Accueil » A la une » « L’idéal » de Frédéric Beigbeder. Critique cinéma-dvd

« L’idéal » de Frédéric Beigbeder. Critique cinéma-dvd

Synopsis: L'ancien concepteur-rédacteur Octave Parango de « 99 francs » s'est reconverti dans le « model scouting » à Moscou. Cet hédoniste cynique mène une vie très agréable dans les bras de jeunes mannequins russes et les jets privés de ses amis oligarques... jusqu'au jour où il est contacté par L'Idéal, la première entreprise de cosmétiques au monde, secouée par un gigantesque scandale médiatique. Notre antihéros aura sept jours pour trouver une nouvelle égérie en sillonnant les confins de la Russie post-communiste, sous les ordres de Valentine Winfeld, une directrice visuelle sèche et autoritaire.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "L'Idéal"
De : Frédéric Beigbeder
Avec : Gaspard Proust, Audrey Fleurot, Anamaria Vartolomei, Jonathan Lambert, Camille Rowe
Sortie le : 18 octobre 2016
Distribution : Orange Studio
Durée : 86 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Le coq se moque de son poulailler. Frédéric Beigbeder s’inspire de son propre roman « Au secours pardon » et  puise beaucoup dans sa propre vie pour raconter la frénésie du monde de la mode,ses artifices codifiés. Le directeur de «Lui » le fait bien évidemment à la Beigbeder, avec le même sourire prévisible qui lui barre le visage, fantaisie acide d’une mimique qui dit tout et rien du tout.

Vacuité d’un univers traversé de son bureau à l’écran, sous les traits d’un Gaspard Proust (Octave Parango ) qui ne demande que ça. Aussi ironique que facétieux face à la gente féminine, cet alter-ego la traite comme du bétail ou au mieux, de la marchandise. Je pourrais vous citer des tonnes de répliques, dialogues ou monologues qui marquent l’empreinte des dégâts à venir. «  C’est un peu gros tout ça » remarque-t-il en observant une jeune fille «  mais ça revient à la mode, alors à qui pourrais-je la vendre ? ».

Ca pastiche, ça caricature , mascarade du paraître dans laquelle le cinéaste se repaît avant d’en faire ses choux gras. Jamais graveleux, mais parfois limite, le romancier-cinéaste semble avoir quelques remords devant ce miroir qui lui dit que ce qu’il fait n’est pas forcément très très beau.

photo.L-Ideal.183707

photo.L-Ideal.183708

Les Femen rappliquent alors en compagnie de Anamaria Vartolomei  (et ça c’est plutôt la bonne nouvelle ) au secours d’un scénario malmené par quelques réminiscences historiques sur le passé nazillard de certains potentats de la mode. Beigbeder a envie de dire, de montrer, démonter, dénoncer dans ce qui devient un fourre-tout d’images, couronné par une fête orgiaque, boursouflure supplémentaire à un état des lieux délabré. Audrey Fleurot en est la représentante excitée et « too much », visual coach au bord de la crise de nerf permanente.

Elle en fait des tonnes (mais c’est peut-être la réalité !…) tout au service de son « model scouting »  avec qui elle s’acoquine pour dénicher la nouvelle égérie de son entreprise que dirige Jonathan Lambert, superbe, en drag queen de salon. L’un et l’autre se détestent, c’est entendu, postulat sur lequel Beigbeder ne réagit pas vraiment. Le duo est formé pour donner du pep et de l’allant à une vérité qui n’en demandait certainement pas tant. « Soyons humble face à la puissance du destin » ne cesse de marmonner notre Parango de castelet. Le cinéaste a su l’écrire, sans l’appliquer.

LES SUPPLEMENTS

  • Scènes coupées (6.35 mn). Elles n’auraient pas pu sauver le film …
  • Making of (13 mn). Le tournage effectivement, sans commentaire, avec plusieurs scènes refaites, entre coupes et bêtisier. La magie du train fantôme en prend un coup mais c’est aussi tout l’envers du décor bien apprêté. Et voir Audrey Fleurot à deux doigts de lâcher prise face à Gaspard Proust qui lui casse ses effets, mérite un grand bravo …

 

Le coq se moque de son poulailler. Frédéric Beigbeder s’inspire de son propre roman « Au secours pardon » et  puise beaucoup dans sa propre vie pour raconter la frénésie du monde de la mode,ses artifices codifiés. Le directeur de «Lui » le fait bien évidemment à la Beigbeder, avec le même sourire prévisible qui lui barre le visage, fantaisie acide d’une mimique qui dit tout et rien du tout. Vacuité d’un univers traversé de son bureau à l’écran, sous les traits d’un Gaspard Proust (Octave Parango ) qui ne demande que ça. Aussi ironique que facétieux face à la gente féminine, cet alter-ego…
Le film
Les bonus

Quand Beigbeder s’enfonce il le revendique haut et fort dans un déluge d’images et de répliques cinglantes qui se veulent drôles, et le deviennent uniquement dans l’interprétation qu’en fait Gaspard Proust. Beigbeder, c’est le coq qui se moque de son poulailler. Il puise beaucoup dans sa propre vie pour raconter la frénésie du monde de la mode, et ses artifices codifiés. Le directeur de «Lui » le fait avec le même sourire prévisible qui lui barre le visage, fantaisie acide d’une mimique qui veut tout dire et ne rien dire. C’est tout le problème de ce film généreux dans ses intentions, malheureux dans sa réalisation excessive et boursouflée. Habituellement j’aime bien Audrey Fleurot, mais là elle en fait beaucoup trop.

Avis bonus Scènes coupées sans grand intérêt, et un making of beaucoup plus intéressant

User Rating: Be the first one !
L'Idéal (DVD) de Frédéric Beigbeder
Date de sortie du DVD : 18 October 2016
Format : Couleur, PAL
Studio : Orange Studio
Duree : 86 minutes

PRIX : EUR 14,99 (Prix de depart : EUR 17,05)

Voir aussi

Le Festival Télérama : 3.50 € la place

Le 20e Festival cinéma Télérama a lieu du 18 au 24 janvier. Pour 3,50 euros …

Laisser un commentaire