro-2014-6

A ce stade j’avoue que j’ai pensé à un «  foutage de gueule » , une moquerie à l’égard de ce cinéma que Rohmer avait déjà incarné avec«  Perceval le Gallois ». Mais très vite, le jeu des comédiens (Pio Marmai et Michael Lonsdale, excellent duo) libère toute ironie ou méchanceté pour asseoir un récit de vie et de liberté, d’amour et d’amitié .

On rit toujours devant ce décorum champêtre ( une branche d’arbre illustre toute une forêt ) mais le film dans le film révèle  un univers où l’innocence de la fiction n’est plus très éloignée des préoccupations du quotidien.

Ne serait-ce que les amours de notre jeune benêt qui se pâme d’admiration pour la jeune comédienne vedette – Déborah François , parfaite  qui le renvoie à son inculture (son dernier rôle : un citron pour une publicité…). Les avatars du tournage, les coups bas entre comédiens pour se piquer la starlette … poursuivent sur le même tempo, que Michael Lonsdale (portrait magnifique de l’acteur) reprend à son compte avec quelques considérations sur le métier («  Le numérique ça ne vit pas » dit-il devant sa bonne vieille pellicule.)

Et dire qu'il rêvait de blockbuster
Et dire qu’il rêvait de blockbuster

Des scènes hilarantes, les rapports entre l’élève et le vieux maître ( beau film aussi sur la transmission), tout concourt à faire de ce « Maestro » un bonheur de cinéma. Pas un film d’auteur, mais un film pour les auteurs.

L’affiche est nulle et c’est dommage. Elle freine l'élan d’un  beau projet qui malgré la mort de son instigateur a pu voir le jour de très belle manière. Jocelyn Quivrin venait de tourner avec Rohmer, un peu à reculons, le rôle d’un berger dans l’adaptation de « L’Astrée » d’Honoré d’Urfé. Lui qui rêvait de productions conséquentes se retrouve sur un tournage à l’ancienne, avec  peu de moyens et une histoire pastorale du XVII ème siècle qui ne lui ressemble pas. Le courant va pourtant passer entre le jeune comédien et le vieux réalisateur et l’accueil du film à la Mostra de Venise…

Review Overview

Le film

Léa Fazer a repris le projet de Jocelyn Quivrin sur son expérience du tournage avec Eric Rohmer, un coup d’œil à la fois amusé et très respectueux sur le cinéma d’auteur qui devient ici une excellente comédie, menée de main de  maître par Michael Lonsdale  et Pio Marmaï. Entre les deux, Déborah François compte les points, avec malice .Le rire et le frisson se partagent le bonheur d’une projection tout en finesse, et drôlerie. Un film sur l'amitié et la transmission, un film rare...

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Moka » de Frédéric Mermoud. Critique dvd

Diane a perdu son fils dans un accident de la circulation. La voiture ne s’est pas arrêtée. …