Accueil » A la une » « Compartiment N°6 » de Yuriy Borisov. Critique cinéma-dvd

« Compartiment N°6 » de Yuriy Borisov. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Une jeune Finlandaise prend un train à Moscou pour se rendre sur un site archéologique en mer arctique. Elle est contrainte de partager son compartiment avec un inconnu. Cette cohabitation et d’improbables rencontres vont peu à peu rapprocher ces deux êtres que tout oppose.

La fiche du film

Le film : "Compartiment N°6"
De : Juho Kuosmanen
Avec : Seidi Haarla, Yuriy Borisov
Sortie le : 03/11/2021
Distribution : Haut et Court
Durée : 107 Minutes
Genre : Drame, Comédie
Type : Long-métrage
Le film
Le bonus

DVD : 03 Mai 2022

 « Voyage Voyage » de Desireless accompagne en ce moment les histoires du cinéma. Novembre 2021 : « La déesse des mouches à feu » de Anaïs Barbeau-Lavalette, « De son vivant » d’Emmanuelle Bercot et enfin ce « Compartiment N° 6 » qui en fait un leitmotiv émotionnel pour ce besoin d’évasion requis par l’héroïne.

Elle s’appelle Laura, une Finlandaise étudiante en archéologie qui depuis Moscou se rend à Mourmansk afin d’admirer des pétroglyphes. Ces dessins gravés dans la roche d’une île du lac de Kanozero la fascinent pleinement au point de se lancer dans une aventure périlleuse.

Des journées en train, un paysage de désolation, des tempêtes de neige et la solitude programmée quand Irina son amie (Dinara Drukarova) décline au dernier moment l’invitation. Qu’importe. Totalement déterminée, sac au dos et de couchage en bandoulière, Laura s’installe dans un compartiment 1ère classe, couchette individuelle assurée.

Un luxe évident au regard des wagons collectifs qu’elle traverse pour se rendre au wagon-restaurant. Mais un détail devant son voisin de banquette, Lioha, un type un peu étrange, complètement repoussant une fois trop de gnôle ingurgitée.

Laura hésite à poursuivre son voyage …

La cohabitation s’annonce difficile. Le cadre serré de Juho Kuosmanen accentue l’exiguïté de ce réduit ferroviaire, où pourtant va se jouer la plus belle des complicités, la plus grande des amitiés. Laura filme la vie qui se joue dehors, Lioha l’observe attentivement.

L’histoire des pétroglyphes à laquelle il ne comprend rien, l’intéresse au plus haut point. Elle se livre, un peu, il se confie, à peine, mais le courant passe.

Les haltes interminables dans des gares isolées les rapprochent encore un peu plus. Jusque dans cet arrière-pays désolé où s’est retirée une vieille femme (Lidia Kostina) que Lioha vénère par-dessus-tout. Comme une mère adoptive pour laquelle le cinéaste signe l’une des plus belles séquences de ce périple peu ordinaire (photo).

Et quand Laura rompt le charme en conviant un concitoyen paumé à les rejoindre, Lioha retourne dans sa coquille, amoureux contrarié d’une si belle histoire qui n’en finit pas de le révéler , au meilleur de lui-même, au-delà du paraître et des certitudes.

Yuriy Borisov utilise une large palette de sentiments pour venir à bout de ce personnage qu’il rend extraordinaire de naturel et de vérité. Face à Seidi Haarla, tout aussi extraordinaire, qui parait jouer sa propre vie dans ce décorum du bout du monde où l’on apprend à braver les tempêtes et  à maîtriser une mer menaçante.

Par passion, pour l’amour. C’est un grand film.

LE SUPPLEMENT

  • ‘Road markers » de Juho Kuosmanen- Avec Elina Hietala, Mikko Pörhölä, Jami Hyttinen ( 17 mn )

C’est à la fois drôle et pathétique : un jeune homme, un plus vieux, et une jeune femme forment une équipe chargée de refaire la signalisation routière au sol. Mais l’entente ne va pas de soi et le peu de paroles échangées sont lourdes de conséquence.

Une bonne interprétation sur une mise en scène aussi subtile que légère ( le contexte ! ) : j’ignore la date de réalisation, mais ce court métrage demeure une excellente carte de visite .

Festival de Cannes 2021 : Grand Prix du Jury D'après le roman éponyme de Rosa Liksom DVD : 03 Mai 2022  « Voyage Voyage » de Desireless accompagne en ce moment les histoires du cinéma. Novembre 2021 : « La déesse des mouches à feu » de Anaïs Barbeau-Lavalette, « De son vivant » d’Emmanuelle Bercot et enfin ce « Compartiment N° 6 » qui en fait un leitmotiv émotionnel pour ce besoin d’évasion requis par l’héroïne. Elle s’appelle Laura, une Finlandaise étudiante en archéologie qui depuis Moscou se rend à Mourmansk afin d’admirer des pétroglyphes. Ces dessins gravés dans la…
Le film
Le bonus

Sans rien changer à une grammaire cinématographique élémentaire, Juho Kuosmanen nous transpose dans des paysages, un monde, une histoire totalement hors du commun. Un à-propos signifiant autour de cette jeune femme étrangère à la Russie qu’elle va pourtant traverser sur des milliers de kilomètres, seule, en train pour assouvir sa passion des pétroglyphes. Ces dessins gravés dans la roche d’une île du lac de Kanozero la fascinent totalement. Au point d’accepter le relatif inconfort du train et de son compartiment, 1ère classe cependant, dans lequel un autre voyageur risque de lui compliquer. Pour le meilleur ou pour le pire, c’est l’enjeu de leur première confrontation houleuse, qui pourtant va les conduire vers la plus belle des complicités, la plus grande des amitiés. Ou l’alchimie des corps et des cœurs se fond dans un monde qui se réinvente à chaque plan, à chaque rencontre. Il y en a de nombreuses dans ce film aux accents hypnotiques, enthousiasmants.

AVIS BONUS Un court métrage, une excellente carte de visite . 

User Rating: 4.05 ( 4 votes)

Voir aussi

« Retour » de Hal Ashby. Critique Blu-ray. Coffret collector. Les Suppléments

Le Collector porte bien son nom, tous les bonus ouvrent la voie à l'aventure du cinéma

Laisser un commentaire