Accueil » A la une » « Koblic » de Sebastián Borensztein. Critique cinéma

« Koblic » de Sebastián Borensztein. Critique cinéma

Synopsis: Argentine 1977. Un ancien pilote et capitaine de la Marine argentine, Tomas Koblic s’enfuit après avoir désobéi à un ordre de l‘armée soumise à la dictature. Caché dans une petite ville du sud du pays, sa présence attire l’attention du maréchal local d’une autorité abusive et sans scrupules

La fiche du film

Le film : "Kóblic"
De : Sebastián Borensztein
Avec : Ricardo Darín, Oscar Martinez
Sortie le : 05/07/2017
Distribution : Bodega Films
Durée : 92 Minutes
Genre : Policier, Historique, Thriller
Type : Long-métrage
Le film

La dictature argentine n’a pas un an, mais ses subordonnés ont pris le pouls de la situation. Contraints ou volontaires, ils participent à l’épuration politique de nombreux opposants. L’une des méthodes favorites : les vols de la mort. Les détenus, plus ou moins conscients sont jetés du haut d’un avion, en pleine mer.

Pilote de l’air pour la Marine, Koblic est désigné pour effectuer cet aller sans retour. A l’issue de cette mission qui ne le lâchera plus, il décide de se fondre dans l’anonymat d’une petite ville. Il déserte. Dans le plus grand secret, à l’écart des tumultes de la grande ville, un ami lui offre un poste de pilote commercial.

Koblic a tout organisé pour protéger sa fuite et sa nouvelle vie. Une maladresse va le confondre. Il ignore encore avoir commis l’erreur fatale dont s’empare le commissaire local, un homme sadique et pervers qui tient sous sa coupe tous les villageois, amis ou ennemis…

Un affidé du régime, un électron libre.

Sebastián Borensztein a construit avec Alejandro Ocon le scénario de cette aventure oppressante sur une écriture de traîne (comme le ciel), un vocabulaire énigmatique, à peine murmuré. Les armes du héros. La discrétion le guide, c’est son viatique pour l’avenir que la belle Nancy (Inma Cuesta) sous la coupe du garagiste brutal , au secret bien gardé, se charge de contrarier. Koblic est un homme aux abois, mais un homme dont les amours interdites prennent le pas sur sa destinée.

Avec tous ses indicateurs au rouge on ne l’imaginait pas attiser de nouvelles braises .Le policier s’en empare. La toile se referme, l’oppression vacille dans le mauvais sens.

Sebastián Borensztein ne filme pas l’angoisse (bien présente) mais l’incertitude craintive d’un drame annoncé. Koblic est un loup traqué par un serpent venimeux à tête humaine. Ricardo Darín face à Oscar Martìnez, le cinéma argentin réunit deux de ses plus fidèles représentants pour une variation politico-policière du plus bel effet.

  • Autour de la situation politique de l’Argentine :

« Le médecin de famille » de Lucia Puenzo

« El Clan » de Pablero Trapero

La dictature argentine n’a pas un an, mais ses subordonnés ont pris le pouls de la situation. Contraints ou volontaires, ils participent à l’épuration politique de nombreux opposants. L’une des méthodes favorites : les vols de la mort. Les détenus, plus ou moins conscients sont jetés du haut d’un avion, en pleine mer. Pilote de l’air pour la Marine, Koblic est désigné pour effectuer cet aller sans retour. A l’issue de cette mission qui ne le lâchera plus, il décide de se fondre dans l’anonymat d’une petite ville. Il déserte. Dans le plus grand secret, à l’écart des tumultes de la…
Le film

Il est de plus en plus courant de ramener le genre western à une application de nombreux films contemporains. « Koblic » n’échappe pas à la règle avec sa structure parfaitement codifiée autour d’un homme solitaire qui tente d’échapper à son destin. Pour des raisons que l’on découvre peu à peu au fil de ses cauchemars, il a déserté l’armée argentine et la dictature qui le gouverne pour se retirer dans un petit village oublié de tous. Sauf de son shérif, un policier affidé du régime qu’il sert en électron libre. L’homme méchant va faire du héros un objet de torture morale en le contraignant à se dévoiler de plus en plus jusqu’au jour où ils se retrouvent sur la place du village, face à face… Ricardo Darín face à Oscar Martìnez, le cinéma argentin réunit deux de ses plus fidèles représentants pour une variation politico-policière du plus bel effet.

User Rating: 3.7 ( 1 votes)

Voir aussi

« Korczak » de Andrzej Wajda. Critique dvd

Dans le ghetto de Varsovie un médecin tentera de sauver 200 enfants de la déportation

Laisser un commentaire