Accueil » A la une » « Mon roi » de Maïwenn. Critique cinéma-dvd

« Mon roi » de Maïwenn. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Tony est admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Elle prend le temps de se remémorer l'histoire tumultueuse qu'elle a vécue avec Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l'homme qu'elle a adoré? Comment a-t-elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Pour Tony c'est une difficile reconstruction qui commence désormais, un travail corporel qui lui permettra peut-être de définitivement se libérer...

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Mon roi"
De : Maïwenn
Avec : Vincent Cassel, Emmanuelle Bercot, Louis Garrel, Isild Le Besco, Chrystèle Saint Louis Augustin
Sortie le : 26/02/2016
Distribution : Studiocanal
Durée : 119 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Les meilleurs dvd Février 2016 ( 5 ème )

Question rééducation, Maïwenn connaît bien la question. Elle nous promène de kiné en piscine jusqu’à ce que son héroïne retrouve l’usage de ses jambes. Mais se rééduquer à la vie ? Retrouver la joie de vivre après l’avoir quittée pour un bonheur qui semblait à porter de bras.

Tony sur son lit de douleur se remémore sa grande histoire d’amour, ses erreurs, ses errements, sa passion sans limite. Jusqu’au jour où elle retrouve ses esprits emportés par la fougue d’un homme tailladé par la vie. Mais l’apparence est forte, indestructible, une masse au discours sans rature. Tony se jette dans les bras de Georgio et c’est la course folle aux plaisirs et à la démesure.

Une liaison fracassante que Maïwenn aborde très frontalement, sans prendre de gants, ni de capote. Elle mêle tel un patchwork l’avant et l’après, dans des corps à corps abandonnés et des coups de gueule qui se succèdent. Et s’accélèrent dans un tourbillon où plus rien ne tient debout. Genou, syllabes prononcées très distinctement devant une psychologue et c’est votre vie qui vous revient en pleine face.

Un mariage avec les copains, avant de faire la fête, une de plus
Un mariage avec les copains, avant de faire la fête, une de plus…

Celle de Georgio est plutôt agréable, un Dylan au temps de sa jeunesse, un homme sûr de lui, un jouisseur de la vie. Du bon ou mauvais côté, la réalisatrice ne le lâche pas d’un cil, d’un sourire discret, tellement dévastateur ; elle le rend attachant. Puis invivable aux côtés de cette femme qui ne demande qu’à l’aimer.

Tony ( Emmanuelle Bercot, prix d’interprétation à Cannes, je veux bien ) se l’avoue un peu tard, elle ne le connaît pas. Et lui-même s’ignore dans l’opulence d’une vie factice. Le couple ne fonctionne  qu’à travers les autres. Tony, son frère et sa belle-sœur (Isild Le Besco, rôle secondaire), le trio de toujours. Indispensable aux yeux de Maïwenn qui reluque Louis Garrel de manière sidérante. Merveilleux portrait.

Georgio demeure quant à lui affectivement attaché à son ex, dépressive et jalouse. Tony ne supporte pas, on la comprend. L’emballement, la déraison, le désamour. Vincent Cassel est grandiose dans ce personnage d’une profonde complexité. Il le sonde avec une énergie dévastatrice, au bord de la folie.

photo.Mon-Roi.176115

Mais l’hystérie est ailleurs, sourde et profonde, dans le cœur des êtres qui «  préfèrent ne plus aimer pour arrêter de souffrir ». Une déchirure que le sourire de l’héroïne au moment du clap final efface peut-être à tout jamais. La voie de la guérison.

LES SUPPLEMENTS

  • Scènes coupées (30 mn) . Il semble que le côté hystérique ait été un peu gommé à travers leur absence. Ce sont toujours des scènes de tension. Il y en a beaucoup qu’elles ne soient pas au final ne change rien à l’intérêt du film. C’est toujours intéressant à voir. En prime «  la soupe au potimarron » que je trouve excellente… « Le zoo » impressionnant !
  • Bêtisier (14 mn). Si je ne comprends pas toujours ce qui les amuse, les rires sont contagieux. C’est déjà ça, même dans les scènes un peu tendues. Il y en a de plus légères, et tout aussi drôles, notamment avec Hervé Temime, un avocat de profession, qui joue son propre rôle. Il a du mal à comprendre où se trouve la caméra… Un bon moment
Les meilleurs dvd Février 2016 ( 5 ème ) Question rééducation, Maïwenn connaît bien la question. Elle nous promène de kiné en piscine jusqu’à ce que son héroïne retrouve l’usage de ses jambes. Mais se rééduquer à la vie ? Retrouver la joie de vivre après l’avoir quittée pour un bonheur qui semblait à porter de bras. Tony sur son lit de douleur se remémore sa grande histoire d’amour, ses erreurs, ses errements, sa passion sans limite. Jusqu’au jour où elle retrouve ses esprits emportés par la fougue d’un homme tailladé par la vie. Mais l’apparence est forte, indestructible, une masse au discours sans rature.…
Le film
Les bonus

Maïwenn sort une fois encore des sentiers battus pour parler cette fois  de l’amour et du désamour, en y incluant  un parallèle osé, très documenté, sur la rééducation du genou. Connaissant un peu le sujet, je n’ai rien à redire sur la méthode, même si elle peut rebuter certains propriétaires de prothèses. Le sujet est bien ailleurs, dans cette rééducation à la vie qu’entame une jeune femme sur son lit de douleur. Une convalescence propice à une analyse de son récent passé en compagnie d’un homme qu’elle a aimé jusqu’à la déraison, s’arrêtant un jour de penser, elle dont la profession, avocate, était justement de venir en aide aux autres. Une liaison fracassante que Maïwenn aborde très frontalement, sans prendre de gants, ni de capote. Elle mêle tel un patchwork l’avant et l’après, dans des corps à corps abandonnés et des coups de gueule qui se succèdent. En compagnie d’une kyrielle d’excellents comédiens. Vincent Cassel, Emmanuelle Bercot (prix d’interprétation à Cannes), Louis Garrel …

Avis bonus Des scènes coupées, un bêtisier, on continue à y prendre plaisir

User Rating: Be the first one !
Mon roi (DVD) de Maïwenn
Date de sortie du DVD : 26 February 2016
Format : PAL
Studio : Studiocanal
Duree : 119 minutes

PRIX : EUR 8,99 (Prix de depart : EUR 10,02)

Voir aussi

« Rock’n roll » de Guillaume Canet. Critique cinéma

L'auteur-réalisateur-interprète se flingue à tout va, il se fait trop de mal !