Accueil » A la une » Viva il cinema. « Le vent fait son tour » de Giorgio Diritti. Critique cinéma

Viva il cinema. « Le vent fait son tour » de Giorgio Diritti. Critique cinéma

  • 1h 50min | Drame
  • Avec Thierry Toscan, Alessandra Agosti, Dario Anghilante

L’histoire : Un berger français, après la construction d’une centrale nucléaire, décide de quitter sa région des Pyrénées pour s’installer avec sa femme et ses enfants à Chersogno, un petit village italien de montagne où l’on parle l’occitan. D’abord bien accueilli par la population, il va vite être en butte à l’hostilité des villageois…

L’autre, l’étranger, l’inconnu… Une petite communauté tout aussi ramassée dans ses vieilles histoires que ce village recroquevillé au cœur de la montagne occitane.

Presque perdu, abandonné. Là où Philippe, chassé par une centrale nucléaire en construction dans les Pyrénées jette son dévolu. Sa femme et leurs trois enfants l’accompagnent. Ils élèveront des chèvres

Les habitants ne comprennent pas . Habituellement ce village on le quitte pour la vallée ou la grande ville, Turin. Les touristes l’été, à la rigueur. Mais  y vivre, y travailler, ça dépasse leur entendement lié à une méfiance originelle.

Le curé a beau aller au village, ses ouailles ne sont pas très compréhensives

«  Je ne loue pas à quelqu’un que je ne connais pas » dit en souriant une vieille dame aux rides ancestrales.

Quelques bonnes volontés autour du maire apaisent les craintes et les sourdes tensions. Le village s’adapte, Philippe prend ses marques, relève les pâturages et tente de contrer le peu de chafouins qui entravent son travail.

Sans jamais forcer le trait Giorgio Diritti conduit son propos avec discernement sur l’acceptation de l’autre, et la tolérance qu’elle nécessite. Mais Philippe qui ne pense pas comme vous, et vient de nulle part est rejeté, sous des prétextes multiples.

Philippe a très vite lié une relation amicale avec son voisin, un artiste en pause loin de la ville et des tournées qu’il refuse maintenant de faire …

Une façon de travailler, un mode de vie, de penser, comme l’a aussi très bien chanté Christine Authier ( «  Les Villageois » – 1979 ) .Le cinéaste l’illustre avec beaucoup de naturel en compagnie d’un comédien remarquable lui aussi de vérité dans sa ténacité humaine et professionnelle.

Thierry Toscan est un beau personnage, aux côtés de son épouse jouée par Alessandra Agosti, qui retourne plus d’un cœur célibataire au village. Tous les villageois sont  interprétés par des habitants de la région . Un bien beau casting au service d’un film utile qui n’en finit pas de retourner le problème. C’est bien le vent qui fait son tour.

  • Viva il cinema

Jeudi 22 février 16 h 45 Studio . 9€ – 7€ (  abonnés Studio -CGR Centre, adhérents des associations partenaires )-5 € – de 26 ans, minimas sociaux-3 € Passeport culturel étudiant -scolaires et groupes (gratuité pour les accompagnateurs )

PASS FESTIVAL (5 ENTRÉES) : 30€ . Les pass non nominatifs ne donnent pas accès aux soirées d’ouverture et de palmarès ( 9 € ). Réservation en ligne (https://billetterie.leprog.com/p/fr/viva-il-cinema) ou sur place, sous réserve de places disponibles

https://www.viva-il-cinema.com/                           

contact@viva-il-cinema.com

Qui est Giorgio Diritti ?

Viva il cinema : la Touraine italienne

Le programme de ce jeudi

  • Sur un sujet très proche

« L’étrangère » de Feo Aladag-« Un divan à  Tunis » de Manele Labidi-« Pelle le conquérant » de Bille August-« Elephant Man » de David Lynch-« Amin » de Philippe Faucon

1h 50min | Drame Avec Thierry Toscan, Alessandra Agosti, Dario Anghilante L'histoire : Un berger français, après la construction d'une centrale nucléaire, décide de quitter sa région des Pyrénées pour s'installer avec sa femme et ses enfants à Chersogno, un petit village italien de montagne où l'on parle l'occitan. D'abord bien accueilli par la population, il va vite être en butte à l'hostilité des villageois... L’autre, l’étranger, l’inconnu… Une petite communauté tout aussi ramassée dans ses vieilles histoires que ce village recroquevillé au cœur de la montagne occitane. Presque perdu, abandonné. Là où Philippe, chassé par une centrale nucléaire en construction dans les Pyrénées jette…
Le film

Afin de s’éloigner d’une centrale nucléaire en construction dans les Pyrénées, un berger recherche un havre de paix pour sa famille et son troupeau. Au retour d’une quête infructueuse, il passe dans le val Maira, vallée occitane de la province de Coni en Italie. Il jette son dévolu sur un petit village où les habitants sont de moins en moins nombreux. Après quelques réticences, on l’accueille avec bienveillance, même si l’hostilité des villageois ne tarde pas à se manifester. «  Je ne loue pas à quelqu’un que je ne connais pas » dit en souriant une vieille dame aux rides ancestrales. Sans jamais forcer le trait Giorgio Diritti conduit son propos avec discernement sur l’acceptation de l’autre, et la tolérance qu’elle nécessite. Mais l’autre qui ne pense pas comme vous, et viens de nulle part est rejeté, sous des prétextes multiples. Une façon de travailler, un mode de vie, de penser, comme l’a aussi très bien chanté Christine Authier ( «  Les Villageois » - 1979 ) Thierry Toscan est un beau personnage, aux côtés de son épouse jouée par Alessandra Agosti. Tous les villageois sont  interprétés par des habitants de la région . Un bien beau casting au service d’un film qui n’en finit pas de retourner le problème. C’est bien le vent qui fait son tour.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Los Delincuentes » de Rodrigo Moreno. Critique cinéma

Délinquants je veux bien, mais de la à en faire des tonnes !

Laisser un commentaire