Accueil » Les critiques » Critiques DVD »  » Les révoltés de l’île du diable » de Marius Holst. Critique dvd

 » Les révoltés de l’île du diable » de Marius Holst. Critique dvd

Synopsis: Hiver norvégien, début du 20ème siècle. Dans la maison de redressement de Bastoy, un nouveau détenu pousse les autres à se révolter contre une direction autoritaire et brutale. Une violente émeute commence alors mais jusqu'où sont-ils prêts à aller ?

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Les révoltés de l-île du diable"
De : Marius Holst
Avec : Stellan Skarsgard, Benjamin Helstad,Kristoffer Joner , Trond Nilssen
Sortie le : 24 octobre 2012
Distribution : FILMEDIA - MEP
Durée : 115 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Au début du XXe siècle, dans l’hiver norvégien d’une maison de redressements, des garçons subissent l’autorité faussement paternelle, d’un directeur secondé par un « valet » que les jeunes doivent appeler maître.
Le temps a déteint sur les visages, et dans les maisons. Tout y est froid, glacial, jusqu’aux mots à peine murmurés, mais toujours terribles pour dire la soumission, l’ordre et l’abandon.
Le plus étonnant c’est que Marius Holst nous fait un état de ces lieux sans grands éclats, décrivant méthodiquement le quotidien des pensionnaires, pliant l’échine et parlant peu. Jusqu’au jour où l’arrivée d’un solide gaillard Erling, harponneur de son état, va chambouler ce strict ordonnancement.
La trame est tout à fait classique, et le réalisateur l’aborde semble-t-il sans en bouleverser les codes. Mais tout sur l’image nous dit le contraire. Le bleu délavé de la campagne norvégienne force l’élan poétique de l’horizon sans fin. Et s’ils n’étaient pas prisonniers de l’île et de ses occupants, le sourire des enfants est d’un angélisme confondant.

photo-Les-Revoltes-de-l-ile-du-diable-Kongen-av-Bastoy-2010-9

Aidé par un scénario joliment écrit, Hoslt joue parfaitement du contre-pied, en reprenant l’histoire de la baleine harponnée par Erling et qui mettra une journée avant de baisser pavillon. Le jeune marin la raconte à son camarade qui page après page l’écrit fiévreusement.
C’est une métaphore superbe, quand, dans la maison de correction, des petits êtres blessés à vie, résistent en silence. On pressent le danger, bien évidemment, mais Holst poursuit ses cadres élégants et cette direction d’acteurs qui sublime son propos. Une ambiance à la Haneke dans « Le Ruban blanc », insidieuse et perverse, qui se doit de protéger les apparences, quand derrière la façade tout n’est que soumission et bassesse.
Comme Holst délaisse les travers d’une répression à tout va, pour composer avec des rapports de force exigeants, les comédiens trouvent très rapidement le juste ton pour se fondre dans un tel paysage.

Seuls les deux adultes du film sont des acteurs professionnels : Stellan Skarsgard, (le gouverneur), et Kristoffer Joner, (le surveillant). Tous les jeunes acteurs du film sont des débutants dont quelques-uns ont véritablement séjourné en prison.

  •  « Bastoy boys » (48 mn). Pour raconter la véritable histoire de cette maison de correction, aujourd’hui fermée, un documentaire a été monté et tourné de manière très impressionnante. Il s’agit d’un assemblage d’images d’archives et du film, avec le témoignage d’anciens pensionnaires, de gens qui y ont travaillé, comme le cordonnier et les commentaires de certains comédiens. L’ensemble est parfaitement assimilé et on ne lâche pas un instant. Il y a plusieurs moments forts, dont celui des retrouvailles entre un ancien pensionnaire et le cordonnier de l’époque. Séquence émotion, comme ils disent à la télé…
  •  Mais aussi. Le réalisateur Marius Holst a  discuté avec trois hommes qui ont séjourné à Bastoy dans les années 30 et 40, ce qui lui a permis d’obtenir des témoignages directs afin de nourrir le scénario.

D’autres films ont abordé le sujet difficile des maisons de correction ou prisons pour mineurs, dont Sleepers, de Barry Levinson (1995), Les Hauts murs de Christian Faure (2006) et Dog Pound de Kim Chapiron (2010).

Au début du XXe siècle, dans l’hiver norvégien d’une maison de redressements, des garçons subissent l’autorité faussement paternelle, d’un directeur secondé par un « valet » que les jeunes doivent appeler maître. Le temps a déteint sur les visages, et dans les maisons. Tout y est froid, glacial, jusqu’aux mots à peine murmurés, mais toujours terribles pour dire la soumission, l’ordre et l’abandon. Le plus étonnant c’est que Marius Holst nous fait un état de ces lieux sans grands éclats, décrivant méthodiquement le quotidien des pensionnaires, pliant l’échine et parlant peu. Jusqu’au jour où l’arrivée d’un solide gaillard Erling, harponneur…

Review Overview

Le film
Les bonus

User Rating: Be the first one !
Les révoltés de l'île du diable (DVD) de Marius Holst
Date de sortie du DVD : 10 October 2012
Format : Couleur, PAL
Studio : Filmedia
Duree : 115 minutes

PRIX : EUR 4,99 (Prix de depart : EUR 4,99)

Voir aussi

« Police fédérale Los Angeles » de William Friedkin. Critique Blu-ray

Le dernier coffret collector de l'année chez Carlotta, le père Noël ne viendra pas pour rien

2 Commentaires

  1. Un des meilleurs films de l’année 2011, à découvrir !

    Je pense opter pour ma part pour le BR 🙂

Laisser un commentaire