Accueil » A la une » « Maigret » de Patrice Leconte. Critique cinéma-dvd

« Maigret » de Patrice Leconte. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Maigret enquête sur la mort d’une jeune fille. Rien ne permet de l’identifier, personne ne semble l’avoir connue, ni se souvenir d’elle. Il rencontre une délinquante, qui ressemble étrangement à la victime, et réveille en lui le souvenir d’une autre disparition, plus ancienne et plus intime…

La fiche du film

Le film : "Maigret"
De : Patrice Leconte
Avec : Gérard Depardieu, Jade Labeste
Sortie le : 23/02/2022
Distribution : SND
Durée : 88 Minutes
Genre : Policier
Type : Long-métrage
Le film
Les bonus
  • DVD : 21 juin 2022

« On dirait que vous faites la tête… »

« C’est ma tête ! »

Enfin, Gérard Depardieu. Qui se retrouve grand dans un rôle et l’efface pour n’être que lui-même et ce personnage captif d’une légende qu’il efface d’une empreinte de mammouth. Un nouveau Maigret au cinéma, un de plus, mais unique par sa posture et sa nonchalance . «  Je suis fatigué » confie-t-il à son médecin. «  De la lassitude, plutôt ? ».

Le ton est donné. Le réalisateur et son comédien s’emploient a redynamiser le paysage et ce personnage à bout de souffle. Le propos fonctionne bien autour des dialogues piquants de Georges Simenon que le héros traduit en échanges savoureux.

 

Les mots trouvent leurs images, le roman, sa version animée. Le récit prend corps, l’enquête s’affine autour de cette jeune femme chassée d’une fête bourgeoise, retrouvée peu après, loin de là, lardée de coups de couteau.

Le meurtrier est un gaucher relève l’autopsie que Maigret suit du bout des yeux, la tête ailleurs. Betty, une délinquante appréhendée lui rappelle le visage de la morte. Comme un sosie auquel il va s’arc-bouter pour remonter la filière du crime, mêlée à des souvenirs très personnels.

L’intrigue, le mystère du roman,  Leconte les laisse planer en filigrane pour mieux cerner son héros et ses suspects potentiels. Leur comportement dicte la mise en scène qui se laisse joliment prendre au jeu du chat et de la souris. La lumière peine à percer …

Un photographe a pris beaucoup de clichés au cours de la fête où Louise (Clara Antoons ) fut renvoyée …

 

Au milieu, Maigret va et vient et se prend de tendresse pour cette Betty arrachée à la rue. Et joue les andouilles dans le cloaque familial où Jeanine (Mélanie Bernier) s’apprête à épouser Laurent (Pierre Moure), le fils-fils à sa maman ( Aurore Clément ).

La toile est tissée, les rôles suffisamment corsés pour donner de la chair à l’intrigue, du remontant au suspense. Patrice Leconte le distille sans trop se préoccuper de ses conséquences . Trop absorbé par cette silhouette pataude qui s’enfonce dans la nuit, en ombre fuyante et inquiétante.

 Gérard Depardieu. Enfin

LES SUPPLEMENTS

  •  Enquête sur Maigret ( 30 mn )-On retourne sur les pas de Simenon qui dans une courte vidéo, en introduction de ce documentaire, parle de son héros.

Pierre Assouline, biographe de Georges Simenon ( photo) : «  Maigret, c’est le flic absolu , une capacité d’empathie extraordinaire, c’est devenu un ami ».

«  Le roman policier pour se lancer en littérature c’est très pratique, le personnage principal va chez les gens et se permet d’interroger tout le monde ».

Sur les origines du héros, chacun à son avis.

« Un homme promenait son chien dans la brume,  une forte corpulence, l’esquisse de Maigret apparait… » dit son fils John Simenon. «  Sans coquetterie il fait partie de la famille , c’est un oncle, un familier loin du personnage d’un roman – sur l’origine du nom personne ne peut prétendre la connaître, mon père ne s’est jamais exprimé là-dessus »

Son inspiration, c’était sa vie , des épisodes de sa vie, des témoins «  être dans la vie » estime Pierre Assouline « ce qui compte pour lui c’est   l’imprégnation ! »

Patrice Leconte : «  il y a tellement de points commun entre Simenon et Maigret , impossible de les dissocier … ».

