Accueil » A la une » « Bethléem » critique DVD

« Bethléem » critique DVD

Synopsis: 2005. Bethlehem sud de Jérusalem. Sanfur, un jeune palestinien vit dans l'ombre de son frère Ibrahim un terroriste à la tête d'un réseau influent. Razi, un agent des services secrets israéliens qui recrute des informateurs dans les territoires occupés s'en fait un allié, lui offrant ce qui manque à sa vie, l'estime et la bienveillance d'un père. Tentant d'assurer son rôle tout en restant loyal envers son frère, Sanfur navigue comme il peut d'un camp à un autre, commettant des impairs. Les services secrets découvrent qu'il participe aux activités de son frère, plongeant Razi dans un profond dilemme : doit-il donner une seconde chance à son indic ou obéir aux ordres ?

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Bethléem"
De : Yuval Adler
Avec : Tsahi Halevi, Shadi Mar\'i, Hitham Omari, Michal Shtamler, Tarik Kopty
Sortie le : 19 juin 2014
Distribution : Diaphana
Durée : 95 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
le film
Le bonus

C’est un autre regard que porte le cinéma israélien sur le conflit qui oppose son pays à la Palestine. Il est frontal, très réaliste semble-t-il, mais sans pour autant dégager d’éléments de réflexion sur l’avenir de cette région du globe. A une prise de position, Yuval Adler préfère mettre en présence les deux camps, les confronter à travers le dilemme d’un jeune palestinien pris en tenailles par les services secrets israéliens et des factions résistantes à l’occupant.

Ce principe de scénario, renforcé par la parenté entre l’indic et le chef, et parfaitement admis par la réalité du terrain, le réalisateur le transcende à travers des scènes guerrières d’une rare intensité .De la traque du terroriste aux querelles de succession interne au sein des différents mouvements, elle illustre parfaitement les tenants et les aboutissants d’une situation quasiment inextricable.

Ramifications politico-ethniques, réseaux plus ou moins affirmés, elle prend pour cadre un pays dont l’horizon se borne à  rendre une pierre pour une balle, un assassinat pour un meurtre. La manière dont Adler filme la tentative d’arrestation du chef terroriste est à cet égard très parlante, quand l’armée israélienne doit à la fois contenir la population en colère et mettre la main sur la cible.

Bethléem

Je retrouve là l’esprit de « Démineurs », la même tension indicible, les mêmes attentes de part et d’autre, d’en découdre pour exorciser le mal et la peur.« Bethléem » est un grand film de guerre qui ne dit pas son nom. Qui ne dit pas la guerre comme des centaines de soldats s’affrontant sur des champs de bataille. Elle est ici est presque individuelle, sous-terraine et terriblement cruelle ; d’une extrême violence dans les intentions, les actes,  les faits.

Il n’y a pas d’acteurs professionnels et c’est peut-être ce qui rend encore plus crédible ce récit où les rapports humains sont d’une extrême gravité. Pour trahir, freiner un processus de paix, mettre en danger la vie d’autrui ; le scénario est bien huilé, l’intrigue parfaitement menée. Un souffle épique sur le vent de l’Histoire.

  • Rencontre avec le réalisateur et le scénariste.

Yuval Adler « c’est une rencontre entre deux personnes que peu de gens comprennent, y compris nous quand nous avons débuté l’écriture.La relation la plus basée sur l’exploitation que l’on puisse imaginer ». En situant le décor et «  l’importance religieuse de la ville », le réalisateur israélien  assure que son film est optimiste : « on ne donne pas de solution, mais on montre les deux points de vue, ce qui  invite à réfléchir à tout ça ».

 Ali Wakad. Journaliste palestinien, il  a enquêté, et interviewé bon nombre de ses indics, des collaborateurs comme il les appelle.« Une question sensible, toujours présente, surtout quand des leaders palestiniens sont arrêtés ou tués, et cela affecte la vie quotidienne des palestiniens d’un point de vue politique et humanitaire ».

Bethléem

Comme cette rencontre est extraite d’une émission TV, on voit des photos de collaborateurs traînés dans la rue «  ca se produit, mais pas souvent, il y a un millier de collaborateurs travaillant pour les israéliens ».

C’est un autre regard que porte le cinéma israélien sur le conflit qui oppose son pays à la Palestine. Il est frontal, très réaliste semble-t-il, mais sans pour autant dégager d’éléments de réflexion sur l’avenir de cette région du globe. A une prise de position, Yuval Adler préfère mettre en présence les deux camps, les confronter à travers le dilemme d’un jeune palestinien pris en tenailles par les services secrets israéliens et des factions résistantes à l’occupant. Ce principe de scénario, renforcé par la parenté entre l’indic et le chef, et parfaitement admis par la réalité du terrain, le réalisateur…

Review Overview

le film
Le bonus

Refusant d’opter pour un camp, Yuval Adler, qui nous dit-on a longuement enquêté sur le terrain avant de se lancer dans cette aventure cinématographique, signe un grand film de guerre, qui ne dit pas son nom. Hors mis peut-être la remarquable scène de traque du terroriste , tout se joue au niveau de l’humain, des rapports entretenus de part et d’autre de la frontière, des zones d’influences de tel ou tel chef de parti… Il me semble que les enjeux principaux du conflit israélo-palestinien sont mis en perspective, à la fois sur le plan de l'Histoire, et des hommes. D'un coté la relation des faits, un aspect plus "spectaculaire" qui nous tient scotché au fauteuil, de l'autre une vision psychologique des attentes d'un conflit qui parait encore aujourd'hui sans fin . Un film désormais indispensable .

Avis bonus Le point de vue du réalisateur et du scénariste, un peu court...

User Rating: Be the first one !
Bethléem (DVD) de Tsahi Halevi, Shadi Mar'i, Hitham Omari, Michal Shtamler, Tarik Kopty
Date de sortie du DVD : 19 June 2014
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Diaphana
Duree : 95 minutes

PRIX : EUR 16,99 (Prix de depart : EUR 13,03)

Voir aussi

« Moka » de Frédéric Mermoud. Critique dvd

Diane a perdu son fils dans un accident de la circulation. La voiture ne s’est pas arrêtée. …

Laisser un commentaire