Accueil » Comédies dramatique » « We want sex equality » de Nigel Cole. Critique dvd

« We want sex equality » de Nigel Cole. Critique dvd

Synopsis: Au printemps 68 en Angleterre, une ouvrière découvre que, dans son usine, les hommes sont mieux payés que les femmes. En se battant pour elle et ses copines, elle va tout simplement changer le monde...

La fiche du Disque

Le film : "We want sex equality"
De : Nigel Cole
Avec : Andrea Riseborough, Bob Hoskins
Sortie le : 22 novembre
Distribution : Universal Pictures
Durée : 113 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Disque : 1
Le film
Les bonus

L’histoire est vraie. 183 ouvrières des usines Ford à Dagenham dans la banlieue est de Londres se sont mises en grève, en 1968, pendant trois semaines .Leur revendication : une mise à égalité des salaires entre hommes et femmes. Des femmes totalement déconnectées des circuits traditionnels de la vie sociale. Apolitiques, non-syndiquées, elles n’ont pas de compte à régler, si ce n’est celui de leur dignité.

Une ligne de conduite importante à souligner, car ce qui aurait pu faire un Ken Loach de première importance, vire ici à une démonstration plaisante de la lutte ouvrière. Que l’on ne se méprenne pas sur cette manière de voir. J’imagine simplement que pour sensibiliser un très large public aux difficultés de ces salariées, le ton recherché a été celui de la légèreté. Pourquoi pas ?

Avec un personnage intéressant, et atypique en Sally Hawkins, la porte-parole improvisée des grévistes, qui d’un simple sourire rompt le charme des négociations, pour rappeler fermement qu’elles sont les revendications.

Bob Hoskins ,pas mal du tout en syndicaliste convaincu

Je la trouve particulièrement drôle quand, effet de boule de neige, la révolte de ces femmes s’exportent dans d’autres foyers, tout à fait protégés de la crise. Jusqu’à la  ministre du travail Barbara Castle (Miranda Richardson ) qui en vient à houspiller vertement les membres de son cabinet devant le peu de considération qu’ils font de la cause féminine.

Après quoi s’en suit une réception au ministère qui tient du conte de fée. Je ne sais si l’entretient s’est réellement passé de cette façon, (comme l’existence de la femme du patron me paraît suspecte) mais au résultat Nigel Cole, confirme platement sa volonté de ne pas dramatiser des rapports conflictuels, réduits au minimum de leur tension.

Face au combat de ces femmes , novices en la matière, j’imaginais un regard un peu plus complice de la part d’un réalisateur qui survole rapidement le problème de fond : la reconnaissance de la femme à part entière. A l’usine comme à la maison . Qu’elles soutiennent leur mari en grève, normal, mais l’inverse, équivaut d’abord à un petit encouragement amusé, avant qu’une incompréhension agacée, puis  la colère, ne viennent alourdir le climat social de l’entreprise, réduite à l’inactivité.

photo-We-want-sex-Made-in-Dagenham-2009-3

Tout le cœur du film résidait à mon sens dans cette situation paradoxale, sur laquelle les briseurs de grève prennent appui pour mener leurs actions. Mais à la lutte des classes, Nigel Cole préfère le glamour de quelques jeunes femmes rêvant de célébrité. Le principal, au bout du compte : elles ont gagné !

Sally Hawkins
  • Le making of. Il ne nous apprend pas grand chose, suite de congratulations entre membres de l’équipe. Sachez alors pour la petite histoire que Barbara Castle, secrétaire à l’emploi et à la productivité lors de la grève, est la première femme politique à exercer un poste de premier plan. Elle incarne la femme politique moderne, sympathique et proche des gens, loin de l’image de Margaret Thatcher. Elle rencontre les ouvrières de Dagenham le 28 juin 1968. Cette entrevue débouche sur l’augmentation de leurs salaires et sur la création d’un projet de loi en 1969 pour l’égalité salariale.

Un petit détail lors d’une manifestation : une banderole mal déployée ne laisse apparaître que  « we want sex », ce qui enthousiasma les passants !

 

Festival du film britannique de Dinard : Hitchcock d'Argent du Public, meilleur scénario et Hitchcock d'Or. L’histoire est vraie. 183 ouvrières des usines Ford à Dagenham dans la banlieue est de Londres se sont mises en grève, en 1968, pendant trois semaines .Leur revendication : une mise à égalité des salaires entre hommes et femmes. Des femmes totalement déconnectées des circuits traditionnels de la vie sociale. Apolitiques, non-syndiquées, elles n’ont pas de compte à régler, si ce n’est celui de leur dignité. Une ligne de conduite importante à souligner, car ce qui aurait pu faire un Ken Loach de première…

Review Overview

Le film
Les bonus

Pour être traitées d’égal à égal, elles ont bloqué pendant trois semaines l’une des plus grandes usines Ford au monde. L’âpreté du sujet ne se répercute pas sur la mise en scène. L’histoire est ici gentiment racontée…

Avis Bonus : Un making of qui ne montre rien ...

User Rating: Be the first one !
We Want Sex Equality [Blu-ray] (Blu-ray) de Nigel Cole
Date de sortie du Blu-ray : 15 November 2011
Format : Couleur, Cinémascope
Studio : ARP Sélection
Duree : 113 minutes

PRIX : EUR 16,97 (Prix de depart : EUR 15,05)

Voir aussi

« L’Opéra » de Jean-Stéphane Bron. Critique cinéma-dvd

Pas d’interview, ni commentaire. La vie se faufile entre plateaux et pendrillons, répétitions et avant-premières …

Laisser un commentaire