Accueil » A la une » « Nothingwood » de Sonia Kronlund. Critique dvd

« Nothingwood » de Sonia Kronlund. Critique dvd

Synopsis: Avec une bande de comédiens, tous plus excentriques et incontrôlables les uns que les autres, Salim Shaheen fabrique sans relâche des films de série Z dans un pays en guerre depuis plus de trente ans, l’Afghanistan.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Nothingwood"
De : Sonia Kronlund
Avec : Salim Shaheen, Qurban Ali, Sonia Kronlund
Sortie le : 17 octobre 2017
Distribution : Pyramide Vidéo
Durée : 82 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Le bonus

Moribond, le cinéma afghan possède un phénomène: l’acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique de son pays, Salim Shaheen . Il a tourné plus de cent films. A l’occasion de son 111 ème long métrage, Sonial Kronlund lui tire le portrait de façon singulière.

Pétulant, dynamique, hâbleur, menteur, l’intéressé s’intéresse beaucoup à sa personne qu’il met en scène à la moindre occasion. Dans les quartiers peu recommandables de Kaboul, il rassure même la réalisatrice en lui chantant des trémolos rigolos.

Quelque chose de l’Afghanistan que l’on ignore. Une simple caméra DV lui suffit pour entraîner son entourage dans des productions aussi diverses que le mélo, les films de guerre ou la comédie musicale. C’est de la série Z et la critique n’est pas de mise. Salim Shaheen est un bienfaisant. « Il nous a obligés à jouer dans ses films pour que l’on ne pense pas à la guerre, même pendant la guerre civile » dit un de ses proches.

A cette époque le cinéaste prend aussi les armes «  pour protéger son quartier » prévient un autre ami. «  C’était un commandant qui ne tuait pas ». Un seigneur à sa façon, enrubanné de louanges dont il ne se lasse pas. Il en rajoute même sur des événements improbables. Et quand il évoque les talibans et la destruction des bouddhas c’est pour en faire un décor de cinéma.

En Afghanistan on ne touche pas à Salim Shaheen. Le pouvoir interdit le commerce des films, mais sur les téléphones des talibans, sa production fait florès. « Même chez nous il y avait un trafic de DVD » dit un ancien soldat.

Sur sa vie privée, le vrai et le faux s’entremêlent. Avec sa première femme il aura des enfants « mais mon destin c’était d’avoir une seconde femme » . La réalisatrice  ne pourra pas les filmer « elles ne sont pas là ». «  Nous savons tous les deux que ce n’est pas vrai » commente simplement Sonial Kronlund qui filme aussi beaucoup son acteur fétiche, Qurban Ali Afzali. A lui seul , il mérite effectivement tout un reportage.

Le réalisateur avec son acteur fétiche, Qurban Ali Afzali un autre phénomène du cinéma afghan…

Entre deux scènes de tournage, on le découvre auprès de sa femme et de ses cinq enfants, appuyant la touche féminine qui semble faire son succès. A la télévision il se travestit ou porte un tchador bleu éclatant pour offrir une parole aux femmes afghanes. A l’origine, son épouse ne supportait pas son excentricité, mais devant la reconnaissance de plus en plus évidente du public, maintenant elle laisse faire.

A Cannes cette année, Qurban Ali Afzali accompagnait l’équipe afghane venue présenter le film de Sonial Kronlund. Depuis, on ne l’a pas revu…

 LE SUPPLEMENT

  • Scènes coupées (14′) :  « Les Afghans du Canal Saint-Martin » excepté, j’aurais personnellement bien gardé les trois autres scènes proposées, dont celle autour de la visionneuse qui ne manque pas de piquant. Et au milieu de tout ça Salim Shaheen n’en finit pas de pérorer. « Je ne connais pas de politiciens » dit-il « ce sont eux qui me connaissent… ».

 

Moribond, le cinéma afghan possède un phénomène: l'acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique de son pays, Salim Shaheen . Il a tourné plus de cent films. A l’occasion de son 111 ème long métrage, Sonial Kronlund lui tire le portrait de façon singulière. Pétulant, dynamique, hâbleur, menteur, l’intéressé s’intéresse beaucoup à sa personne qu’il met en scène à la moindre occasion. Dans les quartiers peu recommandables de Kaboul, il rassure même la réalisatrice en lui chantant des trémolos rigolos. Quelque chose de l’Afghanistan que l’on ignore. Une simple caméra DV lui suffit pour entraîner son entourage dans des productions aussi diverses…
Le film
Le bonus

A une centaine de kilomètres de Kaboul, Salim Shaheen, l'acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique d'Afghanistan projette quelques-uns de ses 110 films et tourne le 111ème au passage. Il fabrique sans relâche des films de série Z dans un pays en guerre depuis plus de trente ans. Pétulant, dynamique, hâbleur, et menteur, l’intéressé s’intéresse beaucoup à sa personne qu’il met en scène à la moindre occasion. La caméra de Sonial Kronlund lui en fournit de nombreuses, sur sa façon de travailler  ou d’aller à la rencontre de son public qu’il exhorte à s’applaudir. Rien ne lui est impossible ( «  j’arrive à faire parler un muet au cinéma » ) dont un combat de boucs mis en scène pour son prochain film. Son acteur fétiche a droit aussi à la lumière de la réalisatrice, mais depuis son passage à Cannes, il a disparu… AVIS BONUS Des scènes coupées, intéressantes

User Rating: Be the first one !
Nothingwood (DVD) de Sonia Kronlund
Date de sortie du DVD : 17 October 2017
Format : PAL
Studio : Pyramide Vidéo
Duree : 86 minutes

PRIX : EUR 19,99 (Prix de depart : EUR 20,06)

Voir aussi

« Le Destin » de Youssef Chahine. Critique dvd

Trois dvd réunis dans un coffret, donc ce destin que l'Histoire nous ramène à la une d'une actualité brûlante

Laisser un commentaire