Accueil » Comédies dramatique » « Lola » de Jacques Demy. Critique Cinéma

« Lola » de Jacques Demy. Critique Cinéma

Synopsis: Lola, danseuse de cabaret, élève un garçon dont le père, Michel, est parti depuis sept ans. Elle l’attend, elle chante, danse, et aime éventuellement les marins qui passent. Roland Cassard, un ami d’enfance retrouvé par hasard, devient très amoureux d’elle. Mais elle attend Michel…

La fiche du film

Le film : "Lola"
De : Jacques Demy
Avec : Anouk Aimée, Marc Michel
Sortie le : 25/07/2012
Durée : 90 Minutes
Genre : Drame, Romance
Type : Long-métrage
Le film

Vieilli ou daté, je ne sais. On ressort « Lola » dans une version dépoussiérée des marques du temps, mais les rides demeurent, dont celles d’une interprétation par trop appuyée. Ce premier long métrage du futur auteur des «  Parapluies de Cherbourg » m’apparaît aujourd’hui comme un véritable film d’époque, un témoignage vivant des années soixante made in France, quand les marins américains cultivaient l’exotisme des ports de l’hexagone.

Autour d’un mélo romanesque (j’attend mon homme depuis sept ans) et des variations amoureuses, on y pratique l’oisiveté et la paresse, et le goût des apparences. Sans destination précise, les hommes s’en vont, les femmes restent.

SOURCE CREDIT - "British Film Institute" Reproduction of this image requires the appropriate copyright clearance. In making this image available, the bfi confers no licence to use or copy the image. All copyright clearance is the responsibility of the user. In consideration for making this image available, the user hereby agrees to indemnify the bfi against any claim or liability arising from the use of this image. The information service of the bfi National Library may be able to carry out copyright ownership research on your behalf. Fax +44 (0) 20 7436 0165 for details of services and costs. British Film Institute 21 Stephen Street London W1T 1LN Tel +44 (0) 20 7255 1444 http://www.bfi.org.uk/

Pour garder la maison, les enfants, et ce besoin viscéral de dire que la vie est bien là. Derrière une caméra légère et chantonnante (Michel Legrand déjà, mais aussi Beethoven) Jacques Demy pose les limites d’une existence enchanteresse, qui donne de la manière aux belles dames et des airs de m’as-tu-vu à leurs conjoints.

Au cœur de ce ballet romanesque Anouk Aimé s’évade, tout sourire, désarmante, merveilleuse. Elle minaude, se révolte, se perd au petit matin, avec un marin,  dans les rues de Nantes où le réalisateur a vécu son enfance. Demy s’y retrouve peut-être, dans la peau de son héros, Roland Cassard (Marc Michel) si proche de la mer qu’il rêve lui aussi  de prendre le large. Amoureux de Lola, son amie d’autrefois, il attend, il espère. Lola qui ne viendra pas…

Vieilli ou daté, je ne sais. On ressort « Lola » dans une version dépoussiérée des marques du temps, mais les rides demeurent, dont celles d'une interprétation par trop appuyée. Ce premier long métrage du futur auteur des «  Parapluies de Cherbourg » m’apparaît aujourd’hui comme un véritable film d’époque, un témoignage vivant des années soixante made in France, quand les marins américains cultivaient l’exotisme des ports de l’hexagone. Autour d’un mélo romanesque (j’attend mon homme depuis sept ans) et des variations amoureuses, on y pratique l’oisiveté et la paresse, et le goût des apparences. Sans destination précise, les hommes s’en vont, les…

Review Overview

Le film

Il est facile une fois la filmographie bouclée de déceler dans ce premier film une partie de l’univers de Demy. Personnellement je le resitue plus simplement dans son époque, qu’il fixe merveilleusement bien. « Lola » est une fidèle peinture autour de la contagion amoureuse et du bonheur qui se délite ; ou l’élégance du vertige des sentiments.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Sans pitié » de Sung-hyun Byun. Critique dvd

Au départ l'histoire est bête comme chou. Et puis un flic décide de ne pas jouer la partition habituelle

Laisser un commentaire