Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Submarino » de Thomas Vinterberg. Critique dvd

« Submarino » de Thomas Vinterberg. Critique dvd

Synopsis: Deux frères mènent, dans la même ville, des existences parallèles, séparés à jamais par les blessures de l’enfance. Pourront-ils un jour se retrouver et changer le cours de leur destin ?

La fiche du DVD

Le film : "Submarino"
De : Thomas Vinterberg
Avec : Gustav Fischer Kjaerulff, Helene Reingaard Neumann
Sortie le : 16/02/2011
Distribution : MK2
Durée : 110 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD : 1
Le film
Les bonus

 Meilleur dvd Février 2011 ( 8 ème )

De la part du réalisateur de «  Festen » on ne peut s’empêcher de penser à ce film magnifique, âpre et sans concession sur la nature des rapports humains. «  Submarino » lui emboîte le pas, mais de façon moins frontale, disons plus classique. Ce qui donne à l’ensemble un sentiment de déjà vu qui pourtant se situe bien au-dessus des productions du même genre. Thomas Vinterberg, a toujours ce petit regard décalé qui exprime le véritable sens d’un détail comme un sourire énigmatique , une poignée de main furtive, des embrassades inattendues .

Surtout quand l’histoire met en scène deux frères qui depuis leur plus tendre enfance ne se sont jamais quittés. Un père absent, une mère alcoolique, ils élèvent le dernier né, jusqu’au jour où la vie décidera brutalement de les séparer.

A l’âge adulte, dans la même ville, ils vivent maintenant  leur destin parallèle, à jamais marqués par les blessures de leur enfance. Y a t il encore de la place pour l’amour interroge le réalisateur qui concentre principalement sa réflexion autour de  Nick, le frère aîné, magistralement interprété par Jakob Cedergren . On le suit pas à pas, silence après silence dans le dédale de sa vie en charpie, qu’il tente coûte que coûte de reconstruire. C’est  la première partie du film, la seconde donnant la parole à son frère Peter Plaugborg (il n’a pas de prénom).

On le découvre, lui aussi au fil des jours, au quotidien d’un coup de fil de Nick qui n’aboutit pas, car le frérot se pique, deal, ou va chercher Martin  son petit garçon à la crèche. Sa seule raison de vivre, qu’il gâche malgré tout dans la dérive de ses souvenirs délabrés.

Deux portraits en porte à faux, en face à face ou en parallèle, des flash-back un peu bizarres, un peu forcés, c’est le côté formel du récit.Le réalisateur le mène malgré tout jusqu’au bout de l’imprévisible, car tout peut arriver, dans ce visage impassible légèrement embué de tristesse que Nick promène dans sa solitude. Le même désarroi qui se reflète dans celui de Martin (Gustav Fischer Kjærulff , d’une étonnante justesse)  qui du haut de ses quelques printemps connaît déjà bien le monde des grands.

L’un comme l’autre, égarés dans une histoire irréversible tentent malgré tout d’un sourire, d’un geste de la main d’aller vers celui qui les fuit ou les ignore. «  Submarino » paternel au possible est pétri de cette humanité que le réalisateur rend encore plus palpable. L’amour est donc toujours possible.



LES SUPPLEMENTS

  • Un personnage , Ivan : interview de Morten Rose ( 6 mn )
  • Un quartier, Vesterbro :    le tournage dans le quartier de la drogue .( 9 mn ) Avec deux consultants, spécialistes des trafics et de l’endroit où ils déroule principalement .

« Submarino »  est le sixième long métrage de Thomas Vinterberg,  remarqué en 1998 au festival de Cannes avec «Festen », prix spécial du jury.

Né en 1969 à Copenhague, diplômé en 1993, il remporte une citation au « César » du meilleur film de fin d’études pour « Last Round » . Son court métrage suivant, »Le garçon qui marchait à reculons »  décroche  le prix du public du Festival de Clermont-Ferrand.Il a réalisé plusieurs clips pour  Metallica et pour Blur.

« Submarino »  est tiré d’un roman éponyme du jeune écrivain danois Jonas T. Bengtsson. «  D’une certaine manière, les personnages cherchent tous à garder la tête hors de l’eau : le film parle de tous ceux qui ne remontent jamais à la surface… D’ailleurs, le titre fait allusion à une technique de torture dans laquelle on enfonce la tête de la victime sous l’eau. (…) Le sujet de la responsabilité parentale dans « Submarino » m’a touché de très près. Même si je n’ai jamais vécu dans un abri ou ramassé de bouteilles vides pour me faire un peu d’argent, à l’instar des personnages  je suis père de deux enfants (de 9 et 14 ans), si bien que je me suis parfaitement reconnu dans les thèmes abordés dans le film. Il parle de l’angoisse permanente qu’ont les parents de décevoir leurs enfants et de ne pas être à la hauteur de leurs responsabilités.« 

 Meilleur dvd Février 2011 ( 8 ème ) De la part du réalisateur de «  Festen » on ne peut s’empêcher de penser à ce film magnifique, âpre et sans concession sur la nature des rapports humains. «  Submarino » lui emboîte le pas, mais de façon moins frontale, disons plus classique. Ce qui donne à l’ensemble un sentiment de déjà vu qui pourtant se situe bien au-dessus des productions du même genre. Thomas Vinterberg, a toujours ce petit regard décalé qui exprime le véritable sens d’un détail comme un sourire énigmatique , une poignée de main furtive, des embrassades inattendues .…

Review Overview

Le film
Les bonus

Sur une trame et une mise en scène plutôt classique, Thomas Vinterberg nous prend par la main et ne la lâche jamais pour dire que dans l'homme il y a toujours un fond , une réalité, une constant qui lui permet d'espérer. C'est raconté sobrement, et l'absence d'effet rend ce film encore plus délicat et précieux .

Avis Bonus : Plutôt sommaires , il s'agit d'un making of qui ne dit pas son nom à travers le portrait d'Ivan , un copain de Nick tombé dans la déchéance, et le quartier où le film a été principalement tourné . Celui des dealers et junkies ... C'est intéressant mais on n'apprend pas grand chose.

User Rating: Be the first one !
Submarino (DVD) de Thomas Vinterberg
Date de sortie du DVD : 16 February 2011
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : MK2
Duree : 110 minutes

PRIX : EUR 9,82 (Prix de depart : EUR 9,82)

Voir aussi

« Margaret » de Rebecca Daly. Critique dvd

Il est difficile de croire à une telle histoire et la remontée des eaux dans …

Un commentaire

Laisser un commentaire