Accueil » A la une » « La Bataille de l’eau lourde » de Jean Dréville. Critique DVD

« La Bataille de l’eau lourde » de Jean Dréville. Critique DVD

Un peu à l’image du film de Raymond Bernard « Les Croix de bois », «  La Bataille de l’eau lourde » compte à son casting les protagonistes de l’époque dont le physicien Frédéric Joliot-Curie. Des soldats jouent également leurs propres rôles ! C’est tellement bien fait que l’on ne sait pas toujours alors où sont les documents d’époque et les images de la fiction si proche de la réalité. Celle qui devait empêcher tout prix  les nazis de mettre la main sur l’eau lourde, qui pouvait les amener à fabriquer la bombe atomique. Plusieurs tentatives sont menées contre l’usine de production en Norvège, puis le convoi qui transporte le précieux liquide vers l’Allemagne . Un événement de la seconde guerre mondiale assez méconnu,  malgré le film d’Anthony Mann  « Les héros de Télémark » avec Kirk Douglas. Le film de Jean Dréville le met en lumière de façon très réaliste. Une leçon d’histoire et de courage parfaitement retranscrite.

AVIS BONUS Un court métrage d'animation sur la guerre...
  • Meilleur dvd Octobre 2019 ( 7 ème )
  • Date de sortie  : 2 octobre 2019
  • Acteurs : Raoul Dautry, Frédéric Joliot-Curie, Lew Kowarski, H.H. Halban, Jacques Allier
  • Réalisateurs : Jean Dréville, Titus Vibe-Müller
  • Audio : Français (Dolby Digital 1.0), Norvégien
  • Studio : Editions Montparnasse – Version restaurée

L’histoire : A la veille de la Seconde guerre mondiale, le savant français Frédéric Joliot-Curie intervient auprès de Raoul Dautry, ministre des armements. Il veut que la France s’assure, auprès de la Norvège, l’exclusivité de l’approvisionnement en eau lourde . Il en a besoin pour ses recherches sur la fission l’atome. La Norvège accepte de céder au gouvernement français son stock d’eau lourde qu’elle vient de refuser à l’Allemagne…

  • Film : 4/5
  • Bonus : 3/5

C’est une histoire tellement vraie que les protagonistes de l’époque se retrouvent dans ce film, dont Frédéric Joliot-Curie . On le voit au début en 1939 expliquer la nécessité de posséder l’eau lourde fabriquée dans une usine en Norvège.

Le physicien français en a besoin pour ses recherches sur la désintégration de l’atome. C’est un élément capital pour l’élaboration d’une bombe A.

Le gouvernement norvégien accepte de céder ce qu’elle possède, trésor si précieux que devant l’avancée de l’armée allemande il faut le convoyer jusqu’en Angleterre.

Mais en 1943 , l’Allemagne a mis la main sur l’établissement norvégien . L’état-major allié décide alors de le saboter. Une première tentative échoue :  le commando engagé ne réussit pas à entrer en contact avec les parachutistes qui s’écrasent dans les montagnes. Les rescapés sont fusillés.

La seconde équipe atteint son objectif, malgré les tempêtes de neige, et l’accès rendu quasiment impossible à travers les montagnes. Les images d’archives exclusives au film accentuent cette impression. Des soldats jouent leur propre rôle !

C’est tellement bien fait que l’on ne sait pas toujours où sont les documents d’époque et les images de la fiction si proches de la réalité. Le grain et quelques rainures anticipent les périodes, mais la force des documents et le jeu puissant des acteurs contribuent à relever un défi de cinéma rarement entrepris.

Avec une histoire racontée tout aussi passionnément. Une narration forte et vivante entre voix off et dialogues sur scénario. Pour bien conceptualiser l’événement on nous rappelle ici et là les revers de plus en plus appuyés des nazis, de l’Est de l’Europe ( Stalingrad, nous voilà !… )  jusqu’au Sud où Rommel connait la défaite.

Mais les Allemands ne capitulent pas. Remise en état, l’usine reprend sa production et le nouveau stock d’eau lourde est cette fois convoyé vers l’Allemagne. Si le train qui la transporte est sérieusement gardé, bizarrement il n’en est rien du ferry-boat qui doit poursuivre l’opération …

LES SUPPLEMENTS

  • Court métrage d’animation « Uncanny Valley » de Paul Wenninger

L’expérience de la guerre à travers une technique d’animation en prise de vue réelle. Ce qui accentue l’intensité psychologique et physique d’un combat entre des soldats de la Première Guerre Mondiale. Mais ne m’a pas véritablement passionné.

  • Un livret  sur l’histoire de cette bataille racontée dans le détail et avec en prime les coupures de presse de l’époque. Une page est aussi consacrée à Jean Dréville.
Meilleur dvd Octobre 2019 ( 7 ème ) Date de sortie  : 2 octobre 2019 Acteurs : Raoul Dautry, Frédéric Joliot-Curie, Lew Kowarski, H.H. Halban, Jacques Allier Réalisateurs : Jean Dréville, Titus Vibe-Müller Audio : Français (Dolby Digital 1.0), Norvégien Studio : Editions Montparnasse - Version restaurée L'histoire : A la veille de la Seconde guerre mondiale, le savant français Frédéric Joliot-Curie intervient auprès de Raoul Dautry, ministre des armements. Il veut que la France s’assure, auprès de la Norvège, l’exclusivité de l’approvisionnement en eau lourde . Il en a besoin pour ses recherches sur la fission l’atome. La Norvège accepte de céder au gouvernement français son stock d’eau lourde qu’elle vient de refuser…
Le film
Le bonus

Un peu à l’image du film de Raymond Bernard « Les Croix de bois », «  La Bataille de l’eau lourde » compte à son casting les protagonistes de l’époque dont le physicien Frédéric Joliot-Curie. Des soldats jouent également leurs propres rôles ! C’est tellement bien fait que l’on ne sait pas toujours alors où sont les documents d’époque et les images de la fiction si proches de la réalité. Celle qui devait empêcher tout prix  les nazis de mettre la main sur l’eau lourde, qui pouvait les amener à fabriquer la bombe atomique. Plusieurs tentatives sont menées contre l’usine de production en Norvège, puis le convoi qui transporte le précieux liquide vers l’Allemagne . Un événement de la seconde guerre mondiale assez méconnu,  malgré le film d’Anthony Mann  « Les héros de Télémark » avec Kirk Douglas. Le film de Jean Dréville le met en lumière de façon très réaliste. Une leçon d’histoire et de courage parfaitement retranscrite.

AVIS BONUS Un court métrage d'animation, et un livret très intéressant sur l'histoire de cette aventure . 16 pages passionnantes

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« J’accuse… » de Roman Polanski. Critique cinéma

D’après le livre  livre de Robert Harris « D ». – Sauf avis contraire de l’expert, historiquement …

Laisser un commentaire