Accueil » A la une » « Fronteras » de Mikel Rueda. Critique cinéma

« Fronteras » de Mikel Rueda. Critique cinéma

Le meilleur ami de Rafa ne comprend pas comment son copain est en train de les quitter..

Synopsis: Rafa adolescent espagnol va au lycée, traine avec ses amis, sort en boite… Ibrahim, lui, a une vie légèrement plus compliquée. Marocain, il est illégal sur le territoire . Leur rencontre, un soir dans un club, va changer leur destin. Rafa va tout faire pour aider Ibrahim à rester en Espagne.

La fiche du film

Le film : "Fronteras"
De : Mikel Rueda
Avec : Germán Alcarazu, Adil Koukouh
Sortie le : 31/08/2016
Distribution : Outplay
Durée : 96 Minutes
Genre : Drame, Romance
Type : Long-métrage
Le film

Rafa est un ado en pleine crise, en quête de son identité. Sociale, sexuelle… Un ado normal avec sa bande de copains, le lycée, les fêtes, les filles. L’une d’entre elles en est folle dingue. Chambré par son entourage, Rafa n’en fait surtout pas des tonnes, peu enclin à répondre aux avances de la lycéenne. Rafa est à un moment de sa vie sans réelle certitude. Les garçons lui plaisent bien. Surtout cet étranger aussi mystérieux que fuyant qu’il croise dans la lumière indistincte des spots d’une boîte de nuit.

Ibrahim vient clandestinement du Maroc où il peut retourner sous la contrainte, la police le recherche. L’exilé vit alors d’expédients, commence à dealer pour un compatriote plus entreprenant. Ses amours attendront, il lui faut survivre et l’amitié naissante puis insistante de Rafa lui apparaît comme un soutien naturel. Rien de plus. Un monde de partage entre deux cultures cousines, où Rafa a bien évidemment déjà établi ses bases et ses codes.

Ses copains le voient se détacher alors subrepticement de leurs complicités, sa maman s’inquiète de cet air absent qu’il trimbale désormais en ne pensant qu’à ce jeune homme. Confusion des sentiments, mais aussi d’une histoire que le réalisateur se plaît à malmener dans une chronologie bouleversée. Elle malmène tout autant le spectateur de plus en plus intrigué par cette histoire où s’imbriquent naturellement des sujets comme l’amitié, la drogue, l’immigration, le trafic.

Les deux comédiens sont amateurs, et remarquables de vérité, de justesse.

Celui de l’homosexualité renforce la dimension viscérale, humaine du propos du réalisateur qui se dévoile totalement sur un final où la vision politique et sociale prend maintenant le pas sur les sentiments. Une tension de plus en plus grandissante face aux événements que les deux jeunes ne peuvent contrôler. A moins de résister et d’assumer pleinement leur histoire . C’est tout l’enjeu de ce film qui balaie querelles et préjugés pour laisser fondre dans la nuit ferroviaire le mince espoir d’une échappée libre. Comme pour ce film, on veut y croire.

Rafa est un ado en pleine crise, en quête de son identité. Sociale, sexuelle... Un ado normal avec sa bande de copains, le lycée, les fêtes, les filles. L’une d’entre elles en est folle dingue. Chambré par son entourage, Rafa n’en fait surtout pas des tonnes, peu enclin à répondre aux avances de la lycéenne. Rafa est à un moment de sa vie sans réelle certitude. Les garçons lui plaisent bien. Surtout cet étranger aussi mystérieux que fuyant qu’il croise dans la lumière indistincte des spots d’une boîte de nuit. Ibrahim vient clandestinement du Maroc où il peut retourner sous la…
Le film

La rencontre de deux jeunes garçons. Un ado en quête de sa propre personne, un exilé marocain à la recherche d’un havre, où sa liberté se conjuguerait au bonheur d’une terre d’accueil. C’est pourquoi Ibrahim, au début, ne voit dans l’amitié que lui porte le jeune espagnol, qu’un soutien franc et aidant. Ils vont se rapprocher, indistinctement, inconsciemment dans le quotidien de leurs deux mondes qui les séparent encore, celui des copains, et des menaces policières pour une expulsion, le fameux regroupement alors que le jeune réfugié n’a plus aucune famille au Maroc. Le cinéaste explore ainsi sans tapage des quêtes identitaires, sexuelles, et politiques quand le thème de l’immigration s’imbrique avec un naturel parfait dans celui des sentiments. Les deux comédiens sont amateurs, et remarquables de vérité, de justesse.

User Rating: 5 ( 1 votes)

Voir aussi

« Vers l’autre rive » de Kiyoshi Kurosawa. Critique dvd

Pour la première fois, le cinéma de Kiyoshi Kurosawa dans un coffret regroupant 10 films

Laisser un commentaire