Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Les enfants de Belle Ville » Critique DVD

« Les enfants de Belle Ville » Critique DVD

Synopsis: Akbar est jeune, il vient d’avoir 18 ans, mais Akbar est condamné à mort. Alors qu’il attend son exécution dans une prison de Téhéran, son meilleur ami et sa sœur vont tenter d’obtenir le pardon du père de sa victime, seul moyen pour lui d’échapper à son destin.

La fiche du film

Le film : "Les Enfants de Belle Ville"
De : Asghar Farhadi
Avec : Taraneh Alidoosti, Babak Ansari
Sortie le : 20/11/2012
Durée : 101 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film
Les bonus

Les enfants de Belle Ville ?  J’ai eu la chance de découvrir très vite «  A propos d’Elly » sans rien savoir de son auteur. Un film magnifique qui met à nu le cœur et les âmes d’une petite communauté qui croyait bien s’entendre, lors d’un séjour au bord de la mer.

Et puis est venu cet autre film remarque «  Une séparation » qui cette fois fera quasiment le tour de la planète avec un succès égal et justifié.

Après avoir connu la consécration internationale Asghar Farhadi a  fait  connaître ses anciens films, tels que « La Fête du feu » (2011) et « A propos d’Elly » (id.). Des films qui comme  « Les Enfants de Belle Ville » reflètent  la situation de la société iranienne et la remet en question. Après les problèmes des couples en crise, l’adultère, le divorce et la vieillesse, Farhadi aborde dans ce film la peine de mort, un châtiment très pratiqué en Iran.

Mais nouvelle prévention avant projection : la VO une fois encore, est indispensable. Et qui plus est, indissociable de ces visages iraniens où s’affiche toute leur personnalité. Et dieu sait – ou allah – que devant la caméra de Asghar Farhadi , ils n’en manquent pas. Elle prend parfois la marque d’un franc sourire, simple et direct, d’un regard déterminé. Ou bien dans l’assurance d’une démarche volontariste elle se révèle et nous dévoile cette société, tout à fait à contre-culture de la nôtre.
Et c’est d’ailleurs peut-être ce qui nous attire dans ce cinéma, porteur d’une autre civilisation, où il faut « payer le prix du sang » pour gracier un condamné à mort. En nous rapportant par le menu détail, les tractations entre la famille de la victime (dont le père refuse obstinément le pardon) et celle du meurtrier (un gamin au moment des faits), le cinéaste  brosse subtilement l’état des lieux du pays.
Ou l’émancipation des femmes n’est pas encore inscrite dans le quotidien, malgré l’indépendance farouche qu’affiche désormais Firouzeh dans son combat pour la liberté de son frère. Jusqu’où faut-il aller pour demander le pardon ? Jusqu’où faut-il aller pour l’accorder ? quand on sait que « le sang d’une femme vaut deux fois moins que celui d’un homme ».

Le prix a payer est donc insupportable pour cette porte-parole des aspirations des femmes iraniennes.Taraneh Alidoosti . , l’actrice désormais fétiche de AF, porte à bout de bras et de sourire ce personnage courage, doublé par la présence de Faramarz Gharibian, tout aussi rayonnant dans son amitié pour le condamné à mort. Ce couple quasiment hors la loi aux yeux du peuple iranien va pourtant renverser des montagnes. Jusqu’à l’ultime sacrifice…

  • Entretien avec  le réalisateur  (7 mn)

 

La carrière du cinéaste avec les thèmes abordés dans les films et l’évolution de ses personnages ( » je les fais de plus en plus douter, poser des questions sur le bien fondé de leurs actes ») les détails du quotidien qui crée le désordre, c’est dit en peut de mots, mais c’est bien dit.  » Je suis aussi partisan du fait que le spectateur ne voie pas tout, je le laisse deviner, suggérer un itinéraire pour qu’il trouve seul la destination. […] Même si j’avais la liberté de tout dénoncer, et que mes critiques ne mettaient pas ma vie en danger, c’est le procédé le plus intéressant, me semble-t-il, car vous donnez de la liberté au spectateur ».

Les enfants de Belle Ville ?  J’ai eu la chance de découvrir très vite «  A propos d’Elly » sans rien savoir de son auteur. Un film magnifique qui met à nu le cœur et les âmes d’une petite communauté qui croyait bien s’entendre, lors d’un séjour au bord de la mer. Et puis est venu cet autre film remarque «  Une séparation » qui cette fois fera quasiment le tour de la planète avec un succès égal et justifié. Après avoir connu la consécration internationale Asghar Farhadi a  fait  connaître ses anciens films, tels que "La Fête du feu" (2011) et "A…

Review Overview

Le film
Les bonus

Encore un film empreint d’une grande sensibilité et d’une extrême rigueur dans la mise en scène qui à travers l’histoire d’un amour impossible nous révèle les méandres judiciaires d’un pays patriarcal, complexe, à en devenir kafkaien.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Le Destin » de Youssef Chahine. Critique dvd

Trois dvd réunis dans un coffret, donc ce destin que l'Histoire nous ramène à la une d'une actualité brûlante

Un commentaire

Laisser un commentaire