Accueil » A la une » « 3 Coeurs » de Benoît Jacquot . Critique cinéma

« 3 Coeurs » de Benoît Jacquot . Critique cinéma

Synopsis: Une nuit, Marc rencontre Sylvie alors qu’il a raté le train pour Paris. Ils errent dans les rues jusqu’au matin, parlant de tout sauf d’eux-mêmes. Marc donne à Sylvie un rendez-vous, à Paris, quelques jours après. Ils ne savent rien l’un de l’autre. Sylvie ira à ce rendez-vous, et Marc, par malheur, non. Il la cherchera et trouvera une autre, Sophie, sans savoir qu’elle est la sœur de Sylvie…

La fiche du film

Le film : "3 coeurs"
De : Benoît Jacquot
Avec : Benoît Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg
Sortie le : 17/09/2014
Durée : 106 Minutes
Genre : Drame, Romance
Type : Long-métrage
Le film

Il y a longtemps que le cinéma français ne nous avait pas offert une telle tragédie amoureuse, un mélodrame  où les sentiments exacerbés se heurtent à toute logique, et à la compréhension naturelle. Qu’un homme aime deux femmes, passe encore, deux sœurs qui plus est, pourquoi pas ? Mais la manière dont Cupidon orchestre le bal est ici bien étrange,  très surprenante , inattendue.

C’est depuis les Etats-Unis où elle vit que Sylvie découvre l’identité de son désormais beau-frère. Un homme qui lui avait donné rendez-vous et qui n’est jamais venu … Elle n’en dira rien à sa sœur qu’elle chérit par-dessus tout .Marc demeure tout aussi muet sur ce passé qui de plus en plus va le confondre à ce qu’il est réellement.

Marc est inspecteur des impôts, mais ce n’est pas ce qui le rend maintenant antipathique. Marc est un lâche qui fuit la vérité au fur et à mesure qu’elle se rapproche. Sylvie hésite pourtant à franchir le pas qui le ramènera auprès de son  grand amour. Impossible désormais, à moindre de rompre un secret tacite que ni l’un ni l’autre ne semble vouloir effacer.

photo-3-coeurs-2014-2

Le malaise est palpable ; dans « 3 Cœurs » rien ne se passe comme inscrit sur l’horloge du temps. Les contretemps justement, les imprévus, les impondérables et les peines de cœur. Dans tous les sens du terme. Chez Marc, le médical et les sentiments ne font pas bon ménage. Ce qui rajoute à la confusion et aux leurres du confort douillet de son foyer.

Ce n’est plus un mensonge, c’est un délit d’entrave à l’amour que sa femme lui porte. Une trahison, encore plus forte pour la sœur adultère rongée par le remord. On imagine leur première rencontre, des retrouvailles qu’il va falloir taire, des embrassades qui n’auront pas lieu.

Benoît Jacquot réalisateur, s’appuie sur son double de scénariste pour nous faire chavirer de la même manière que ses personnages. Des comédiens à l’unisson, Benoit Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg, Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve. Tout est imprévisible, caressé à fleur de peau, taillé dans le vif de la  chair. Un mélodrame sans le mélo.

Il y a longtemps que le cinéma français ne nous avait pas offert une telle tragédie amoureuse, un mélodrame  où les sentiments exacerbés se heurtent à toute logique, et à la compréhension naturelle. Qu’un homme aime deux femmes, passe encore, deux sœurs qui plus est, pourquoi pas ? Mais la manière dont Cupidon orchestre le bal est ici bien étrange,  très surprenante , inattendue. C’est depuis les Etats-Unis où elle vit que Sylvie découvre l’identité de son désormais beau-frère. Un homme qui lui avait donné rendez-vous et qui n’est jamais venu … Elle n’en dira rien à sa sœur qu’elle chérit…

Review Overview

Le film

L’amour fou, déraisonnable, impulsif, tellement fort, une foule de sentiments que le cinéma avait délaissés depuis quelques décennies. Et elle resurgit cette tragédie amoureuse, ce mélodrame  où les sentiments exacerbés se heurtent à toute logique, et à la compréhension naturelle. Un homme aime deux femmes, deux sœurs. L’épouse ignore tout de cette relation contre nature qui va perdurer dans l’énigmatique confusion des sentiments. Benoît Jacquot réalisateur, est très fort, qui s’appuie sur son double de scénariste pour nous faire chavirer de la même manière que ses personnages. Des comédiens à l’unisson, Benoit Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg, Ciara Mastroianni, Catherine Deneuve. Un film rare en ces temps de charivari amoureux.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« 1.54… » de Yvan England. Critique cinéma

Les réseaux sociaux au cœur du harcèlement scolaire, rageusement dénoncés par une pléiade de jeunes et excellents acteurs

Laisser un commentaire