Accueil » A la une » « A Bigger splash » de Jack Hazan . Critique Cinéma

« A Bigger splash » de Jack Hazan . Critique Cinéma

Synopsis: De 1971 à 1973, la vie réelle ou imaginaire de l'artiste britannique David Hockney, bouleversé par une rupture sentimentale avec son modèle et amant Peter Schlesinger. Le film, fait le pari de composer à son tour un tableau vivant du peintre.

La fiche du film

Le film : "A Bigger Splash"
De : Jack Hazan
Avec : David Hockney, Peter Schlesinger
Sortie le : 06/10/2021
Distribution : Les Films du Camelia
Durée : 106 Minutes
Genre : Documentaire, Drame, Biopic
Type : Long-métrage
Le Film

Première sortie : 16 janvier 2008

Je me suis perdu, noyé dans cet univers d’eau et de rêverie, d’une époque totalement révolue. La fin londonienne des sixties. Les artistes y mélangent passions, amours, créativité.

David Hockney identifiable, forcément, Peter Schlesinger, pourquoi pas en modèle éphèbe des premières heures, et puis d’autres personnages tout aussi démiurges et mystérieux à ma connaissance. Un peintre, une modiste, un galeriste ..

Il faut  pouvoir les repérer pour suivre les déambulations du réalisateur Jack Hazan dans le quotidien tout aussi tortueux du héros du jour.

David Hockney alors bien installé aux cimaises des galeries et musées du monde entier. Une voix off ( Mo Mac Dermott, l’acteur ? ) raconte ses émois, ses attentes, sa vision à l’égard de l’artiste qui se confie et écoute beaucoup son entourage.

Peter Schlesinger, son grand amour va bientôt le quitter. Il pose encore pour lui et laisse sur la toile un souvenir impérissable : « Pool with Two Figures » . Une toile dont on suit la longue évolution, tant le peintre revient à de nombreuses reprises sur le sujet. Six mois, semble-t-il …

Cette phase d’intense création artistique est le cœur de ce film-documentaire . Difficile d’en saisir la frontière, et surtout les nuances.

La fameuse toile

Ses amis le questionnent, le conseillent, dans une mise en scène aussi sobre que désordonnée. L’objectif fixe la vie qui passe, et cette jeunesse en pleine liberté érotique.

Ossie Clark le créateur de mode organise son propre défilé dans cet esprit de décadence maniérée, le sexe comme alibi . Hockney assiste amusé à l’événement. Henry Geldzahler conservateur de musée l’incite à se rendre à New York pour se confronter à la concurrence. Il cite notamment Hopper, « mais la Californie du Sud tu en es le propriétaire ».

John Kasmin de la galerie éponyme le harcèle gentiment, «  les clients attendent les toiles ».

Dans cet univers, les jours passent de la vie à la création. C’est insaisissable.

Première sortie : 16 janvier 2008 Je me suis perdu, noyé dans cet univers d’eau et de rêverie, d’une époque totalement révolue. La fin londonienne des sixties. Les artistes y mélangent passions, amours, créativité. David Hockney identifiable, forcément, Peter Schlesinger, pourquoi pas en modèle éphèbe des premières heures, et puis d’autres personnages tout aussi démiurges et mystérieux à ma connaissance. Un peintre, une modiste, un galeriste .. Il faut  pouvoir les repérer pour suivre les déambulations du réalisateur Jack Hazan dans le quotidien tout aussi tortueux du héros du jour. https://www.youtube.com/watch?v=xDFXm2AkO34&ab_channel=Outplay David Hockney alors bien installé aux cimaises des galeries et…
Le Film

Fiction, documentaire, il est difficile de se retrouver dans l'univers du peintre anglais David Hockney que le réalisateur suit pas à pas dans son petit monde où des artistes se lovent pour ne plus en sortir. De célèbres inconnus vont, viennent et commentent . Ne pas pouvoir les identifier ralentit un peu l’intérêt. Le titre « A Bigger splash »  s'inspire de l'œuvre éponyme peinte par Hockney en 1967, mais c’est principalement autour de « Pool with Two Figures » que se fixe l’intérêt du créateur. Peter Schlesinger, son grand amour d’alors va bientôt le quitter. Il pose encore pour lui et laisse sur la toile ce souvenir impérissable : « Pool with Two Figures » . Une toile dont on suit la longue évolution, tant le peintre revient à de nombreuses reprises sur le sujet. Six mois, semble-t-il … C’est intéressant mais déroutant.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Le Pardon » de Maryam Moghadam, Behtash Sanaeeha. Critique cinéma

Le cinéma iranien est d’une richesse totale , ce premier film en apporte une preuve éclatante

Laisser un commentaire