Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « The king of New-York » d’Abel Ferrara . Critique DVD

« The king of New-York » d’Abel Ferrara . Critique DVD

Synopsis: A sa sortie de prison, Frank White veut reconquérir à tout prix son territoire du Bronx et utilise toutes les méthode qu'il juge nécessaire. Sur les conseils de son avocat, il finance un hôpital, ce qui lui vaut le titre de 'roi de New York' par la presse.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "The king of new york - Edition limitée boitier collector métal [Blu-ray]"
De : Abel Ferrara
Avec : Christopher Walken, David Caruso
Sortie le : 24 octobre 2012
Distribution : Carlotta Films
Durée : 103 minutes
Film classé : 16 ans et plus
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Meilleur dvd Octobre 2012 ( 9 ème )

C’est se foutre de la gueule du monde. Ce film qui dure une bonne centaine de minutes a certainement une heure de pur bonheur cinématographique. Et puis, comme s’il en avait trop fait,  Abel Ferrara revient à des codes tout à fait classiques du cinéma de gangster. Ca tire dans tous les coins à la John Woo, ça se course et ça se tamponne, et puis au final le méchant a ce qu’il voulait, même si l’histoire n’est pas plus tendre avec les gentils.
Les policiers n’ont rien de sympathique. Je ne vous dirais pas comment ils vont s’y prendre pour coincer « l’homme qui sortait de prison et qui voulait se racheter », mais une chose est certaine, ils ne le lâcheront pas d’une semelle.

C’est le nœud de l’intrigue, ce pourquoi Ferrara a mis tout son talent au service d’une œuvre qui dès l’ouverture nous dit que Ferrara est grand. Le générique dure très exactement huit minutes, et il est prodigieux car on pressent déjà tout ce qui va se passer, à travers le regard et la déambulation nocturne de notre héros.

the king of new york

Il s’appelle Frank White et c’est Christopher Walken qui le joue. Ou l’inverse. Il y a confusion des rôles, dès que le type à peine les pieds dehors maîtrise l’air qu’il respire. Encore quelques détails à régler, et puis éliminer les gêneurs.
Son équipe s’en charge pendant que monsieur prend sa douche. Ferrara passe de l’un à l’autre, impérial ; tapis rouge pour ces dames, c’est du sang et cocaïne pour tout le monde. Ferrara/Walken/White fait le ménage. La mise en scène diabolique se charge d’expédier les affaires courantes, avec l’élégance d’un gentleman pris aux bras d’une traînée.

Notre héros est de la même trempe. Le voici rédempteur et justicier, brasseur de dollars, convoyeur de blanche, mais pas touche à la gamine qui voit son « protecteur » filer, in nomine patris, sous des champs de pâquerettes. Même punition pour ces marchands de sommeil à qui il en accorde toujours un, définitivement.


C’est un caïd par ordinaire que Ferrara nous montre ainsi en si mauvaise compagnie. Victor Argo, David Caruso, Laurence Fishburne, ou bien encore, Steve Buscemi, pas encore vraiment connu, mais qui la même année allait sortir dans « Miller’s crossing » et « Les arnaqueurs ». Ajoutez à ça « The king of New-York », un film dans lequel il aura un tout petit rôle. Mais qui l’aidera à devenir grand.

LES SUPPLEMENTS

  • Entretien avec Ferrara .C’est après avoir vu Terminator, ce qu’en attendait le public, et l’impact sur le 7e art, que le cinéaste a eu l’idée de son film. « J’ai voulu essayer de me mettre dans cette ambiance, écrire une histoire qui susciterait une vive réaction du public ». En cherchant l’originalité dit-t-il encore, son film étant devenu à ses yeux, « une métaphore de l’aspect fugace de Wall strett, ces escrocs devenus nouveaux riches face à la classe prolétarienne des flics ».

Il raconte aussi comment la production a démarré. « On est allé déjeuner en Italie et un gars nous a fait un chèque de 5 millions, vous imaginez, c’est du passé ça n’arrivera plus ».

  • Entretien avec le producteur.Augusto Caminito raconte des petits trucs assez marrants sur et autour du film, sur la distribution; ça démystifie et ça éclaire.
    Hasard ou symbole de la liaison avec New York, trois des acteurs principaux du film, sont des habitués de Spike Lee. Laurence Fishburne, Wesley Snipes et Giancarlo Esposito
Meilleur dvd Octobre 2012 ( 9 ème ) C’est se foutre de la gueule du monde. Ce film qui dure une bonne centaine de minutes a certainement une heure de pur bonheur cinématographique. Et puis, comme s’il en avait trop fait,  Abel Ferrara revient à des codes tout à fait classiques du cinéma de gangster. Ca tire dans tous les coins à la John Woo, ça se course et ça se tamponne, et puis au final le méchant a ce qu’il voulait, même si l’histoire n’est pas plus tendre avec les gentils. Les policiers n’ont rien de sympathique. Je ne…

Review Overview

Le film
Les bonus

Ca frise pendant une heure le chef d’œuvre, quand tout à coup Ferrara redescend sur terre et termine sur un classique du genre. Mais sur l'ensemble on ne s'ennuie pas un instant, surtout avec un héros de la trempe de Christopher Walken

Avis Bonus : Le réalisateur et le producteur reviennent sur l'aventure qui , étant donné les circonstances, aurait pu bénéficier d'une intrusion dans les coulisses....

User Rating: Be the first one !
The King of New York [Édition Limitée boîtier SteelBook] (Blu-ray) de Abel Ferrara
Date de sortie du Blu-ray : 24 October 2012
Format : Couleur, Cinémascope
Studio : Carlotta Films
Duree : 103 minutes

PRIX : EUR 23,90 (Prix de depart : EUR 25,07)

Voir aussi

« Les Enchainés » d’Alfred Hitchcock. Critique Bluray

Hitchcock, les années Selznick, l’un des quatre titres du coffret consacré à ce duo parfait

Laisser un commentaire