Accueil » A la une » « Au Poste » de Quentin Dupieux. Critique cinéma

« Au Poste » de Quentin Dupieux. Critique cinéma

Synopsis: Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

La fiche du film

Le film : "Au Poste !"
De : Quentin Dupieux
Avec : Benoît Poelvoorde, Grégoire Ludig
Sortie le : 04/07/2018
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 73 Minutes
Genre : Comédie
Type : Long-métrage
le film

C’est absurde, fantaisiste, entre  Jean Dujardin et son « gendarme » et la « Garde à vue » de  Claude Miller. Un non-sens du cinéma qui dans l’hexagone a bien du mal à se faire une place.

Celle de Dupieux, plus académique que ses précédentes, n’en demeure pas moins un exercice de style transformé sur le tout terrain du septième art. Si l’hermétisme persiste, c’est bien pour l’inculquer à son abruti de personnage que Benoît Poelvoorde assume avec son ingéniosité habituelle.

Un flic olé-olé, qui dans le bon sens qui le caractérise, réussit à faire passer un témoin tout à fait innocent pour un coupable tout à fait possible. Les faits se mêlent de lui donner raison et voilà le pauvre Grégoire Ludig avec du sang sur les mains.

L’absurdité du propos, le comique des situations nous font rire et sourire. On devrait en pleurer de honte, tant ce huit clos surréaliste (flics cyclope et fumeur ventriloque !)  a des accents d’une vérité voilée.

C’est dans l’excès que Dupieux révèle ainsi ses véritables intentions doublées d’un regard sur le cinéma qu’il prend lui aussi à témoin pour mieux s’inspirer des rebondissements . La façon dont Poelvoorde mène l’enquête s’apparente à une technique de flash-back bien particulière afin que,  « le » désormais suspect, se remémore son passé immédiat.

Ses explications, de moins en moins posées, le projettent dans le futur d’une action qu’il n’a pas l’intention de commettre. Il faut l’entêtement d’un inspecteur et la stupidité de son adjoint proche de la débilité pour que tout le monde retombe sur ses pieds. Car comme le dit encore Poelvoorde, entre l’aller-retour et le va et vient, ce n’est pas pareil.Le flash-back selon Dupieux dont j’attends avec impatience, la prochaine leçon de cinéma. C’est trop fort…

  • Date de sortie du DVD : 14 novembre 2018
C’est absurde, fantaisiste, entre  Jean Dujardin et son "gendarme" et la « Garde à vue » de  Claude Miller. Un non-sens du cinéma qui dans l’hexagone a bien du mal à se faire une place. Celle de Dupieux, plus académique que ses précédentes, n’en demeure pas moins un exercice de style transformé sur le tout terrain du septième art. Si l’hermétisme persiste, c’est bien pour l’inculquer à son abruti de personnage que Benoît Poelvoorde assume avec son ingéniosité habituelle. Un flic olé-olé, qui dans le bon sens qui le caractérise, réussit à faire passer un témoin tout à fait innocent pour un coupable tout…
le film

Sur l’air de rien, Quentin Dupieux joue à nouveau une petite musique du genre de la comédie rigolote qui à bien y regarder donne à voir et à entendre autre chose que cette apparente fantaisie. Sans crier gare, par exemple, il nous dit ce que devrait être le flash-back au cinéma à travers l’interrogatoire surréaliste que mène Benoit Poelvoorde tout à fait à l’aise dans la peau de cet inspecteur de police, un rien branquignole. Avec comme conséquence, le fait qu’un témoin tout à fait honorable devient par le truchement d’un adjoint débile, un véritable coupable. A partir de là, tout délire est autorisé et on s’en réjouit.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« First man : le premier homme sur la lune » de Damien Chazelle. Critique cinéma

Je me demandais la raison de ce nouvel épisode cinéma sur la conquête spatiale et …

Laisser un commentaire