Accueil » A la une » Jodie Foster, charme fatal

Jodie Foster, charme fatal

Synopsis:  Richard Donner et Mel Gibson, les inséparables de « L'arme fatale » dégainent dans « Maverick » un western-comédie. Jodie Foster y joue les trouble-fête. Rencontre, interview qui remonte à la nuit des temps. Mais ce n'est pas tous les jours que Mlle Foster décroche le Golden Globes 2021 de la meilleure actrice dans un second rôle pour "Désigné Coupable"...

La fiche du film

Le film : "Maverick"
De : Richard Donner
Avec : Mel Gibson, Jodie Foster
Sortie le : 03/08/1994
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 127 Minutes
Genre : Western, Aventure, Comédie
Type : Long-métrage

1994- Enfant prodige du cinéma, Jodie Foster n’en finit pas d’étonner. A 32 ans, elle aligne des signatures prestigieuses : Scorsese, Parker, Allen, Kaplan, Lyne… En 1991, la comédienne se mêle à l’aventure . « Le petit homme » qu’elle réalise alors est un petit chef d’œuvre ! Sa magistrale interprétation dans « Le silence des agneaux » couronne cet itinéraire peu commun. Jamais là où on l’attend !

            Hier mère possessive d’un gamin surdoué, aujourd’hui cowboy en crinoline, Jodie Foster donne le change. « Les clichés, les petites boîtes dans lesquelles on enferme les gens, je n’aime pas. » Elle se dérobe et endosse pour « Maverick » le contre-emploi avec une aisance pleine de malice.

        Dans ce western d’opérette, une comédie frisant parfois la parodie, Jodie Foster est Miss Brandsford, demoiselle qui de tripots en saloons, quête avec insistance, quelques menus dollars. Le poker est sa passion, le vol une seconde nature. Pas vraiment recommandable, donc, s’il n’y avait ce charme irrésistible auquel ne résiste pas un certain Bret Maverick (Mel Gibson).

        Flambeur de première, il s’est juré d’empocher le gros lot à la partie du siècle qui doit réunir les plus grands joueurs de poker des Etats-Unis. Pour y parvenir le chemin sera jonché de pièges et d’arnaques, et d’un danger permanent : Miss Brandsford en personne !

             Ce qui ravit l’intéressée. « Je n’aime pas vraiment le western, mais j’attendais ce rôle depuis dix ans. Je ne me sentais pas capable de réaliser moi-même une comédie. Aussi lorsque l’on m’a proposé l’histoire avec Richard Donner derrière la caméra et Mel Gibson comme partenaire je ne pouvais pas trouver mieux. J’ai lu le scénario un soir et le lendemain matin j’acceptais. »

        « Si je pouvais à chaque contrat n’inclure qu’une seule exigence ce serait celle de travailler avec cet acteur. Alors qu’après trois semaines de tournage j’ai l’impression de tourner en rond, cette fois j’avais hâte de le retrouver sur le plateau. » Une véritable déclaration d’amour de groupie qui . Mais marié et heureux depuis belle lurette, Mel Gibson a six enfants. Touchez pas à l’homme blanc !

        Au rayon des regrets, les vrais, Jodie Foster relève l’absence de proposition des réalisateurs de l’hexagone. « J’aimerais effectivement faire un film français, contemporain, mais je ne reçois rien…» Le nom de Louis Malle lui effleure les lèvres.

             Son espoir secret, Scorsese. « Je signe les yeux fermés. C’est le plus grand » dit-elle sans autre forme de commentaire. Scorsese qui la révéla dans « Alice n’est plus ici ». Elle avait 14 ans ! L’année suivante la prostituée droguée de « Taxi Driver » bouleverse les cinéphiles du monde entier.

                Ce qui n’arrivera pas avec « Le silence des jambons », parodie lourdingue du film de Jonathan Demme, où elle se voit affublée du douteux patronyme de Jo Dee Faussaire. « Est-ce vraiment la peine d’en parler ? » murmure-t-elle dans son français impeccable. Jodie qui aime la comédie, déteste le mauvais goût. C’est le chic américain. Ca fait choc ?

1994- Enfant prodige du cinéma, Jodie Foster n'en finit pas d'étonner. A 32 ans, elle aligne des signatures prestigieuses : Scorsese, Parker, Allen, Kaplan, Lyne… En 1991, la comédienne se mêle à l'aventure . « Le petit homme » qu'elle réalise alors est un petit chef d'œuvre ! Sa magistrale interprétation dans « Le silence des agneaux » couronne cet itinéraire peu commun. Jamais là où on l'attend !             Hier mère possessive d'un gamin surdoué, aujourd'hui cowboy en crinoline, Jodie Foster donne le change. « Les clichés, les petites boîtes dans lesquelles on enferme les gens, je n'aime pas. » Elle…

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Marché de brutes » d’Anthony Mann. Critique Blu-ray

L’homme des westerns et des péplums gratinés est aussi un artisan du film noir.

Laisser un commentaire