Accueil » A la une » « L’Héritage des 500.000 » de Toshiro Mifune. Critique cinéma

« L’Héritage des 500.000 » de Toshiro Mifune. Critique cinéma

Synopsis: Durant la Seconde Guerre mondiale, le commandant Matsuo a participé à l’ensevelissement de plusieurs milliers de pièces d’or dans la jungle philippine. Bien des années plus tard, un riche homme d’affaires, Mitsura Gunji, lui propose de partir à la recherche du butin. Contraint d’accepter, Matsuo retourne aux Philippines accompagné de quatre hommes recrutés par Gunji…

La fiche du film

Le film : "L'Héritage des 500 000"
De : Toshirô Mifune
Avec : Toshirô Mifune, Tatsuya Mihashi
Sortie le : 03/04/2019
Distribution : Carlotta Films
Durée : 98 Minutes
Genre : Aventure, Action, Drame
Type : Long-métrage
Le film

Fidèle compagnon de Kurosawa, la star du cinéma japonais, Toshiro Mifune, n’a réalisé que ce long-métrage . Ce qui le rend particulier, voire unique dans son genre. Le film d’aventure sur fond de guerre larvée. Le conflit entre les japonais et les américains est terminé depuis trente ans quand resurgit une vieille histoire de trésor enterré quelque part sur une île…

Là où 500.000 soldats ont trouvé la mort. Parmi les rares survivants , un seul est en mesure aujourd’hui de révéler le lieu de l’enfouissement. Mais Matsuo, l’ancien commandant, employé de bureau (Mifune en personne ) ne s’en préoccupe pas, jusqu’au jour où un homme d’affaires très puissant se charge de le lui rappeler.

La manière n’est pas tendre et les intentions affichées peu crédibles. L’or sera remis dit-il au peuple japonais qui s’était à l’époque cotisé . Un prétexte de voyous. Matsuo le sait bien et se méfie comme de la peste des quatre hommes chargés de l’aider dans son expédition.

Sa vie ne tient qu’à un fil, il le sait pertinnement…

Un périple assez classique du film d’aventure, avec cette petite touche nippone d’humour gratiné au cœur d’une aventure dramatique. Voire désolante quand, à l’évocation de la guerre, Matsuo comprend que la jeunesse de son pays a déjà oublié, ou ignore complètement cette page de leur Histoire.

Du sentimentalisme d’adulte dit l’un d’entre eux, alors que la zizanie s’installe peu à peu dans l’équipe aussi sauvage que désordonnée.

Acteur, producteur, réalisateur Toshiro Mifune bénéficie du scénariste attitré de Kurosawa, Ryuzo Kikushima pour gommer les faiblesses d’une réalisation qui entre le film populaire, et la saga historique ne réussit pas toujours à maintenir le propos sur les travers de l’âme humaine, cette convoitise toujours aiguisée par l’appât du gain.

On revoit alors par intermittence  « Le Salaire de la peur » de Clouzot (1952) et « The Lost City of Z » de James Gray (2017) qui donnent de l’humanité une représentation plus juste, moins fantaisiste.

Mais c’est peut-être dans l’esprit nippon que d’allier au sérieux de l’Histoire, la légèreté des êtres et leur inconséquence. On retrouve ainsi dans le commando nos deux abrutis familiers du cinéma japonais. Ils ne réfléchissent pas beaucoup, et comprennent encore moins bien.

Mais toujours avides et prompts à foncer dans le tas, les yeux fermés. Ce que le commandant tentera de contrôler au milieu des traîtrises et des revirements de situation. L’aventure, pour l’aventure…

Fidèle compagnon de Kurosawa, la star du cinéma japonais, Toshiro Mifune, n'a réalisé que ce long-métrage . Ce qui le rend particulier, voire unique dans son genre. Le film d’aventure sur fond de guerre larvée. Le conflit entre les japonais et les américains est terminé depuis trente ans quand resurgit une vieille histoire de trésor enterré quelque part sur une île... Là où 500.000 soldats ont trouvé la mort. Parmi les rares survivants , un seul est en mesure aujourd’hui de révéler le lieu de l’enfouissement. Mais Matsuo, l’ancien commandant, employé de bureau (Mifune en personne ) ne s’en préoccupe pas,…
Le film

Acteur, réalisateur et producteur, la star du cinéma japonais Toshiro Mifune ne l’aura été qu’une fois sur ce film d’aventure qui reprend le cours d’une guerre perdue pour mieux y disséquer les tréfonds de l’âme humaine. Autour d’un trésor enfoui dans la jungle philippine, que quelques hommes prêts à tout convoitent pour le ramener au Japon. Les intentions sont plus ou moins bonnes mais au fur et à mesure de l’expédition, son responsable ( contraint et forcé ) comprend très bien ce qui attend ses compagnons. La révélation d’une humanité à jamais pétrie dans la haine et la bêtise, même si la pointe d’humour, traditionnelle au septième art nippon, n’échappe pas à un Mifune un peu instable derrière la caméra.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Network, main basse sur la télévision » de Sidney Lumet. Critique cinéma

Mais que s'est-il passé ses quarante dernières années à la télévision ? On aurait dû se méfier

Laisser un commentaire