Accueil » A la une » « Rien ne va plus » de Claude Chabrol. Critique Blu-Ray. Coffret

« Rien ne va plus » de Claude Chabrol. Critique Blu-Ray. Coffret

  • De  :Claude Chabrol
  • ActeursIsabelle Huppert, Michel Serrault, François Cluzet, Jean-François Balmer, Jean Benguigui
  • Durée101 minutes
  • Studio  : Carlotta- MK 2

 

 

L’histoire : Victor a soixante ans, Betty, la moitié. Ils forment un couple disparate, malfaiteurs assumés. A bord d’un camping-car, ils recherchent les congrès professionnels ou Betty « pigeonne » des pigeons. Modestes dans leurs exactions, il ne se font jamais prendre . Jusqu’au jour où ils glissent sur la pente inconnue et dangereuse du blanchiment d’argent.

  • Film et Bonus

«  Ces dentistes ont l’air assez prétentieux pour être de bonnes poires ».

Chabrol a écrit son scénario, seul, cette fois. Etonnant qu’il ne l’ait pas plus épicé jusqu’à l’ultime révélation d’une arnaque mitonnée avec soin. Au moment de servir, elle retombe, à peine saignante.

Ou pas tout à fait cuite, malgré la pression de ce couple contre-nature et indistinct, qui berne ses semblables de façon singulière.

Un vieux monsieur, une jeune femme .

Victor observe le manège de la dame qui charme à tout va, avant de conduire sa victime dans sa chambre pour lui ravir un peu d’argent. Victor déboule et finalise l’opération. Betty souhaiterait en prendre encore davantage mais la prudence de son complice vaut toute impunité.

A peine si l’homme ( il s’appelle Chatillon … ) s’aperçoit du forfait. Le duo passe inaperçu, et ne se fait jamais prendre. La routine en quelque sorte que la jeune femme brise maintenant en prenant les rênes du projet à venir.

«  Première fois que tu fous la merde dans nos affaires».

Décontenancé Victor se mêle malgré tout à l’opération dans laquelle un troisième complice de dernière minute se prête au jeu. On ne sait pas grand-chose des relations entre Victor et Betty, on en sait encore moins sur ce jeune homme dont Betty semble amoureuse.

Pour lui, elle passe la vitesse supérieure et se retrouve dans la cour des méchants. Claude Chabrol, déjà fort inspiré, passe la surmultipliée. Jubilatoire, magnifique dans une parodie de film de gangsters, prêts à tout pour récupérer le magot.

Les hommes de Monsieur K menacent. Le couteau sous la gorge de Betty, Victor est aux abois . Une scène déclamatoire et théâtrale que Jean Benguigui mène avec délectation quand Jean-François Balmer s’apprête à faire lui aussi son numéro de cinéma. Du grand art!

Nouvelle entourloupe cette fois à un congrès de dentistes à Sils Maria où Maurice ( François Cluzet ) intervient  bien malgré lui dans les magouilles du duo . A moins que …

Du cinéma pur prolongé sur la plage où Betty se réveille comme après un long cauchemar.

Avec Isabelle Huppert et Michel Serrault, deux acteurs extraordinaires dans la composition de leur personnage à peine révélé par une histoire qui méritait d’en faire plus. Mais Chabrol, demeure Chabrol qui dit « coupez ! » quand on en reprendrait bien encore. Rien ne va plus, décidément .

LES SUPPLEMENTS

  • Commentaires de Claude ChabrolUn exercice désormais classique dans le coffret «  Le bellâtre Romolo »- «  La Tosca » et «  Un mot de Victor »
  • Le tournage du film. Il faut un peu patienter avant de s’immiscer sur le plateau mais on y arrive toujours aussi agréablement avec les commentaires de l’équipe . Isabelle Huppert révèle que Claude Chabrol à toujours un mot d’ordre avant d’engager un film. «  Ici c’était -Carpe Diem- . Il nous disait aussi que c’était son premier film autobiographique. Donc si on le regarde attentivement, on en saura beaucoup sur lui. »
Isabelle Huppert, Michel Serrault. Ils ont voulu jouer dans la cour des grands où  Jean-François Balmer dit  » Monsieur K » n’est pas vraiment d’accord.

Michel Serrault «  Chabrol m’a dit amuse toi. Ca ne pouvait pas mieux tomber, le personnage s’amuse et je peux inventer autour de lui et faire ainsi que personne ne sache qui je suis réellement ».

  • Rencontre avec Isabelle Huppert ( 25.37 mn ). L’actrice parle de Claude Chabrol et puis d’elle-même dans les différents films de son mentor. «  Il nous demandait de ne jamais idéaliser nos personnages, mais de les reconstituer, de les destiner à hauteur d’hommes, c’était sa grande marque ».

Elle évoque un homme très provocateur, malicieux , d’une grande culture encyclopédique. « On pouvait parler de tout » . Son rapport avec les acteurs, la façon dont il dirigeait et sa façon à elle de travailler avec le cinéaste . Plusieurs extraits de films illustrent ses réflexions, et ses commentaires.

Coffret « Claude Chabrol, suspense au féminin » : «L’Enfer » (1994)- « La Cérémonie » (1995) – « Merci pour le chocolat«  (2000) – « La Fleur du mal » (2003) -« Rien ne va plus » (1997) De  :Claude Chabrol Acteurs : Isabelle Huppert, Michel Serrault, François Cluzet, Jean-François Balmer, Jean Benguigui Durée : 101 minutes Studio  : Carlotta- MK 2     L'histoire : Victor a soixante ans, Betty, la moitié. Ils forment un couple disparate, malfaiteurs assumés. A bord d'un camping-car, ils recherchent les congrès professionnels ou Betty « pigeonne » des pigeons. Modestes dans leurs exactions, il ne se font jamais prendre . Jusqu'au jour où ils glissent sur la…
Le film
Les bonus

Il y a quelques jolies leçons de cinéma dans ce film qui révèle l’appétence littéraire d’un cinéaste , scénariste solo dans ce film qu’il maîtrise avec une parfaite consciente de l’œuvre inachevée. Son histoire magnifique aurait pu susciter encore plus d'envie sur le mode de l’arnaque ou de l’entourloupe, sanctifiée par ce couple contre nature dont on ne sait pas grand-chose et dont on n’apprendra rien de plus que ce qu’il veut bien nous laisser comprendre. C’est jubilatoire au possible jusqu’à la parodie totalement assumée elle aussi en conclusion pour un film de gangsters où la déclamation et la théâtralité des séquences atteignent des sommets. Une très belle distribution complète ce tableau remarquable du septième art français .
AVIS BONUS Les commentaires de Chabrol, le tournage, et une rencontre fort enrichissante avec Isabelle Huppert qui parle du cinéma de Chabrol, et donc du sien, avec talent

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Stillwater » de Tom McCarthy. Critique cinéma

Ce n'est pas tant l'intrigue qui intrigue mais ces personnages bien ordinaires ballotés dans un monde qui parait tout aussi ordinaire

Laisser un commentaire