Accueil » Les critiques » « Le passé » Film. Critique

« Le passé » Film. Critique

Synopsis: Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder au divorce. Il découvre alors la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille, Lucie. Ses efforts pour améliorer cette relation lèveront le voile sur un secret du passé.

La fiche du film

Le film : "Le Passé"
De : Asghar Farhadi
Avec : Bérénice Bejo, Tahar Rahim
Sortie le : 17/05/2013
Durée : 130 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film
 
 
 

Asghar Farhadi est le réalisateur de « A propos d’Elly » et « Une séparation », deux excellents films, où la société iranienne se reflète dans ses intrigues sociales et politiques. Désormais exilé en France, le cinéaste n’a pas encore pris le pouls d’une société qui apparaît très peu dans son nouveau film.

Seuls, ses personnages emblématiques retrouvent le tempo d’un observateur toujours aussi préoccupé par la conscience humaine, qui , de l’innocence à la culpabilité, marque l’empreinte d’une vie.

Ex, futur, femme trompée ou qui espère, son théâtre donne à voir et à entendre les fêlures de tout un chacun , en dramatisant à l’extrême des situations déjà assez tendues , par leur contexte et leur singularité.

Ahmad débarque de Téhéran pour régler un divorce...
Ahmad débarque de Téhéran pour régler un divorce…

A la veille de son divorce avec Ahmad, Marie l’accueille à son domicile où passe de temps en temps Samir, son nouvel amant. Un triangle amoureux  inconfortable,  que le suicide de l’épouse de Samir dynamite pour une autre géométrie, totalement cabossée. Les interprétations les plus diverses entourent en effet les motivations de ce geste désespéré.

Des questionnements incessants, familiers du cinéaste, sur le désir d’être et de l’être en quête, sinon d’absolu, du moins d’une réalité proche de la vérité. Ce qu’il transmet très bien dans ses précédents films se dilue cette fois dans une pseudo enquête policière, un thriller sentimental emberlificoté.

Les protagonistes se renvoient tour à tour la responsabilité du suicide . Ils tournent alors en rond dans un scénario limpide à l’origine et  confus dans son dénouement. Seule, la maîtrise d’une caméra toujours aussi attentive et passionnée, permet de maintenir à flots un récit qui n’épargne jamais l’enfance.

Marie prépare son troisième mariage.
Marie prépare son troisième mariage.

Farhadi l’entraîne  dans ce maelström familial, au milieu duquel Elyes Agui révèle l’étendue de sa toute jeune personnalité. Une excellente interprétation, relayée par le jeu enfin convaincant de Bérénice Béjo, réellement habitée par son rôle de femme démunie  et de mère à la dérive. De là ,à lui décerner le prix d’interprétation à Cannes…

Avec sa fille Lucie (Pauline Burlet, très bien,  dans un rôle pas facile), c’est l’incompréhension la plus totale. Un no man’s land miné par les non-dits. Une histoire du passé…

      Asghar Farhadi est le réalisateur de « A propos d’Elly » et « Une séparation », deux excellents films, où la société iranienne se reflète dans ses intrigues sociales et politiques. Désormais exilé en France, le cinéaste n’a pas encore pris le pouls d’une société qui apparaît très peu dans son nouveau film. Seuls, ses personnages emblématiques retrouvent le tempo d’un observateur toujours aussi préoccupé par la conscience humaine, qui , de l’innocence à la culpabilité, marque l’empreinte d’une vie. Ex, futur, femme trompée ou qui espère, son théâtre donne à voir et à entendre les fêlures de tout…

Review Overview

Le film

J’ai l’impression qu’Asghar Farhadi, loin de ses repères sociaux n’a pas su maîtriser cette fois un scénario qui se délite dans une enquête vaguement policière autour de la raison d'un suicide. Sa maîtrise de la mise en scène sauve l’entreprise dans laquelle tous les comédiens jouent au-dessus de l’intrigue.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« 1.54… » de Yvan England. Critique cinéma

Les réseaux sociaux au cœur du harcèlement scolaire, rageusement dénoncés par une pléiade de jeunes et excellents acteurs

6 Commentaires

  1. Amour,adultère,séparation,divorce,famille recomposée,crise d’adolescence,jalousie,questionnements de l’enfance,et même l’euthanasie : bref,thèmes sempiternels traités dans un sympathique cafouillis à l’image de la maison.
    Les enfants jouent extrêmement bien ,leurs rôles n’étant vraiment pas faciles.L’homme revenu de l’Orient avec la sagesse incarnée,aide tout ce petit monde névrosé à s’en sortir.Beaucoup de cris pour que la colère et leur mal-être explosent mais pas un seul bisou!
    J’ai aimé ce film aux multiples issues tout en restant sur ma faim…

Laisser un commentaire