Accueil » A la une » « Stillwater » de Tom McCarthy. Critique cinéma

« Stillwater » de Tom McCarthy. Critique cinéma

Synopsis: Un foreur de pétrole débarque à Marseille du fin fond de l’Oklahoma, pour soutenir sa fille qui purge une peine de prison, accusée d’un crime qu’elle nie avoir commis. Confronté aux différences culturelles et à un système juridique complexe, Bill met un point d’honneur à l’innocenter. Il va alors se lier d’amitié avec une jeune femme et sa petite fille ...

La fiche du film

Le film : "Stillwater"
De : Tom McCarthy
Avec : Matt Damon, Camille Cottin
Sortie le : 22/09/2021
Durée : 140 Minutes
Genre : Thriller, Drame
Type : Long-métrage
Le film

 Hors-compétition Festival de Cannes 2021

Camille Cottin est aux anges, un réalisateur américain lui fait les yeux doux avec pour compagnon Matt Damon.

Marseille exulte. Ce même cinéaste, Tom McCarthy en fait son unique décor.

Suffisant à l’origine pour intriguer le spectateur lambda, fan du filon policier dans lequel l’entraîne cette aventure assez classique malgré tout.

Etranger solitaire dans la grande ville française, Bill Baker, foreur de pétrole de l’Oklahoma a décidé coûte que coûte de venir en aide à sa fille qui nie avoir commis le crime dont on l’accuse. Après avoir épuisé tous les recours possibles, Allison (Abigail Breslin ) n’a plus qu’un espoir : retrouver un garçon qui ce soir-là participait à la fête…

 

Son avocate (Anne Le Ny ) a jeté l’éponge, Bill Baker supplée la défaillance. Une quête éperdue dans le Marseille des dealers, l’entreprise plutôt risquée permet au cinéaste de dépoussiérer quelques clichés et d’amener le spectateur hors de la ville, là où l’air des calanques est respirable.

Une jolie carte postale affranchie au tarif d’un scénario qui tient le suspense juste ce qu’il faut pour mettre les personnages hors d’atteinte.

C’est à mon sens la force de ce film qui voit un Matt Damon parfaitement à l’aise dans sa peau de cow-boy mal fagoté au pays de l’anis. Aussi soucieux du devenir de sa fille que de cette petite famille recomposée tranquillement autour d’une maman et de sa fille.

Une journée au grand air pour Allison qui a déjà purgé cinq années de prison

Camille Cotin tient bien son personnage assez particulier, voire complexe dans l’implication d’un dossier judiciaire dont elle est totalement exemptée.

L’illustration d’un récit en déséquilibre permanent , qui du film policier ou du romanesque familial tarde à trouver ses marques. Mais au bout du compte, c’est joliment conté, autour de quelques clins d’œil sur le quotidien des Français, et des Marseillais, bien évidemment les meilleurs au monde et sur un terrain de foot .

Saluée par la petite Maya, (Lilou Siauvaud croquante à souhait ), l’information prend une telle force que l’on ne peut pas lui résister.

 Hors-compétition Festival de Cannes 2021 Camille Cottin est aux anges, un réalisateur américain lui fait les yeux doux avec pour compagnon Matt Damon. Marseille exulte. Ce même cinéaste, Tom McCarthy en fait son unique décor. Suffisant à l’origine pour intriguer le spectateur lambda, fan du filon policier dans lequel l’entraîne cette aventure assez classique malgré tout. Etranger solitaire dans la grande ville française, Bill Baker, foreur de pétrole de l’Oklahoma a décidé coûte que coûte de venir en aide à sa fille qui nie avoir commis le crime dont on l’accuse. Après avoir épuisé tous les recours possibles, Allison (Abigail…
Le film

Ce n’est pas tant l’intérêt que met le héros dans sa quête de la vérité qui fonctionne ici, mais plutôt la manière dont le réalisateur s’appuie sur l’argument pour donner à ses comédiens un champ expressif d’une belle intensité. Matt Damon est parfaitement à l’aise dans sa peau de cow-boy mal fagoté au pays de l’anis. Aussi soucieux du devenir de sa fille emprisonnée que de cette petite famille recomposée tranquillement autour d’une maman et de sa fille. Camille Cotin tient parfaitement cette posture assez particulière, voire complexe dans l’implication d’un dossier judiciaire dont elle est totalement exemptée. Sa petite fille Maya (Lilou Siauvaud ) remarquable dans la spontanéité de ses huit ans imprime une évidence à un scénario assez classique. Il est simplement bien écrit, et très bien interprété.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Le Pardon » de Maryam Moghadam, Behtash Sanaeeha. Critique cinéma

Le cinéma iranien est d’une richesse totale , ce premier film en apporte une preuve éclatante

Laisser un commentaire