Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Killer Joe » de William Friedkin. Critique DVD

« Killer Joe » de William Friedkin. Critique DVD

Synopsis: Chris, 22 ans, petit dealer de son état, doit absolument trouver 6 000 dollars s'il veut sauver sa peau. Son seul espoir : les 50 000 dollars de l'assurance-vie de sa crapule de mère.Mais qui va se charger du sale boulot ?

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Killer Joe"
De : William Friedkin
Avec : Matthew McConaughey, Emile Hirsch
Sortie le : 06 février 2013
Distribution : Pyramide Vidéo
Durée : 100 minutes
Film classé : 12 ans et plus
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Les meilleurs DVD Février 2013 ( 7 ème )

Dès que Killer Joe pose ses yeux sur la petite Dottie ( Juno Temple), toute fraîche, toute blonde et presque bêtasse, on comprend qu’il va plus qu’exécuter son contrat, pour une famille prête à sacrifier l’ingénue au profit d’un matricide.

Comment le héros va s’y prendre. ? William Friedkin n’a pas besoin de se faire les dents sur une pièce de théâtre. A la veille de ses 80 printemps, l’auteur de « Bug » connaît toutes les ficelles du métier. Un bon décor poisseux avec les comédiens ad-hoc, et la caméra peut tourner sans complexe.

Ce qu’elle fait pendant cent bonnes minutes dans un univers complètement barré, et visiblement malsain où les protagonistes sont plus débiles, les uns que les autres. Des loosers en puissance, méchants et d’une bêtise crasse.

Proche de la caricature quand on suit le père ânonnant à son fils des vérités premières que l’intéressé reçoit sans la moindre effusion.

Un Killer Joe dans ce jeu de quilles et c’est du pain béni pour Matthew McConaughey qui se retient, tellement son jeu est balisé pour assumer le vrai du faux. A peine s’il se cache derrière le vernis de la probité, galvaudé  joyeusement une fois les talons tournés.

Une famille bien barge
Une famille bien barge

C’est tout le sel de ce récit à l’emporte-pièce poussé aux limites de la violence que Friedkin tente de maîtriser quand McConaughey ne se retient plus. Le masque tombe dans la boue du village de caravanes où vit notre famille à peine présentable, tellement il en faudrait des pages et des pages.

Un exemple : le fils, Chris, que Emile Hirsch trimballe avec une bonne volonté à toutes épreuves. Il les rate toutes, dont la plus probante : ne pas pouvoir payer ses fournisseurs de dope. Il va se faire massacrer, avant d’imaginer le meurtre de sa mère partie sous d’autres cieux. Tête baissée, il engage Killer Joe. Le loup entre dans la bergerie.

LES SUPPLEMENTS

  • Portrait d’une Amérique peu aimable (35 mn). Le réalisateur est principalement au centre de ce documentaire qui évoque les rapports très étroits entretenus avec l’œuvre de Tracy Letts. Il la compare d’ailleurs avec le travail en Grande-Bretagne, d’Harold Pinter : « leurs personnages se retrouvent toujours dans des situations que l’on peut retrouver n’importe où ».

Des gens que l’on voudrait oublier, tellement ils sont stupides, idiots. Ce film, dit-il encore, s’inscrit dans une filmographie cohérente, alors que sur le casting, l’homme est très disert. Rien que le rôle-titre mérite le détour. MC C était au départ pressenti pour le rôle d’Ansel…

L’édition Fnac comporte un second dvd

  • Master class réalisée au festival de Dauville en 2012. (90 mn). William Friedkin évoque sa fascination pour « Citizen Kane » qui lui donnera envie de faire du cinéma. « Quand j’ai vu ce film je me suis dit voilà ce que j’aimerais apprendre à faire, mais comment s’en approcher ».

photo-Killer-Joe-2011-1

Avec pour objectif depuis, réaliser un film qui tel « Citizen Kane » ne « s’inscrit que dans une phrase ».
En reprenant sa filmographie, à l’aide d’extraits de films que les spectateurs de la master class peuvent apprécier, mais pas ceux de ce dvd (bizarre et frustrant) le cinéaste reconnaît comme Flaubert parlant de « Mme Bovary », « que tous mes personnages sont en partie moi ».

Les meilleurs DVD Février 2013 ( 7 ème ) D'après la pièce de Tracy Letts Dès que Killer Joe pose ses yeux sur la petite Dottie ( Juno Temple), toute fraîche, toute blonde et presque bêtasse, on comprend qu'il va plus qu’exécuter son contrat, pour une famille prête à sacrifier l’ingénue au profit d’un matricide. Comment le héros va s’y prendre. ? William Friedkin n’a pas besoin de se faire les dents sur une pièce de théâtre. A la veille de ses 80 printemps, l’auteur de « Bug » connaît toutes les ficelles du métier. Un bon décor poisseux avec les…

Review Overview

Le film
Les bonus

Le roman de Trells a rudement servi au réalisateur, qui joue sur ses acquits. Ce qui procure un film très , très honnête dans le genre policier trash , avec des comédiens qui n'ont pas besoin de se surpasser : les rôles sont écrits sur du papier velours...

Avis Bonus : Une longue interview du réalisateur qui a l'air très content de lui et pour l'édition Fnac, une master class intéressante , malgré l'absence des extraits de films projetés à cette occasion

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Electra glide in blue » de James William Guercio . Critique Blu-Ray

Dans le genre indépendant, mais vraiment indépendant, c'est du hors norme; Et ça ne date pas d'hier

Laisser un commentaire