Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Cell 211 » de Daniel Monzon. Critique dvd

« Cell 211 » de Daniel Monzon. Critique dvd

Synopsis: Pour faire bonne impression, Juan débute un jour plus tôt son nouveau travail dans une prison de haute sécurité. À peine arrivé, il se retrouve au cœur d'une émeute. Personne ne le connaît et le hasard va lui permettre de se faire passer pour un prisonnier. Quand des membres de l'ETA sont retenus en otage, l'affaire prend un tour politique.

La fiche du Disque

Le film : "Cell 211"
De : Daniel Monzon
Avec : Luis Tosar, Alberto Amman
Sortie le : 01 février 2012
Distribution : Wild Side Video
Durée : 110 minutes
Film classé : 12 ans et plus
Nombre de Disque : 1
Le film
Les bonus

Un film qui m’a plutôt bien scotché. A part  les scènes finales, où les déboires du héros virent vraiment au pathétique, l’ensemble est un très honnête film noir. Avec le sempiternel credo des mutineries carcérales, il tente de faire preuve d’un peu d’imagination. On la doit en tout premier lieu à l’œuvre de Francisco Perez Gandul , dont le roman a été adapté, sans être un simple copié-collé. Le réalisateur, qui pour ce film, rafle huit Goya, s’emploie à brouiller les cartes, au moment où la donne semble évidente.

Un gardien de prison, fraîchement débarqué ,tombe pour son premier jour, sur une mutinerie. Personne ne le connaît, il visite la place, et devient un détenu pas ordinaire. Un individu double face que Alberto Ammann, , aborde un peu timidement me semble-t-il.

Sans être scénariste, romancier ou cinéaste, on imagine un peu vers quelles situations nous conduit ce genre de situation. Mais pas forcément là où nous mène le réalisateur. Nullement manichéen, Daniel Monzón multiplie les cas de figures ,qui  prennent tous la tangente des idées reçues.

L’origine de la mutinerie, la présence de membres de l’ETA dont le transfert était imminent, à l’extérieur de la prison, où la riposte s’organise, on s’interroge ainsi beaucoup sur un mouvement pas forcément spontané.A l’intérieur ,le doute est aussi de mise ; dans l’entourage du boss,  Malamadre (Luis Tosar, très bien) on se pose quand même quelques questions sur le nouvel arrivant.

Dehors, dedans, la caméra va et vient, relayée par la vidéo surveillance de la prison. Un jeu dont Daniel Monzón s’acquitte avec maestria, soucieux de donner du spectacle et de la réflexion.Ce mélange des genres, alimente la tension grandissante,  au fur et à mesure des tractations. Le réalisme est total, proche du documentaire, et seule la vision dramatique des personnages (peu de dialogues, des regards éloquents), nous remet en mémoire les fondamentaux de ce  cinéma de genre. Dans le genre, franchement, je n’en demande pas plus

Malamadre, le chef de la rebellion

LES SUPPLEMENTS

  • Le making of ( 34 mn ). Le film raconté par le menu, avec en toile de fond, le décor, et plusieurs scènes de tournage.Ce sera l’ancienne prison de la ville de Zamora en Espagne, où Daniel Monzón a fait appel à près de 500 figurants, parmi lesquels des prisonniers de la prison de Topas et du centre d’insertion sociale pénitentiaire de la ville. Visite des lieux.

Toutes les intentions du réalisateur, le choix des caméras en fonction des situations, «  caméra à l’épaule, c’était stimulant, on vivait notre propre mutinerie », le point de vue des acteurs, complètent ce making of ,bavard mais agréable.

Cellule 211 n’est pas sans rappelé «Un prophète»  de Jacques Audiard, sorti la même année  :  l’univers carcéral des deux histoires et, le succès critique et populaire du film qui a raflé  huit Goya en Espagne (contre neuf Césars pour Audiard).

Un film qui m’a plutôt bien scotché. A part  les scènes finales, où les déboires du héros virent vraiment au pathétique, l’ensemble est un très honnête film noir. Avec le sempiternel credo des mutineries carcérales, il tente de faire preuve d’un peu d’imagination. On la doit en tout premier lieu à l’œuvre de Francisco Perez Gandul , dont le roman a été adapté, sans être un simple copié-collé. Le réalisateur, qui pour ce film, rafle huit Goya, s’emploie à brouiller les cartes, au moment où la donne semble évidente. Un gardien de prison, fraîchement débarqué ,tombe pour son premier jour,…

Review Overview

Le film
Les bonus

User Rating: Be the first one !
Cell 211 (DVD) de Daniel Monzón
Date de sortie du DVD : 7 December 2010
Format : Couleur, PAL
Studio : Wild Side Video
Duree : 110 minutes

PRIX : EUR 56,00 (Prix de depart : ---)

Voir aussi

« Police fédérale Los Angeles » de William Friedkin. Critique Blu-ray

Le dernier coffret collector de l'année chez Carlotta, le père Noël ne viendra pas pour rien

Laisser un commentaire