Accueil » Comédies dramatique » « La part des anges » de Ken Loach . Critique dvd

« La part des anges » de Ken Loach . Critique dvd

Synopsis: A Glasgow, Robbie, est constamment rattrapé par son passé de délinquant. Il croise la route de ses semblables et découvre avec eux l'art du whisky. Leur éducateur n'est pas étranger à cette révolution de palais...

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La Part des Anges"
De : Ken Loach
Avec : Paul Brannigan, John Henshaw
Sortie le : 05 novemb 2012
Durée : 101 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

 Meilleur dvd Novembre 2012

A Cannes, le prix du Jury est  généralement attribué à un jeune cinéaste .En désignant cette année Ken Loach, qui le 17 juin dernier a fêté ses 76 ans, les jurés conduits par Nanni Moretti n’ont pas failli à leur mission.C’est effectivement un cinéaste nouveau qui décroche la distinction. Une verve de toute première fraîcheur, un savoir-faire qui s’efface devant l’histoire, l’évidence d’une réalisation qui coule de source.

De l’eau claire venue des Highlands, où la découverte d’un fût de vieux whisky suscite la convoitise des collectionneurs du monde entier.  La part des anges leur est réservée. Mais un quarteron de jeunes écossais  s’intéresse aussi au précieux breuvage, dont il espère tirer un bon prix.

Ce sont de petits délinquants, condamnés à des peines de travaux d’intérêts généraux, qu’ils effectuent sous la conduite bienveillante d’un éducateur, fin connaisseur en pur malt.

photo-La-Part-des-anges-The-Angels-Share-2012-10

La boucle est bouclée, l’histoire peut commencer. Sous l’œil de Ken Loach, la signification sociale d’un tel canevas n’échappe pas à sa caméra. Elle traque dans les rues de Glasgow, les errements de Robbie, dont le passé délictueux lui ferme toutes les portes.

Sa petite amie, amoureuse mais lucide, lui indique alors le bon chemin, là où les petits voyous et les méchants, réussissent malgré tout à le rattraper . La force de Ken Loach est de nous faire enrager devant ses vains efforts,  annihilés par la bêtise et la cruauté de l’homme. Mais cette fois, le cinéaste n’accentue pas  le trait, lui conférant même une légèreté qui au fil du récit deviendra de l’humour.

C’est la seconde partie du film, radicalement optimiste et drôle; elle voit notre héros, l’excellent Paul Brannigan, sortir la tête de l’eau, et goûter , par des moyens détournés, à celle de la source miraculeuse. Ses trois autres joyeux lurons participent à l’arnaque,  dont Albert ,gentiment moqué par le réalisateur, qui  nous le rend pourtant très vite attachant. La composition sans excès de Gary Maitland, et des dialogues savoureux, concourent à ce bonheur de vivre, cette joie partagée, cette reconnaissance d’une jeunesse à qui l’on vient de faire confiance.

LES SUPPLEMENTS

  •  Le making of (22 mn). Il y a plus d’explications et de commentaire que des scènes de tournage. Mais quand on voit Ken Loach en répétition ou diriger une scène, c’est toujours une belle leçon de cinéma. Prenez la séquence des enchères et suivez-le : « Il faut que ce soit suffisamment fluide pour paraître spontané, mais suffisamment précis pour obtenir le résultat souhaité. Il ne faut pas dénaturer l’histoire ».

Les comédiens disent qu’ils ne savent rien du scénario, « que l’on découvre au jour le jour et ce n’est pas plus mal, ça nous permet de rester vigilants ».
Paul Brannigan, que l’on voit beaucoup dans ce « making of » assure que « cette histoire me ressemblait un peu, j’ai fait de la prison, des bagarres et en sortant j’ai rencontré une fille et après j’ai fait la tournée des écoles pour que les jeunes évitent de suivre le chemin que j’avais pris ». Il ne viendra pas au premier casting, tellement dans la déprime, et on lui organise alors un second round. L’assistant de Loach avait l’air d’y tenir beaucoup.

  • Scènes coupées (12.30 mn). Elles sont franchement toutes intéressantes, mais répètent effectivement bien souvent des scènes, ou les complètent. Alors pour l’humour j’aurais gardé celle de la pissette collective, pour la dramaturgie l’évocation du passage de la famille au-dessus du landeau  ou bien encore la confession de l’animateur sur sa vie passée.
 Meilleur dvd Novembre 2012 A Cannes, le prix du Jury est  généralement attribué à un jeune cinéaste .En désignant cette année Ken Loach, qui le 17 juin dernier a fêté ses 76 ans, les jurés conduits par Nanni Moretti n’ont pas failli à leur mission.C’est effectivement un cinéaste nouveau qui décroche la distinction. Une verve de toute première fraîcheur, un savoir-faire qui s’efface devant l’histoire, l’évidence d’une réalisation qui coule de source. De l’eau claire venue des Highlands, où la découverte d’un fût de vieux whisky suscite la convoitise des collectionneurs du monde entier.  La part des anges leur est…

Review Overview

Le film
Les bonus

Plutôt optimiste cette fois, Ken Loach ne lâche pas son canevas social pour nous parler de sujets aussi importants que la paternité, la transmission et le bonheur d’une main tendue. Une comédie tendre et sociale, qui n’est pas sans rappeler l’excellent « Looking for Eric » du même auteur et qui à Cannes était reparti bredouille. Comme quoi d’un jury à l’autre…

Avis Bonus : Des scènes coupées, beaucoup sont encore très utiles et toutes méritent d'être vues. Et puis un making of qui n'en est pas un , mais qui nous dit beaucoup sur le film et la manière de travailler de son réalisateur.

User Rating: Be the first one !
La Part des Anges (DVD) de Ken Loach
Date de sortie du DVD : 5 November 2012
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : France Télévisions Distribution
Duree : 101 minutes

PRIX : EUR 17,00 (Prix de depart : EUR 10,02)

Voir aussi

« Sans pitié » de Sung-hyun Byun. Critique dvd

Au départ l'histoire est bête comme chou. Et puis un flic décide de ne pas jouer la partition habituelle

Laisser un commentaire