Accueil » A la une » « Il mio Corpo » de Michele Pennetta. Critique cinéma-dvd

« Il mio Corpo » de Michele Pennetta. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Sélection ACID Cannes 2020 . --- Sous le soleil de Sicile, Oscar récupère de la ferraille avec son père. A l’autre bout de la ville, Stanley le Nigérian vivote grâce aux petits travaux donnés par le prêtre de la paroisse. Tous deux ont le même désir, celui d’une vie meilleure…

La fiche du film

Le film : "Il Mio Corpo"
De : Michele Pennetta
Avec :
Sortie le : 26/05/2021
Distribution : Nour Films
Durée : 80 Minutes
Genre : Documentaire
Type : Long-métrage
Le documentaire
Les suppléments
  • DVD : 07 décembre 2021
  • Prix du jury 2021 Big Sky Documentary Film Festival !

Dans cette ville sicilienne Oscar et Stanley ne se rencontreront vraisemblablement jamais. Prisonniers de leur vie parallèle . Sujets d’une société qui rejette plus qu’elle n’intègre.

Le père d’Oscar ne lui fait pas de cadeaux. Ferrailleur, il le conduit avec son frère sur des chantiers difficiles. Ce n’est jamais à son goût, à ses yeux, Oscar est un moins que rien.

A l’image de Stanley, immigré nigérian, relégué dans une paroisse proche où le curé ne le rémunère jamais. Seules des provisions accréditent les services rendus. Stanley n’arrive pas à payer son loyer, et son copain en attente d’une carte de séjour s’inquiète.

On les retrouve rêvant sur une plage après une baignade. En une vague, ils revoient leur périple dans des barques d’infortune et savourent leur victoire. «  On a été courageux » disent-ils en suivant un chien jouant avec le sable.

«  Comme il est maigre »  murmure l’ami …

«  Ne t’en fais pas pour lui » sourit Stanley.

La scène est grande, sublime dans ce qu’elle rapporte de l’histoire de ces deux jeunes immigrés toujours en attente d’une vie meilleure.

C’est sous l’appellation du documentaire que Michele Pennetta présente ce coin de Sicile abandonné au soleil. Mais parfois la réalisation nous éloigne du témoignage, du fait réel pour une mise en scène beaucoup plus fictionnelle.

Une étrange alchimie au service d’une connexion totale avec le quotidien de toutes ces personnes, comme oubliées par la caméra sur leur parcours naturaliste. Au point que le décor paradoxal de beauté heurte à peine la misère alentour, et ses immondices conséquents.

Là où Michele Pennetta entrecroise au final les parallèles pour dire que le monde pourrait se porter mieux, autrement, plus dignement. Comme dans un rêve …

LES SUPPLEMENTS

  • Entretien avec le réalisateur Michele Pennetta (33 mn). Il revient sur la manière dont son projet a pu voir le jour, dans cette région de Sicile autrefois si prospère grâce aux mines. Elles ont fermé, et beaucoup de gens sont partis. Ceux qui sont restés sont devenus des ferrailleurs. Michele Pennetta les a rencontrés, a vécu avec eux. « Et là je me suis aperçu qu’une autre population vivait dans la région, des migrants. Une population donc très différente, très lointaine, mais aussi très proche. D’où l’idée de les mettre en parallèle dans le film, sans qu’ils le sachent. Ce n’est qu’à la fin que je tente la rencontre ».

« On écrivait le film en les suivant, en s’adaptant à leur calendrier… »

Au final Michele Pennetta évoque sa vision du documentaire « et comment traduire alors la réalité que je vois.  La fiction me parait une bonne réponse, selon moi, tout en respectant le réel ». Il cite pour l’exemple la scène du réveil au début, mis en scène classiquement, mais ça ne fonctionnait pas. « On est revenu le lendemain matin, tôt et on a filmé un vrai réveil… ».

  •  « Le pari » de Michele Pennetta. Documentaire. (38 mn). Dans un quartier populaire de Catane, en Sicile, se cache l’écurie de Concetto, bien connue pour ses courses clandestines de chevaux. Vittorio entraîne leur cheval Vito Portanova en vue de la toute prochaine compétition secrète.

On suit avec attention le réalisateur dans la nuit interdite où un enfant prépare le cheval. La caméra s’attarde beaucoup, détaille et reprend son cours pour à nouveau s’éterniser dans les rues sombres de Catane où le propriétaire se paie les jurons appropriés pour défier son futur adversaire.

La course a lieu, mais là encore sans réelle passion …

DVD : 07 décembre 2021 Prix du jury 2021 Big Sky Documentary Film Festival ! Dans cette ville sicilienne Oscar et Stanley ne se rencontreront vraisemblablement jamais. Prisonniers de leur vie parallèle . Sujets d’une société qui rejette plus qu’elle n’intègre. Le père d’Oscar ne lui fait pas de cadeaux. Ferrailleur, il le conduit avec son frère sur des chantiers difficiles. Ce n’est jamais à son goût, à ses yeux, Oscar est un moins que rien. A l’image de Stanley, immigré nigérian, relégué dans une paroisse proche où le curé ne le rémunère jamais. Seules des provisions accréditent les services…
Le documentaire
Les suppléments

Deux destins en parallèles dans la Sicile d’aujourd’hui . Oscar sous l'emprise de son père qu'il  accompagne dans des déchetteries sauvages pour récupérer ce qui peut l’être. Stanley, immigré nigérian, travaille où le curé lui déniche des petits boulots. Oscar et Stanley ne se rencontreront vraisemblablement jamais. Prisonniers de leur vie en parallèles . Sujets d’une société qui rejette plus qu’elle n’intègre. C’est sous l’appellation du documentaire que Michele Pennetta présente ces deux êtres abandonnés au soleil. Mais parfois la réalisation nous éloigne du témoignage, du fait réel pour une mise en scène beaucoup plus fictionnelle.  Et ça fonctionne parfaitement jusqu’à la confirmation finale où Michele Pennetta entrecroise au final les parallèles pour dire que le monde pourrait se porter mieux, autrement, plus dignement. Comme dans un rêve …

AVIS BONUS Un bel entretien avec le réalisateur qui nous présente son deuxième court-métrage dans la foulée. Je n'ai pas accroché vraiment

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Le Blues entre les dents » de Robert Manthoulis. Critique dvd

Un documentaire lié à une fiction : les racines sont intactes, mais la mise en scène se traîne

Laisser un commentaire