Accueil » A la une » « Monsieur et Madame Adelman » de Nicolas Bedos. Critique cinéma-dvd

« Monsieur et Madame Adelman » de Nicolas Bedos. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Lorsque Sarah rencontre Victor en 1971, elle ne sait pas encore qu'ils vont traverser ensemble 45 ans d'une vie pleine de passion et de secrets, de chagrins et de surprises... L'odyssée d'un couple

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Monsieur et Madame Adelman"
De : Nicolas Bedos
Avec : Doria Tillier, Nicolas Bedos, Denis Podalydès, Antoine Gouy, Christiane Millet
Sortie le : 23 août 2017
Distribution : Le Pacte
Durée : 115 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Le bonus

Réflexion faite – mais pas trop, pouvait-on s’attendre à autre chose que du Bedos ? Père et fils confondus dans les mêmes mimiques, une gestuelle identique et l’écriture aussi fine et mordante. Le fiston, pour la première fois derrière la caméra, ne s’en tire pas trop mal. Malgré des longueurs nombrilistes et un semblant de quant-à-soi qui, lui non plus, ne tient pas la distance. On ne se refait pas.

Nicolas s’affiche avec l’égo de son talent protéiforme et une compagne amoureuse et pétulante dans un premier film, elle aussi, qu’elle maîtrise avec fougue et distinction. Doria Tillier y révèle le tempérament d’une future grande comédienne. Une femme de l’ombre que Nicolas Bedos projette en pleine lumière.

Sous le fard d’un maquillage parfait, sa vieillesse consumée nous crédite d’un personnage tout en justesse et bonhomie, jusqu’à l’aube de ses premiers émois pour un mari volage et talentueux.   Sarah et Victor, ce couple , on le  suit sur presque un demi-siècle marqué par les aléas d’un succès qui une fois confirmé retournera les règles du jeu en faveur de personne. C’est du moins ce que les apparences nous révèlent.

Ils vieilliront ensemble…

Madame s’installe dans son confort et ses habitudes, Monsieur compte les rides du temps sur son visage et sur un couple qui ne fait plus la fête. Mais le repas familial de Noël demeure grandiose avec Pierre Arditi qui nous fait son Gabin. La séquence juive est tout aussi mémorable.

Tant pis alors si son cœur de gauche ne supporte pas l’employée de maison confinée dans la cuisine. Nicolas Bedos porte ainsi quelques escarmouches dans l’air du temps de moins en moins socialiste, constate-t-il. Il nous fait son Bedos,faussement intraitable avec les indigents, les gosses mal formés, sarcastique pour le reste de la planète où seules les femmes (et surtout la sienne) trouvent encore grâce à ses yeux. L’hommage maternel, tardif, apporte un supplément d’âme à ses jérémiades de désormais vieux gâteux au bord du précipice.

C’est une image et un fait, deux constantes chez le cinéaste qui tient dans cette technique un style à peaufiner. Il lui faudra donc élaguer un peu, prend du recul sur sa personne et toujours faire confiance à son entourage comme il le fait si bien ici avec ses amis comédiens. Denis Podalydès excelle dans sa pelure de psychiatre de fin de règne et Julien Boisselier en frérot comme il faut, est tout à fait comme il faut.

LE MAKING OF

Trois petits chapitres sur la fabrication du film. Pendant des séances de tournage, Nicolas Bedos se pose la question : comment concilier la réalisation et l’interprétation ? Il dit s’en accommoder très bien « on pense moins à soi, plus terrorisé par le jeu de l’autre »

Ses relations avec Doria Tillier ?  « Je suis très chiant, mais je préfère qu’elle me déteste maintenant plutôt que dans un an au cinéma, je dois la diriger et jouer avec elle, c’est pas évident ». La transformation des visages : on assiste au travail de maquillage et de vieillissement effectués sur les acteurs afin d’interpréter leur personnage au fil des années. Podalydès se demande si c’est bien la tête qu’il aura plus tard, pendant que dans les coulisses on s’étonne de la métamorphose

« Tu verrais, il a cent ans »

« Mais il a toujours eu cent ans » rétorque Bedos.

 

Réflexion faite – mais pas trop, pouvait-on s’attendre à autre chose que du Bedos ? Père et fils confondus dans les mêmes mimiques, une gestuelle identique et l’écriture aussi fine et mordante. Le fiston, pour la première fois derrière la caméra, ne s’en tire pas trop mal. Malgré des longueurs nombrilistes et un semblant de quant-à-soi qui, lui non plus, ne tient pas la distance. On ne se refait pas. Nicolas s’affiche avec l’égo de son talent protéiforme et une compagne amoureuse et pétulante dans un premier film, elle aussi, qu’elle maîtrise avec fougue et distinction. Doria Tillier y révèle le tempérament…
Le film
Le bonus

Un premier film derrière la caméra pour Nicolas Bedos qui devant est tout aussi bien, avec sa compagne Doria Tillier, également pour la première fois à l’affiche. Plus qu’une performance, l’ancienne Miss Météo de Canal + révèle le tempérament d’une future grande comédienne. L’ensemble est plutôt plaisant, à l’image de la fabrique Bedos dont le mordant et le sarcasme ne peuvent occulter la charge égocentrique qui recouvre chaque escarmouche portée dans l’écriture d’un scénario passionnant. Pour la suite, il lui faudra donc élaguer un peu, prend du recul sur sa personne et toujours faire confiance à son entourage comme il le fait si bien ici avec ses amis comédiens. Denis Podalydès, Julien Boisselier, Pierre Arditi…

Avis bonus Un making of en trois modules, intéressant, mais ça ne va pas plus loin

User Rating: Be the first one !
Monsieur et Madame Adelman (DVD) de Nicolas Bedos
Date de sortie du DVD : 23 August 2017
Format : PAL
Studio : Le Pacte
Duree : 115 minutes

PRIX : EUR 12,99 (Prix de depart : EUR 20,06)

Voir aussi

« L’Atelier » de Laurent Cantet. Critique cinéma

L’écriture libératoire au cœur d’un second procédé créatif, le cinéma. Laurent Cantet et Robin Campillo …

Laisser un commentaire