Accueil » Comédies dramatique » « Fleurs du mal » de David Dusa. Critique cinéma

« Fleurs du mal » de David Dusa. Critique cinéma

Synopsis: .En juin 2009, suite aux élections controversées en Iran, les rues sont envahies par les manifestants. Les citoyens témoignent en filmant et diffusant les événements sur YouTube.Paris. Gecko, rencontre Anahita, iranienne en fuite, accrochée à l’actualité de son pays

La fiche du film

Le film : "Fleurs du Mal"
De : David Dusa
Avec : Rachid Youcef, Alice Belaïdi
Sortie le : 08/02/2012
Distribution : Sciapode
Durée : 100 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film

Comment communiquer aujourd’hui sans Facebook ou Twitter ? Youtube et Dailymotion ? Les réseaux sociaux, la toile, Internet sont  des médias, que les récentes révolutions du monde arabe ont su exploiter afin de les mettre au service de leur cause.
David Dusa nous le rappelle  de fort belle manière, dans ce film qui à travers la fiction d’une rencontre amoureuse, évoque la contestation iranienne  de 2009.
Dès son arrivée à Paris, Anahita  consulte jour et nuit,  les vidéos de son portable, où défilent les événements sanglants de Téhéran.  On ne sait pas  trop pourquoi elle a quitté son pays, où elle a laissé de nombreux amis, dont elle est sans nouvelles.  Gecko, ignorant de tout («  L’Iran, c’est le pays des embouteillages ?  »), lui sert de guide, d’amant, et d’élève aussi, en quête du passé de cette étrange jeune femme.

La belle insouciance du jeune garçon, c’est sa liberté de tous les jours, qu’il mesure à l’aune de ses déambulations enchantées dans Paris.  «  Il a la liberté de nos rêves » tapote Anahita (Alice Belaïdi, parfaite)au milieu des pigeons qui s’envolent eux aussi librement, tandis que sur l’écran, quelqu’un lui répond qu’il se rend dans le nord de Téhéran en quête d’une batterie Internet. «  Je sais, c’est dangereux

Deux mondes se confrontent, s’affrontent,  s’ignorent, dans le réel ou le virtuel, mais toujours rattrapés par l’insistance médiatique des images apeurées.
Des reportages amateurs, volés entre deux arrestations , des images livrées brut de brut , terribles de violence, d’autant plus terribles qu’on les découvre dans la sérénité d’un quotidien confortable.
Ce film sur la liberté, est un film totalement libre dans sa mise en scène ; j’aime beaucoup les séquences hip-hop, imprévisibles, du héros, que joue très naturellement, et spontanément Rachid Youcef. Un film qui assume totalement ses contradictions, et ses paradoxes, moteur d’un récit plein de fraîcheur, d’ardeur et de vie.

Gecko ne sait pas marcher, il danse continuellement…

Toute une jeunesse devrait s’y reconnaître, mais je pense que cette culture geek liée au désespoir d’un pays « où notre silence est notre seule voix dans le monde » va bien au-delà des barrières générationnelles. C’est un nouveau cinéma qui s’affirme. Il use avec intelligence et sensibilité  des codes du septième art et des réseaux sociaux. Ces « Fleurs du mal » nous font du bien ….

Comment communiquer aujourd'hui sans Facebook ou Twitter ? Youtube et Dailymotion ? Les réseaux sociaux, la toile, Internet sont  des médias, que les récentes révolutions du monde arabe ont su exploiter afin de les mettre au service de leur cause. David Dusa nous le rappelle  de fort belle manière, dans ce film qui à travers la fiction d’une rencontre amoureuse, évoque la contestation iranienne  de 2009. Dès son arrivée à Paris, Anahita  consulte jour et nuit,  les vidéos de son portable, où défilent les événements sanglants de Téhéran.  On ne sait pas  trop pourquoi elle a quitté son pays, où…

Review Overview

Le film

Bien sûr , il y a le titre, Beaudelaire et ses deux héros, amoureux impossibles.Mais le film, d'un genre nouveau , parle surtout de la liberté à travers la répression en Iran et l'utilisation des réseaux sociaux. Une confrontation intelligente entre ces deux univers, qui nous donne à voir une histoire d'amour au cœur de la révolution. En vibrant pour l'un, on (re)découvre l'autre. Pour un premier film, chapeau !

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Lola Pater » de Nadir Moknèche. Critique cinéma

Fanny Ardant pour le rôle, je ne sais pas… On la connait peut-être trop bien …

Laisser un commentaire