Du pur instinct, ce ne sont pas des intellectuels …

John Simenon est «  impressionné par ce film qui est avant tout une enquête sur le personnage de Maigret avant l’enquête sur la jeune morte, et il a fallait effectivement l’appeler Maigret, sans rien d’autre ».

« Difficile d’écrire sur Maigret sans penser confusément à un acteur , aujourd’hui qui d’autre que Depardieu peu l’incarner, on est un peu orphelin »  explique le réalisateur qui raconte la bonne humeur du tournage avec un comédien rabelaisien , « nous déconcentrant pour mieux être concentré , un tournage joyeux , une harmonie réelle ».

Le cinéaste salue ses nombreuses qualités dont « son intuition du jeu ».

  • Promenade Simenon à Liège avec Chantal Servais, la guide ( photo)-Des lieux de l’enfance à ceux de l’écriture , la dame nous promène dans l’univers du romancier , de la scolarité à l’école Saint-André à son habitation juste en face de l’école des frères. Ce qui lui était pratique.

Une famille de treize enfants , des relations avec sa mère parfois très tendues… On passe devant l’église Saint-Phoelien très célèbre dans la littérature simenonienne.

Puis sur la place où aide-journaliste, il faisait ses gammes tous les matins près du commissariat. «  Il venait prendre les anecdotes, les faits-divers ».

Chantal Servais s’arrête un moment devant une place commémorative en hommage à la police liégeoise. L’un des policiers dont le nom et gravé : Arnold Maigret. «  Ce monsieur avait un fils, Jules, on peut y voir une forte influence ».

DVD : 21 juin 2022 « On dirait que vous faites la tête… » « C’est ma tête ! » Enfin, Gérard Depardieu. Qui se retrouve grand dans un rôle et l’efface pour n’être que lui-même et ce personnage captif d’une légende qu’il efface d’une empreinte de mammouth. Un nouveau Maigret au cinéma, un de plus, mais unique par sa posture et sa nonchalance . «  Je suis fatigué » confie-t-il à son médecin. «  De la lassitude, plutôt ? ». Le ton est donné. Le réalisateur et son comédien s’emploient a redynamiser le paysage et ce personnage à bout de souffle. Le propos fonctionne bien autour des…
Le film
Les bonus

Il y a longtemps, très longtemps que je ne prêtais plus attention au jeu de Depardieu que je savais immense, mais rarement confirmé. Et dans un classique du genre policier, un « Maigret » de Georges Simenon, il revient grand et fort, sous la coupe d’un réalisateur qui unit un maître de la littérature policière à un seigneur du grand écran. Derrière la caméra Patrice Leconte fait du héros simenonien, sa chose, et la transmet à Depardieu qui sans se forcer, semble-t-il, s’accommode du personnage et le retourne à sa guise. Avec des allusions et des clins d’œil au cinéma qui ne manquent pas de piquants. Outre l’un des suspects possibles, qui tourne un film et nous promène dans les coulisses du plateau, Patrice Leconte fait jouer Depardieu, le temps d’une courte scène , à la Gabin. Qui fut lui aussi un "Maigret" . Hommage à double détente Après quoi l’intrigue appartient au mystère du roman que Leconte laisse filer en filigrane pour mieux cerner son héros et ses interlocuteurs . Leur comportement dicte chaque fois la mise en scène qui se laisse joliment prendre au jeu du chat et de la souris. Une très belle adaptation

AVIS BONUS Une enquête très intéressante sur le commissaire Maigret et la découverte d'un romancier à travers sa ville. Impeccable !

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Texasville » de Peter Bogdanovitch. Critique Blu-ray

Master Haute Définition Version originale sous-titrée français + Version française Inédit en Blu-ray : 21 …

Laisser un commentaire