Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Soupçons, la dernière chance » de Jean-Xavier de Lestrade . Critique DVD

« Soupçons, la dernière chance » de Jean-Xavier de Lestrade . Critique DVD

Synopsis: Michael Peterson est condamné pour le meurtre de sa femme, à la prison à vie, sans preuves, sans mobile. Réalisateur oscarisé pour « Un coupable idéal », Jean-Xavier de Lestrade l'a suivi avec son avocat au cours de l’enquête et pendant le procès de 2003.De nouveaux éléments font surface en 2010 .L’enquête est rouverte.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Soupçons - La dernière chance"
De : Jean-Xavier de Lestrade
Avec : Michael Peterson, David Rudolf
Sortie le : 05 février 2013
Distribution : Editions Montparnasse
Durée : 130 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Soupçons, la dernière chance, c’est une histoire qui commence le 9 décembre 2001. Durham, Caroline du Nord. La police découvre le corps sans vie de Kathleen Peterson, en bas de l’escalier de sa maison. On pense tout de suite à un accident. Pourtant, les soupçons se portent sur son mari Michael, romancier à succès et personnage public. Condamné une première fois en 2003, l’homme purge sa peine et clame son innocence. Sept ans plus tard, le témoignage d’un expert, Deaver, est remis en cause. L’affaire reprend son cours, pour la tenue d’un second procès .Lestrade reprend sa caméra.

Elle est toujours aussi incisive, et d’une grande objectivité dans sa quête de vérité. De la cellule au parloir du tribunal, de la salle d’audience à l’écoute des familiers, le réalisateur réunit toutes les pièces d’un dossier aux rebondissements inattendus.

SOUPCONS II - LA DERNIERE CHANCE

Que la fille de la victime et sa sœur prennent désormais leur distance avec le reste de la famille est à la fois compréhensible et regrettable.Car on sent une véritable union autour du père (adoptif ou biologique), une communion d’esprit qui lui permet de tenir le coup et de témoigner moralement de sa bonne foi. La découverte de sa double vie (il est bi-sexuel) n’entachera en rien l’affection que lui porte les siens, et l’accusation  n’y trouvera pas d’arguments à charge.

Elle est peut-être trop gênée par la découverte de faux témoignages, de la part d’un expert cité à ce procès et confondu dans une autre affaire pour avoir trafiqué les résultats. Deaver, malmené, discrédité, l’expert devient témoin à charge.Bien évidemment l’avocat de la défense, David Rudolf ,  le même depuis dix ans, enfonce le clou pour fournir de nouveaux arguments pour la tenue d’un nouveau procès.

C’est cette démarche que Lestrade ausculte au plus près du dossier et des commentaires autorisés (ceux de la famille tiennent plus de la compassion) à travers un montage exaltant sur lequel nos spécialistes des affaires criminelles télévisées devraient se pencher.

michael-peterson-je-dois-ma-libert-jean-xavier-de-lestrade-et-son-film,M103267

A la reconstitution, au sensationnel (par leur questionnement, leur mise en scène) Lestrade joue le factuel, les vidéos familiales, n’apportant par exemple que le supplément de vérité au cœur d’une famille soudée jusqu’au bout.

Ce qui ne lui interdit pas les interrogations, et les cas de consciences. «  Il nous faut vivre avec le mystère de la mort de notre mère adoptive » dit l’une des filles «  et faire confiance à notre père adoptif, dont on ne doute pas un instant de son innocence. Mais cela nous met en porte à faux ».

Ce que retranscrit très bien la caméra de Lestrade, toujours assez proche pour ne rien perdre de l’instant, assez distante pour donner au protagoniste l’impression de vivre en dehors de toute violation de leur vie privée. Et je crois qu’en dehors des interviews, tous les participants oublient très vite qu’ils sont filmés, traqués, observés. Cela à la demande expresse de Michael Peterson qui le rappellera à l’issue des cinq jours d’audience, qui le verra retrouver partiellement la liberté. Il porte désormais un bracelet électronique. Et attend la date de son nouveau procès.

Soupçons, la dernière chance, c'est une histoire qui commence le 9 décembre 2001. Durham, Caroline du Nord. La police découvre le corps sans vie de Kathleen Peterson, en bas de l’escalier de sa maison. On pense tout de suite à un accident. Pourtant, les soupçons se portent sur son mari Michael, romancier à succès et personnage public. Condamné une première fois en 2003, l’homme purge sa peine et clame son innocence. Sept ans plus tard, le témoignage d’un expert, Deaver, est remis en cause. L’affaire reprend son cours, pour la tenue d’un second procès .Lestrade reprend sa caméra. Elle est…

Review Overview

Le film
Les bonus

Coupable ou non coupable, experts, contre experts, tout est passé au crible. Lestrade épluche les pièces du dossier au cours d’une enquête documentée, illustrée, fascinante, comme un bon vieux thriller. Sauf qu’ici tout n’est que réalité, et à moitié vérité : on ne sait toujours pas comment Mme Peterson a chuté dans les escaliers. Lestrade ne juge pas, il observe. Captivant.

Avis Bonus : Un long entretien avec Jean-Xavier de Lestrade qui livre ici ses sentiments sur la manière de mener l'enquête documentaire et ses réflexions personnelles.

User Rating: Be the first one !
Soupçons - La dernière chance (DVD) de Jean-Xavier de Lestrade
Date de sortie du DVD : 5 February 2013
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Editions Montparnasse
Duree : 130 minutes

PRIX : EUR 39,40 (Prix de depart : ---)

Voir aussi

« Rock’n roll » de Guillaume Canet. Critique cinéma

L'auteur-réalisateur-interprète se flingue à tout va, il se fait trop de mal !

Laisser un commentaire