Accueil » A la une » « La grande aventure Lego » de Phil Lord et Chris Miller. Critique cinéma

« La grande aventure Lego » de Phil Lord et Chris Miller. Critique cinéma

Synopsis: A partir de 3 ans Emmet est un petit personnage banal et conventionnel que l'on prend par erreur pour un être extraordinaire, capable de sauver le monde. Il se retrouve entraîné, parmi d'autres, dans un périple des plus mouvementés, dans le but de mettre hors d'état de nuire un redoutable despote. Mais le pauvre Emmet n'est absolument pas prêt à relever un tel défi !

La fiche du film

Le film : "La Grande Aventure Lego"
De : Phil Lord, Chris Miller
Avec : Chris Pratt, Will Ferrell
Sortie le : 19/02/2014
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 100 Minutes
Genre : Aventure, Animation
Type : Long-métrage
Le film

J’ai mis un peu de temps à débarquer sur cette planète. J’aurais pu patienter encore quelques semaines, et à la limite m’abstenir . Ça ne vaut vraiment pas le déplacement tout cet univers à la gloire du petit bonhomme, décliné sous toutes les formes que compte l’entreprise de jouets. Elle ne perd pas le nord .

Sur un scénario indigent, et une histoire cousue depuis des siècles, de fil blanc et de gags à répétition, faciles, la fabrique nous passe en revue tous  les profils de l’individu. Du policier au pirate, via les sempiternels héros (Batman, Superman…) des bandes dessinées , et même un Lincoln sur fauteuil spatial. L’ensemble est agglutiné dans un récit qui part dans tous les sens, et emprunte beaucoup au cinéma («  Le cinquième élément », «  La guerre des étoiles »…) sans forcément lui rendre hommage. La cerise à côté du gâteau, c’est très bruyant.

photo-La-Grande-aventure-LEGO-The-Lego-Movie-2013-3

Mais comme il faut bien faire sa pub, on imagine alors que notre vedette du jour, qui paraît plus bête que la moyenne, réussit à échapper aux méchants en passant par une zone interstellaire avant de plonger dans la grande mare aux canards, où des flibustiers entendent lui faire la peau. La machine à démonter le temps  fait toujours des ravages.

Comme on flashe beaucoup sur les personnages, et très peu sur les décors, la 3 D une fois encore n’est pas vraiment mise à contribution, la profondeur de champ  étant abandonnée à de vagues perspectives, plus ou moins bien dessinées.

Une seule idée m’a vraiment fait sourire, quand le maître de l’univers décide d’effacer de son chemin, le gentil flic, en lui passant sur le visage une sorte de dissolvant. Sur l’autre face il ne reste plus qu’un méchant flic.

J’ai mis un peu de temps à débarquer sur cette planète. J’aurais pu patienter encore quelques semaines, et à la limite m’abstenir . Ça ne vaut vraiment pas le déplacement tout cet univers à la gloire du petit bonhomme, décliné sous toutes les formes que compte l’entreprise de jouets. Elle ne perd pas le nord . Sur un scénario indigent, et une histoire cousue depuis des siècles, de fil blanc et de gags à répétition, faciles, la fabrique nous passe en revue tous  les profils de l’individu. Du policier au pirate, via les sempiternels héros (Batman, Superman…) des bandes dessinées ,…

Review Overview

Le film

Au profit de la marque de jouets, ce film ne tient même pas sur la 3 D dont elle abandonne les effets au profit de gros plans sur les petits bonhommes emblématiques du logo. L’histoire n’a rien d’originale, et sa mise en scène est quasiment absente. Ça bouge dans tous les sens, ça fait du bruit et puis ça repart dans le temps et la galaxie. On a quand même droit au couplet écolo, mais ça non plus, ça n’est pas nouveau.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Goto, l’île d’amour » de Walerian Borowczyk. Critique dvd

Un coffret, une rétrospective à Beaubourg, il en a de la chance !

Laisser un commentaire