Accueil » Comédies dramatique » « Le premier qui l’a dit » de Ferzan Ozpetek . Critique DVD

« Le premier qui l’a dit » de Ferzan Ozpetek . Critique DVD

Synopsis: Grande réunion chez les Cantone, illustre famille de Lecce dans les Pouilles, propriétaire d'une célèbre fabrique de pâtes. Tommaso, le benjamin, veut profiter du dîner pour révéler à tous son homosexualité...

La fiche du Disque

Le film : "Le Premier qui l'a dit"
De : Ferzan Ozpetek
Avec : Riccardo Scamarcio, Nicole Grimaudo
Sortie le : 1 décembre 2010
Distribution : Pyramide Vidéo
Durée : 105 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Disque : 1
Le film
Les bonus

Meilleur dvd Décembre 2010 ( 4 ème )

Un clin d’oeil à un genre qui ne retrouve pas son second souffle : « la comédie à l’italienne » . Celle qui vous faire sourire en grinçant des dents . Qui a le sens du tragique pour mieux vous faire rire

Cette formule, Ferzan Ozpetek l’adapte avec une personnalité bien particulière, qui donne encore plus d’éclat à ses comédiens ,au détriment d’une mise en scène qui se retient pour ne pas en faire des tonnes.

L’histoire est propice à tous les débordements. Les Cantone est une illustre famille des Pouilles, propriétaire d’une fabrique de pâtes. Tommaso, le benjamin, veut profiter d’un dîner pour révéler son homosexualité. Mais son frère aîné le précède et fait la même révélation. Scandale général autour de la table ! Tous les espoirs se portent alors sur Tommaso pour reprendre l’affaire familiale et perpétuer le nom des Cantone…

Sur ce canevas tissé de fils blancs, Ozpetek filme une comédie douce-amère qui libère  tous les protagonistes du drame, de leurs propres doutes et surtout de leurs pesants secrets . Un tabou a été levé, et devant l’intransigeance du patriarche, la cellule va peu à peu voler en éclats. J’ai particulièrement apprécié le portrait de la grand-mère jouée avec maestria par  Ilaria Occhini.

Ilaria Occhini , au centre de sa fratrie.Le cinéaste a su la filmer et lui conférer des rides merveilleuses.

Au sommet de la pyramide familiale , elle déjoue , sans bruit , tout ce que l’on peut attendre d’une telle posture. Son autorité ,elle la laisse au passé, pour mieux goûter à la liberté que le clan familial lui interdisait. Un peu à la façon d’un Chabrol transalpin,  toute la bourgeoisie de province, mesquine et suffisante  dégouline ici de manière drolatique . Dans les bonus, la mère jouée avec également beaucoup d’élégance par Lunetta Savino évoque plutôt le style de Pietro Germi , l’auteur de   » Meurtre à l’italienne« .

LES BONUS

  • Making-of . L’exercice est un peut trop commenté par les comédiens et le réalisateur , mais il demeure intéressant sur le plan de la technique . Il est toujours intéressant de voir travailler une équipe de cinéma. Ferzan Ozpetek, plutôt stressé sur la scène du repas fatidique (  » c’est quand même la clé du film » ) insiste sur la nécessité des moments de lecture . « Ils sont très importants, on devrait tous lire le script » .

Je ne vous révélerais pas le détail de la scène finale, le cinéaste en parle lors d’un entretien, et on l’aperçoit effectivement au final de ce making of . C’est plutôt sympa à découvrir .

  • Scènes coupées. Et ce n’est que justice. Bravo au réalisateur d’avoir été assez lucide pour comprendre qu’elles ralentissaient bien souvent le recit . Elle  étaient toutes ou trop insistantes,  redondantes ,inutiles voire sans intérêt.
Une fille à papa au milieu de tous ses garçons . Ca cache forcément quelque chose...
Une fille à papa au milieu de tous ses garçons . Ca cache forcément quelque chose…
  • Mais aussi . Ferzan Ozpetek a délibérément choisi des acteurs associés à une image de séducteurs à l’italienne, et à une image de « macho » pour interpréter les personnages principaux, homosexuels. Riccardo Scamarcio (« Mon frère est fils unique », « Eden à l’Ouest », « Le Rêve italien »), Alessandro Preziosi qui joue son frère, et Daniele Pecci, une star de la télé, qui joue l’ami avocat, dans des rôles à contre-courant pour le public italien qui les connaît bien.

Le cinéaste dit  a avoir été influencé par  le mélodrame turc ou encore les comédies françaises (en particulier les films de Louis De Funès dont il est très friand). Ah bon !

Meilleur dvd Décembre 2010 ( 4 ème ) Un clin d'oeil à un genre qui ne retrouve pas son second souffle : "la comédie à l'italienne" . Celle qui vous faire sourire en grinçant des dents . Qui a le sens du tragique pour mieux vous faire rire Cette formule, Ferzan Ozpetek l'adapte avec une personnalité bien particulière, qui donne encore plus d'éclat à ses comédiens ,au détriment d'une mise en scène qui se retient pour ne pas en faire des tonnes. L'histoire est propice à tous les débordements. Les Cantone est une illustre famille des Pouilles, propriétaire d’une fabrique de pâtes. Tommaso, le…

Review Overview

Le film
Les bonus

C'est un film qui vient à vous sans en avoir l'air , qui vous fait rire doucement puis rigoler franchement avant d'aborder le fond du problème : famille je vous hais ! L'oeil rieur du cinéaste sait aussi être très pertinent quand il s'agit de sonder les âmes .

Avis Bonus : Rien de transcendant, mais le plaisir quand même de découvir plusieurs scènes de tournage, ainsi que celles qui ne furent pas utilisées .

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« The Wall » de Doug Liman. Critique cinéma-Bluray

Un huis clos au grand air où l’air vient à manquer, haletant !

Laisser un commentaire