Accueil » A la une » « L’Histoire d’Adèle.H  » de François Truffaut. Critique cinéma

« L’Histoire d’Adèle.H  » de François Truffaut. Critique cinéma

Synopsis: Adèle, fille cadette de Victor Hugo, partageait avec son père le talent pour l’écriture. Elle raconte notamment son amour, jusqu’à la folie, pour un officier qui n’éprouve aucun sentiment pour elle.

La fiche du film

Le film : "L'Histoire d'Adèle H"
De : François Truffaut
Avec : Isabelle Adjani, Bruce Robinson
Sortie le : 08/10/1975
Distribution : Carlotta Films
Durée : 100 Minutes
Genre : Drame, Historique
Type : Long-métrage
Le Film
  • Reprise en salle : 03 août 2022

Victor Hugo et ses filles. Léopoldine disparue tragiquement au cours d’une promenade en barque sur la Seine. Adèle tout aussi fauchée par la vie et la folie . Son histoire, François Truffaut la raconte à travers l’obsession amoureuse d’une jeune femme envers un officier britannique qui ne cesse de la rejeter.

Cette image d’une passion destructrice, Isabelle Adjani la porte superbe et délirante dans une série de portraits, riches des sentiments qu’elle sublime au fil de son récit. Le cadre de Truffaut  est toujours au plus près, au plus juste d’une vérité, pour nous dire la peur, la haine, la crainte, mais aussi l’amour dans tout ce qu’il a de plus absolu.

L’une des rencontres avortées avec le militaire, plus distant que jamais (Bruce Robinson) est éloquente. La jeune femme en rapporte sur son papier-lettre une joie immense. Ici l’écriture est aussi importante, l’autre feu qui la dévore . 

« Je suis tellement heureuse que nous nous soyons retrouvés » écrit-elle, les yeux embués de larmes. Truffaut s’attarde à peine sur ce visage si tristement beau, qui s’invente des histoires, et se ment à lui-même avant de mentir aux autres.

La lumière d’Halifax peine elle aussi à se réconcilier avec l’héroïne, noyée dans un décor sans parure. Une reconstitution de maître, un paravent pour un récit où l’âme emporte tout sur la raison.

Truffaut filme beaucoup à travers les vitres, et suit  la déambulation de ses protagonistes.
Elle se donne corps et âme, mais le beau lieutenant la repousse chaque fois

Adèle se jette à ses  pieds, lui donne son argent, dûment réclamé à son père sur des courriers trompeurs. Le mensonge éventé, elle justifie ses actes par d’autres tromperies. Comme ce nom d’emprunt qui ne fait plus illusion …

Elle ira malgré tout jusqu’au bout de son rêve impossible, laissant aux éléments le soin de se rabibocher avec elle-même.  Et le souvenir d’une sœur dont la disparition tragique ne cesse de la tourmenter.  En racontant cette histoire Truffaut raconte celle d’une famille aimante marquée par l’empreinte d’un héros universel. Victor Hugo n’apparait jamais, il est toujours présent. La grandeur du cinéma.

Reprise en salle : 03 août 2022 Victor Hugo et ses filles. Léopoldine disparue tragiquement au cours d’une promenade en barque sur la Seine. Adèle tout aussi fauchée par la vie et la folie . Son histoire, François Truffaut la raconte à travers l’obsession amoureuse d’une jeune femme envers un officier britannique qui ne cesse de la rejeter. Cette image d’une passion destructrice, Isabelle Adjani la porte superbe et délirante dans une série de portraits, riches des sentiments qu’elle sublime au fil de son récit. Le cadre de Truffaut  est toujours au plus près, au plus juste d’une vérité, pour…
Le Film

C’est quasiment un «  seul en scène » qu’exécute brillamment Isabelle Adjani dans cette relation historique sur la passion amoureuse sans retour. La jeune comédienne d’alors est quasiment de tous les plans et Truffaut sublime son cadre chaque fois au plus près du sentiment du moment. La peur, la haine, la crainte, mais aussi l’amour dans tout ce qu’il a de plus absolu. Erotomane convulsive, la fille de Victor Hugo s’enfonce dans ses délires à en perdre la raison qui lui interdit de revenir en France comme son père l’implore à chacun de ses courriers. L’écriture est indissociable de la fièvre qui s’empare de l’héroïne, tout aussi présente dans la mise en scène de François Truffaut qui laisse sa caméra explorer les tréfonds de l’âme, sans lui donner un tournis romantique auquel le sujet pouvait le prédisposer. A 19 ans, Isabelle Adjani révèle son talent hors norme. Truffaut réalise alors une œuvre totalement aboutie.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Ennio » de Giuseppe Tornatore. Critique cinéma

Mon cinéma préféré ( Studio à Tours ) a mis du temps à faire entendre cette belle musique. Seule fausse note à ce magnifique documentaire

Laisser un commentaire