Accueil » A la une » « Le Grand Jeu » de Aaron Sorkin. Critique cinéma

« Le Grand Jeu » de Aaron Sorkin. Critique cinéma

Synopsis: En 2004, à la suite d’un grave accident, la jeune Molly Bloom abandonne ses espoirs de médaille olympique et débarque à Los Angeles. Simple assistante, elle épaule son patron qui réunit toutes les semaines des joueurs de poker autour de parties clandestines. Virée sans ménagement, elle décide de monter son propre cercle. Le succès est immédiat et vertigineux.

La fiche du film

Le film : "Le Grand jeu"
De : Aaron Sorkin
Avec : Jessica Chastain, Idris Elba
Sortie le : 03/01/2018
Distribution : SND
Durée : 140 Minutes
Genre : Thriller, Drame
Type : Long-métrage
Le film

Le cinéma s’inspire du poker pour relater des destins hasardeux. Il en fait parfois le sujet de ses films, ou une thématique majeure. Entre les deux, ce jeu qui ne doit rien à la chance, permet de scénariser une vie qui à l’origine n’attendait rien d’un bluff et d’une paire de rois.

A la suite d’un accident lors d’une compétition, la reine des neiges, si prometteuse, quittera pourtant la piste enneigée pour celle des tapis verts. L’histoire de Molly Bloom est vraie, la voici reine du poker.

Après avoir épaulée son patron qui la vire sans ménagement, la jeune femme crée son propre cercle de jeu. Les parties clandestines sont colossales, les vedettes du show biz rappliquent. Molly comprend le bon moment où il lui faut rebondir. Opter pour les bons clients, s’attirer leur bienveillance, et peut-être de véritables appuis. Mais l’empressement de certains n’ira jamais où ils espèrent aller. Molly ne couche pas, et rejette toute aventure sentimentale.

Depuis ses premières glissades à la neige, son père ( Kevin Costner, très bien )  a toujours veillé à ce qu’elle soit la meilleure…

A cette règle de conduite personnelle, elle n’omet pas celle que la loi lui impose : aucun pourcentage sur les gains. Le cadre est strict mais son respect lui vaut de grimper dans la hiérarchie jusqu’à en atteindre le sommet. Et des sommes pharaoniques qu’elle craint un jour ne pouvoir rembourser. Histoire de s’en préserver, elle imagine alors sa petite cagnotte, Molly prélève son dû.

Ce qui n’échappe pas à la Mafia russe, familière de ses jeux. Entrée sur son insistance – mais elle n’en connaissait pas l’origine-  la pègre la menace maintenant de tout rafler. Le FBI la contacte, le show-biz panique… C’en est trop pour la business woman qui jette alors l’éponge, ce que ne fait pas la justice. Molly ne comprend pas cette insistance plus de deux ans après les faits.

L’avocat Jaffey se charge donc des explications. Idris Elba que j’ai trouvé très bien et surprenant dans le rôle apparait très vite dans l’histoire. Et c’est heureux tant la confrontation avec sa cliente élève les débats par ailleurs d’un classicisme un brin lourdingue. Autant les subtilités du poker me sont passées parfois au-dessus (Aaron Sorkin ne se prive pas de les étaler) autant les joutes verbales confèrent à la mise en scène sa véritable raison d’être.

Autour d’un dossier bien souvent constitué d’éléments irrecevables, dans le seul but de confondre toute une société à travers celle qui avait su la dominer. Mais la belle n’est pas une donneuse et Jessica Chastain, non plus, qui tient pendant plus de deux heures son personnage au-dessus de la mêlée, digne et superbe.

Son interprétation colmate les faiblesses d’une réalisation sans véritable inspiration. Je ne sais pas si ça mérite un Oscar, mais un coup de chapeau, très certainement.

Le cinéma s’inspire du poker pour relater des destins hasardeux. Il en fait parfois le sujet de ses films, ou une thématique majeure. Entre les deux, ce jeu qui ne doit rien à la chance, permet de scénariser une vie qui à l’origine n’attendait rien d’un bluff et d’une paire de rois. A la suite d’un accident lors d’une compétition, la reine des neiges, si prometteuse, quittera pourtant la piste enneigée pour celle des tapis verts. L’histoire de Molly Bloom est vraie, la voici reine du poker. Après avoir épaulée son patron qui la vire sans ménagement, la jeune femme…
Le film

Après une ouverture fracassante et digne d’intérêt (des scènes de ski époustouflantes), je m’attendais à quelque chose de plus dynamique dans la réalisation d’une sorte de biopic autour d’une histoire tellement vraie qu’elle aurait mérité un autre traitement. Celle d’une skieuse professionnelle appelée sur les sommets de la gloire . Une chute va la contraindre à dévier sa trajectoire pour se retrouver par le plus grand des hasards, à la tête de cercles de jeu fréquentés par des pontes du show biz. Face aux menaces de la Mafia russe et … du FBI, sa réussite va causer sa perte. Scénariste, Aaron Sorkin se risque derrière la caméra en « fermant les yeux » laissant des spécialistes tels que Kevin Costner (très bien en papa intraitable) et Jessica Chastain assumer le plus lourd de la tâche. L’interprétation sans reproche de la comédienne permet de colmater les faiblesses de la réalisation dont la plus évidente est la longueur.(2 h 20 )

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Brigsby Bear » de Dave McCary. Critique cinéma

L’équipe du Saturday Night Live dynamite la pellicule dans une histoire d'ourson pour les grands !

Un commentaire

  1. Film très efficace comme savent le faire les américains. Dommage qu’il soit un peu long. Je retiens une très belle scène entre Jessica Chastain (excellente pendant tout le film) et Kevin Costner que l’on ne voit pas assez à mon avis.

Laisser un commentaire