Accueil » Les critiques » Vu au cinéma

Vu au cinéma

« Au feu les pompiers » de Milos Forman. Critique cinéma

Son dernier film tourné en Tchécoslovaquie. L’affaire était-elle préméditée ? Rien ne permet de l’imaginer, mais le ton résolument caustique de cette farce politique est une cinglante diatribe à l’égard du pouvoir en place. Il est, pour les cause de la fiction et surtout de la censure, représenté par quelques pompiers …

lire »

« J’accuse… » de Roman Polanski. Critique cinéma

D’après le livre  livre de Robert Harris « D ». – Sauf avis contraire de l’expert, historiquement ce film est parfait. Les tenants et aboutissants d’une affaire d’Etat – ses enjeux politiques et judiciaires – tout s’accorde dans l’esprit d’une époque que Roman Polanski retranscrit avec une fidélité tatillonne. Au point d’abandonner …

lire »

« J’ai perdu mon corps  » de Jérémy Clapin. Critique cinéma

Grand Prix de la Semaine de la critique de Cannes 2019. — D’après « Happy hand » de Guillaume Laurant. — La main qui s’agrippe ou celle que l’on perd. Perdre la main, et passer son tour. La main qui pianote sur le clavier dont rêve le jeune héros. Etre à la fois …

lire »

« Black Journal » ( Gran Bollito ) de Mauro Bolognini. Critique cinéma

D’après une histoire vraie . – Celui-là, on l’avait joliment oublié. Le ressortir des placards, dépoussiéré de ces 40 dernières années, et c’est le cinéma qui revit. Un film assez iconoclaste pour l’époque, mais toujours bien dérangé aujourd’hui par ses comportements humains plutôt bizarres. Une brave femme ( Shelley Winters …

lire »

« Sorry, we missed you » de Ken Loach. Critique cinéma

Ken Loach made in France, est-ce possible ? Qui dans l’hexagone pour rapporter autant de rage, de force et de conviction sur la pourriture d’un système social inique et inhumain ? On le résume en parlant d’ubérisation, mais le cinéaste élève le débat au niveau d’une société totalement gangrenée par le fric, …

lire »

« Quand passent les cigognes » de Mikhail Kalatozov. Critique cinéma

1958 Palme d’or au festival de Cannes. – D’après l’oeuvre éponyme de Viktor Rozov . – Cette œuvre rapportée quelques années après la mort de Staline, alors que le septième art soviétique est au plus mal, apparait comme une sublime pièce de musée. Elle nous parle de la bataille annoncée aux …

lire »