Accueil » A la une » « Les chansons que mes frères m’ont apprises » de Chloé Zhao. Critique cinéma-dvd

« Les chansons que mes frères m’ont apprises » de Chloé Zhao. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Johnny vient de terminer ses études. Lui et sa petite amie s'apprêtent à quitter la réserve indienne de Pine Ridge pour chercher du travail à Los Angeles. La disparition soudaine du père de Johnny vient bousculer ses projets. Il hésite également à laisser derrière lui Jashaun, sa petite sœur de treize ans dont il est particulièrement proche. C'est tout simplement son avenir que Johnny doit maintenant reconsidérer…

La fiche du DVD

Le film : "Les Chansons que mes frères m\'ont apprises"
De : Chloé Zhao
Avec : Irene Bedard, Dakota Brown, Cat Clifford, Jorge Dullknife, Taysha Fuller
Sortie le : 27/01/2016
Distribution : Diaphana
Durée : 94 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD : 1
Le film
Les bonus

Un premier film plein d’ambitions, de belles images et de vaines attentes

Le Dakota du Sud, je ne connais pas, mais l’image de Chloé Zhao  est magnifique. Le cadre est parfait et la photo sublime, dans le contre-jour d’une soirée qui s’attarde. La réalisatrice est en admiration dans ce paysage où une réserve indienne retient toute son intention. Là où vit la famille de Johnny, qui après la mort du père, redouble d’attention auprès de sa petite sœur.

Le jeune homme a bien des projets en tête, et pour les financer, il trafique l’alcool interdit dans la réserve. Un fléau culturel qui a décimé une bonne partie de son peuple, et que tente de juguler quelques responsables communautaires. Johnny dépasse les bornes, et plus encore lorsqu’il s’aventure sur des territoires qui ne lui appartiennent pas. Il en fera les frais.

Johnny n’est pas un voyou, mais une figure de l’héritage oublié par une civilisation qui n’existe plus. On la voit, on la pressent dans les demi-mots d’une cinéaste qui retient l’ambition d’en dresser le constat. De cette existence parquée, de ce peuple en déshérence, on en devine les contours, mais pas l’Histoire.

Johnny, survivant d' un vieil héritage consommé
Johnny, survivant d’ un vieil héritage consommé

C’est la petite qu’elle nous raconte, un frère pour sa sœur, réserve indienne ou pas, on la connaît. Une chanson douce-amère qui s’éternise entre l’instinct et la filiation.

Le cinéma de Chloé Zhao est très posé. Il réfléchit beaucoup sur lui-même, avant de transmettre le peu qui lui reste de pertinence.Voyez comme je sais capter la lumière, apprivoiser une ambiance, voyez comme je sais filmer. C’est un premier film, mais ça ne fait aucun doute et ça s’appelle la forme. Le fond, en filigrane, demeure plus inconstant. Les indiens ont encore perdu une bataille.

LES SUPPLEMENTS

  • Entretien avec la réalisatrice (15 mn) . « Je voulais faire un film sur un territoire que les américains ne connaissent pas forcément bien, et l’explorer. Je suis allé à Pine Ridge et sur place j’ai vu qu’il y avait une histoire à raconter. Ces gens-là sont beaucoup sollicités par des journalistes et des documentaristes, mais qu’on leur propose une fiction et un rôle, ça leur paraissait bizarre. Comme je suis revenu plusieurs fois, ils m’ont prise au sérieux ».

Les chansons que mes fr_res m'ont apprises - freres et soeurs

Elle parle de ses personnages, des gens, comment elle les a trouvés. Sa manière de travailler (peu de répétitions, de l’improvisation, «  même si j’écrivais tous les matins une scène avant de la tourner »…) et des éléments de la réalité qui se mêlent à la fiction. A ce sujet, la séquence de la maison calcinée est incroyable quand la réalisatrice nous apprend qu’il s’agit réellement de celle du grand père de l’héroïne. Elle a brûlé pendant le tournage et «  je lui ai proposé d’intégrer ce fait divers à notre histoire, elle a accepté et lorsque j’ai voulu couper, elle m’a dit de laisser la caméra tourner. Ca dure 45 minutes et l’émotion est totale, et cela s’intégrait parfaitement à l’idée que je me faisais de la force de cette jeunesse ».

  • Des scènes coupées (8 mn). Elles n’ont pas effectivement grand intérêt, hors mis peut-être la scène avec le frère d’Aurelia, quand celle-ci laisse partir son petit copain.

Un premier film plein d’ambitions, de belles images et de vaines attentes Le Dakota du Sud, je ne connais pas, mais l’image de Chloé Zhao  est magnifique. Le cadre est parfait et la photo sublime, dans le contre-jour d’une soirée qui s’attarde. La réalisatrice est en admiration dans ce paysage où une réserve indienne retient toute son intention. Là où vit la famille de Johnny, qui après la mort du père, redouble d’attention auprès de sa petite sœur. Le jeune homme a bien des projets en tête, et pour les financer, il trafique l’alcool interdit dans la réserve. Un fléau culturel…
Le film
Les bonus

Je m’attendais à un film sur l’Histoire du peuple indien à travers la survivance de quelques personnages parqués dans des réserves iniques. Dans l’une d’elles, la cinéaste suit le comportement d’un grand frère confronté aux aléas d’une vie précaire, et qu’il s’apprête à quitter, avec sa petite amie. D’autres circonstances viendront troubler ses projets, et l’attachement à sa petite sœur fera le reste. La mise en scène de Chloé Zhao est très belle, profitant des montages du Dakota du Sud pour éclairer des paysages aussi déserts que somptueux. Un filmage parfait (cadres et photos dans une lumière toujours adéquate) qui ne rend compte que des rapports entre le frère et la sœur, sans aborder ce qui apparait parfois en filigrane : le combat des héritiers de Wounded Knee pour la renaissance du peuple indien. Selon la légende, c’est une mission qui sera accomplie avec la 7 ème génération dont fait partie la petite sœur. Ce dont elle n’a pas l’air de se soucier. Un peu à l’image de la réalisatrice focalisée sur une toute autre histoire, plus conventionnelle. Chloé Zhao a beaucoup de talent, qu'elle exprime à la surface de la pellicule. Ca ne tient pas vraiment longtemps.

Avis bonus Un entretien intéressant et des scènes coupées

User Rating: Be the first one !
Les Chansons que mes frères m'ont apprises (DVD) de Chloé Zhao
Date de sortie du DVD : 27 January 2016
Format : PAL
Studio : Diaphana
Duree : 94 minutes

PRIX : EUR 14,90 (Prix de depart : EUR 13,03)

Voir aussi

« Fuocoammare, par-delà Lampedusa » de Gianfranco Rosi. Critique dvd

Berlinale 2016 Ours d’Or, Prix du Jury Œcuménique, Prix Amnesty International, Prix du Jury du …

2 Commentaires

  1. On aurait tant aimé que ce film soit un chef d’oeuvre ! Heureusement le film est sauvé par de superbes images et par la relation entre un frère et sa soeur tous deux excellents. On apprend peu de choses mais réaliser un film sur le lieu de la bataille de Wounded Knee nous rappelle combien cette civilisation indienne a dû subir. Et en fait on ne croit pas trop à la renaissance annoncée pour la septième génération après ce massacre. 3 étoiles pour moi.

Laisser un commentaire