Accueil » A la une » « My Kid » de Nir Bergman. Critique cinéma-dvd

« My Kid » de Nir Bergman. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Aaron consacre sa vie à élever son fils Uri. Ils vivent ensemble dans une routine coupée du monde réel. Uri, autiste, est à présent un jeune adulte. Une institution spécialisée lui serait profitable. Alors qu'ils sont en route vers ce nouveau lieu de vie, Aaron décide de suivre une déviation...

La fiche du film

Le film : "My Kid"
De : Nir Bergman
Avec : Shai Avivi, Noam Imber
Sortie le : 22/12/2021
Distribution : Dulac Distribution
Durée : 94 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le Film
Le bonus

DVD : 17 mai 2022

L’autisme au cinéma porte ici un regard différent sur la maladie, assez inédit. Habituellement les familles galèrent pour dénicher un foyer d’accueil, un centre spécialisé.

Cette fois, Uri refuse d’y aller. Son père l’encourage dans sa posture en le gardant le plus longtemps chez lui, alors que son épouse ne vit plus avec eux. Quand elle revient, Tamara ( Smaldi Wolfman ) n’a de cesse de prévenir son fils ( Noam Imber ) :  le départ pour une institution se rapproche.

Ils ne veulent rien entendre. Atron imagine des situations incroyables pour l’embrouiller  et retarder l’échéance fatale.

A cet instant, la réalisation prête à sourire dans des situations cocasses ou dramatiques. La scène des escargots est drôle et triste à la fois. Celle des goûts culinaires du jeune homme, follement habile. Chaque fois qu’Uri hume un fumet intéressant, il laisse tomber sa mère pour retourner auprès de son père.

Les deux hommes ont un langage presque codé, non pas pour se parler mais pour se comprendre. C’est assez subtil et joli à mettre en scène, même si derrière la façade le problème de l’autisme apparait dans toute sa complexité.

Le jour où, accompagné de son père, il prend le train et comprend qu’on le conduit vers un foyer d’accueil, la crise sur le quai est plus qu’incontrôlable. Cette fois Aaron ( Shai Avivi) ne peut rien pour son garçon ravagé par la douleur.

Autour de lui les voyageurs passent, personne ne s’arrête. Une vieille grognasse s’inquiète seulement pour la poubelle renversée. Trop c’est trop, Aaron pète les plombs. Il offre à son fiston la plus belle des échappées libres.

Une aventure jonchée d’imprévus, un itinéraire balisé par ses souvenirs et la découverte du monde pour Uri qui de faux-pas en merveilles révélées pose les limites de son handicap. Et l’inévitable placement en maison spécialisée. Une alternative au rêve entretenu à force d’amour et de persuasion. Un destin qui change de main. Nir Bergman lui assure un avenir serein …

Image symbolique entre la mère et le fils, et tout ce qui les sépare

LE SUPPLEMENT

  • Entretien avec le réalisateur Nir Bergman (23 minutes). – Il évoque la naissance du projet en accompagnant sa scénariste Dana Idisis qui évoque à l’époque d’un autre film, de son projet de parler de son père et de son frère autiste. Des souvenirs extrêmement personnels de l’un et de l’autre nourrissent l’écriture.

«  En tant que réalisateur, je souhaits choisir une personne atteinte de troubles du spectre autistique. Le frère de Diana ne souhaitait pas s’impliquer dans le projet. Et c’était très difficile qu’une telle personne apprenne le métier d’acteur. On alors débuté le casting … »

Voir alors comment Noam Imber a scotché toute l’équipe . «  L’idée était de créer le personnage d’Ouri de façon a être attentif au protagoniste et non à sa gestuelle . Je pense que Aaron voit son fils de cette façon … »

Prix du Public Cinemed à Montpellier . -  Ophirs : Meilleurs réalisateur, acteur ,scénario, second rôle . - DVD : 17 mai 2022 L’autisme au cinéma porte ici un regard différent sur la maladie, assez inédit. Habituellement les familles galèrent pour dénicher un foyer d’accueil, un centre spécialisé. Cette fois, Uri refuse d’y aller. Son père l’encourage dans sa posture en le gardant le plus longtemps chez lui, alors que son épouse ne vit plus avec eux. Quand elle revient, Tamara ( Smaldi Wolfman ) n’a de cesse de prévenir son fils ( Noam Imber ) :  le départ pour…
Le Film
Le bonus



AVIS BONUS Un entretien avec le réalisateur sur l’élaboration du projet, le casting, l’écriture … plein de bonnes choses à entendre .

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Retour » de Hal Ashby. Critique Blu-ray. Coffret collector. Les Suppléments

Le Collector porte bien son nom, tous les bonus ouvrent la voie à l'aventure du cinéma

Laisser un commentaire