Accueil » A la une » « Rien à foutre » de Emmanuel Marre et Julie Lecoustre. Critique dvd

« Rien à foutre » de Emmanuel Marre et Julie Lecoustre. Critique dvd

Synopsis: Cassandre, 26 ans, hôtesse de l’air dans une compagnie low-cost, enchaîne les vols et les fêtes sans lendemain. Une existence sans attaches qui la comble en apparence. Alors que la pression de sa compagnie redouble, Cassandre finit par perdre pied.

La fiche du film

Le film : "Rien à foutre"
De : Emmanuel Marre, Julie Lecoustre
Avec : Adèle Exarchopoulos, Alexandre Perrier
Sortie le : 02/03/2022
Distribution : Condor Distribution
Durée : 115 Minutes
Genre : Comédie dramatique, Drame, Comédie
Type : Long-métrage
Le Film
Les bonus
  • DVD : 06 Juillet 2022 . – 

Prix Fondation Gan à la diffusion . –

Si le titre renvoie bien à la personnalité de l’héroïne, il n’est guère incitatif . Et encore moins révélateur du contenu de cet étrange film qui entre fiction et documentaire s’éternise sur la solitude de l’hôtesse de l’air.

Cassandre en l’occurrence, détachée de tout et peu engageante auprès de ses collègues qu’ils font ce qu’ils peuvent pour la dérider. Cassandre fait donc la fête, mais sans plus d’entrain qu’elle n’en met à nettoyer les cabines des passagers partis sous d’autres cieux.

Seul le décompte du temps martelé par le chef de bord rythme son humeur insaisissable. Cadence infernale entre deux avions,  Emmanuel Marre et Julie Lecoustre plantent les premières banderilles sur les conditions de travail du personnel des compagnies low-cost.

Par extension, leur fonctionnement ( vente à tout prix, embarquement serré…) et la mainmise sur une main d’œuvre malléable. Cassandre porte cette histoire sur ses épaules, avec une autre plus intime, plus douloureuse…

Mélange des genres maladroit chez les deux réalisateurs qui sans la prestance d’Adèle Exarchopoulos, auraient semble-t-il bien du mal à garder le cap .

Aux conditions de vie et de travail d’une hôtesse de l’air s’ajoutent maintenant leur formation ( sourire et survie … ) quand l’héroïne regarde avec envie ses collègues du Golfe Persique partir vers des destinations exotiques, dans des uniformes parfaits…

C’est pas la joie et le spectateur le ressent, je pense. De quoi parle réellement ce film ? 

Discussion très serrée  » Tu sens l’alcool » lui dit son chef de bord qui ne veut pas qu’elle embarque

LES SUPPLEMENTS

  • « D’un château l’autre »  40min -Documentaire-De Emmanuel Marre avec Francine Atoch, Pierre Nisse Printemps 2017. Pierre, vingt-cinq ans, étudiant boursier dans une grande école parisienne loge chez Francine, soixante-quinze ans, clouée dans un fauteuil roulant. Ils assistent perplexes à la kermesse électorale de l’entre-deux tours . Loin de l’agitation politique, Pierre aide le corps de Francine et Francine essaie de soigner l’âme de Pierre.

Peu d’entrain, regards désabusés, de la jeunesse qui se termine à la vieillesse grandissante, le même constat d’un horizon terni.

  •  « Le film de l’été »  30min / Comédie dramatique -De Emmanuel Marre avec Jean-Benoît Ugeux, Balthazar Monfé- C’est un film d’autoroute, de touristes en transhumance, de tables de pique-nique en béton, de files d’attente pour les WC, de melons tièdes . C’est le film d’un homme qui veut partir et d’un petit garçon qui le retient. C’est le film de l’été.

Personnellement peu d’intérêt pour ce périple estival ( très juste au demeurant ),au hasard des rencontres et du temps qui passe. Deux copains et le fils de l’un d’entre eux en échappée libre , on imagine la séparation d’un couple, et puis la séparation à la fin des vacances. Le gamin ne veut pas que le copain de son papa s’en aille. Un déchirement de plus. Ca demeure bien vague …

  •  Entretien avec l’équipe du film ( 25 mn)-Adèle Exarchopoulos explique qu’elle a accepté le rôle en y voyant « un tournage expérimental, dans l’urgence , techniquement il fallait être disponible. (…) Il faut voir comment ils filment la banalité ».

Son personnage ? «  C’est une fille lointaine de moi, elle est dans le déni, très distante , mais ça me plaisait de la jouer, elle fuit constamment ».

Cassandre l’air peu aimable pour saluer les passagers

Emmanuel Marre et Julie Lecoustre. «  On a voulu parler d’une société où il y a toujours mieux, une meilleure destination, mais bien souvent  on revient toujours à son point de départ ».

Pour le casting Adèle Exarchopoulos était très attendue autour de vraies hôtesses de l’air. Elle les a beaucoup fréquentées avec parfois plusieurs vols par jour .

Au final les deux réalisateurs s’attardent sur leur bonheur d’avoir été récompensés.

DVD : 06 Juillet 2022 . -  Prix Fondation Gan à la diffusion . - Si le titre renvoie bien à la personnalité de l’héroïne, il n’est guère incitatif . Et encore moins révélateur du contenu de cet étrange film qui entre fiction et documentaire s’éternise sur la solitude de l’hôtesse de l’air. Cassandre en l’occurrence, détachée de tout et peu engageante auprès de ses collègues qu’ils font ce qu’ils peuvent pour la dérider. Cassandre fait donc la fête, mais sans plus d’entrain qu’elle n’en met à nettoyer les cabines des passagers partis sous d’autres cieux. Seul le décompte du…
Le Film
Les bonus

Je ne sais pas trop bien autour de quelle planète tourne ce film aux allures indistinctes d’une fiction qui se mêle de documenter le récit de manière très pragmatique. Ainsi pour évoquer le quotidien d’une hôtesse de l’air, sa solitude,  Emmanuel Marre et Julie Lecoustre s’éternisent dans les coulisses d’une compagnie low-cost où rien ne leur échappe des conditions de travail au fonctionnement économique de la compagnie. L’héroïne s’y frotte presque résignée quand un drame douloureux vient alourdir son désespoir. Une seconde partie plus fictive, mais tout aussi pesante dans sa réalisation. Mélange des genres maladroit chez les deux réalisateurs qui sans la prestance d’Adèle Exarchopoulos, auraient semble-t-il bien du mal à garder le cap sur leurs intentions.

AVIS BONUS Malgré deux courts métrages on ne se précipite pas trop sur les suppléments relevés par les commentaires de l'équipe

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« La dernière nuit de Lise Broholm » de Tea Lindeburg. Critique cinéma

Une libre adaptation du roman « A Night of Death » de Marie Bregendahl (1912). …

Laisser un commentaire