Accueil » A la une » « Novembre » de Cédric Jimenez. Critique cinéma

« Novembre » de Cédric Jimenez. Critique cinéma

Synopsis: Une plongée au cœur de l’Anti-Terrorisme pendant les 5 jours d'enquête qui ont suivi les attentats du 13 novembre.

La fiche du film

Le film : "Novembre"
De : Cédric Jimenez
Avec : Jean Dujardin, Anaïs Demoustier
Sortie le : 05/10/2022
Distribution : StudioCanal
Durée : 100 Minutes
Genre : Thriller, Policier
Type : Long-métrage
Le Film

Peu à peu le cinéma hexagonal reprend le cours de l’histoire tragique des attentats, en les relatant chaque fois, jusqu’à présent, de manière elliptique. L’excellente série d’Arte « En thérapie » de Nakache et Toledano, a soulevé le couvercle en évoquant les répercussions sur des témoins, des acteurs du drame.

Ce que développe encore plus Alice Winocour avec «  Revoir Paris » tout aussi signifiant dans son approche d’une mémoire disloquée. Après un séjour à la campagne, une victime tente de reconstituer les derniers instants de l’attaque.

Là où les hommes de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT) interviennent presque immédiatement pour lancer une opération qui  va les occuper jours et nuits, sans répit, pendant cinq jours.

Sami Outalbali, Raphaël Quenard, Jean Dujardin, Anaïs Demoustier, que du beau monde

C’est leur histoire que raconte « Novembre », sur des braises tellement brûlantes qu’elles risquent d’aviver bien des douleurs, des ressentiments. Mais en les suivant, parfois à la minute près, Cédric Jimenez relève un état d’esprit, et une somme de réflexions sur l’activité générale de la police en pareilles circonstances.

Elle n’est pas exempt de reproches nous dit-il quand il pointe dans l’action les dysfonctionnement de la DGSI ou la lenteur des procédures pour des terroristes encore traqués dans les rues de Paris. Dans quelques heures il sera trop tard prévient l’écran de contrôle qui commence à perdre leur trace.

Ecoute téléphonique, filtrage, garde à vue, interrogatoire, la mise en scène se nourrit pleinement de tous les ressorts de l’investigation policière.

Tout en haut de la hiérarchie, Héloise ( Sandrine Kiberlain) fait la jonction entre le gouvernement et la police

Jean Dujardin joue Fred, le commissaire principal chargé de la coordination de toutes les opérations. Il a la présence et la stature à côté de son adjoint Marco, Jérémie Renier quasi méconnaissable mais tout à fait convaincant.

L’affiche, à l’avenant, participe grandement à la réussite de ce thriller bien français dans lequel deux personnages féminins , à mon avis, se distinguent particulièrement. Ines la petite dernière de la section anti-terroriste va devoir faire ses gammes sur un clavier apriori bien trop grand pour elle. Anaïs Demoustier , aux commandes, c’est l’évidence même de l’apprentissage au cœur de la mitraille.

Quand de l’autre côté de la barrière, elle se confronte à la dure réalité de son métier : Samia, une femme témoin de la présence des terroristes dans un immeuble parisien, se voit interroger de manière brutale. Suspecte au premier degré, son implication est mise à mal . Tout son courage, sa force, son abnégation, Lyna Khoudri le porte admirablement.

Peu à peu le cinéma hexagonal reprend le cours de l’histoire tragique des attentats, en les relatant chaque fois, jusqu’à présent, de manière elliptique. L’excellente série d’Arte « En thérapie » de Nakache et Toledano, a soulevé le couvercle en évoquant les répercussions sur des témoins, des acteurs du drame. Ce que développe encore plus Alice Winocour avec «  Revoir Paris » tout aussi signifiant dans son approche d’une mémoire disloquée. Après un séjour à la campagne, une victime tente de reconstituer les derniers instants de l’attaque. Là où les hommes de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT) interviennent…
Le Film

Immédiatement après les attentats parisiens du 13 Novembre , la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire lance toutes ses forces dans la bataille afin de mettre la main sur les auteurs de plusieurs fusillades. Au film d’action classique Cédric Jimenez substitue un thriller tout en mouvements raisonnés, laissant au fonctionnement des services de police le soin de se développer dans le cadre d’une aventure scénographique particulière. Les policiers ne sont pas définis en dehors de leur profession. Leur cadre est strict, de jour comme de nuit pendant une semaine , ils occupent le terrain et les bureaux de centralisation des opérations. L’affiche participe grandement à la réussite de ce thriller bien français autour de  Jean Dujardin et Jérémie Rénier.  Anaïs Demoustier, et Lyna Khoudri ont-elles aussi un cadre particulier pour des personnages bien typés. Le scénario n’a oublié personne.

User Rating: 3.06 ( 2 votes)

Voir aussi

« Des oiseaux, petits et grands » de Pier Paolo Pasolini. Critique dvd-Coffret

Musique Ennio Morricone.- Reprise en salles : 20 Juillet 2022 . –  Coffret Pier Paolo …

Laisser un commentaire