Accueil » Roman adapté (page 10)

Roman adapté

« Center of my world » de Jakob M. Erwa. Critique dvd

Meilleur dvd Novembre 2017 ( 9 ème ) Adapté du roman « Le milieu du monde » d’Andreas Steinhöfer, best-seller en Allemagne L’idée de ne pas avoir de père le tarabuste. Dianne sa sœur jumelle n’en dit trop rien, mais elle est de plus en plus distante, et secrète.  « Un petit froid sec …

lire »

« Le Musée des merveilles » de Todd Haynes. Critique cinéma

D’après le roman illustré pour enfants « Wonderstruck » de Brian Selznick.- A première vue (premier degré ?) ça n’a guère de sens. Un demi-siècle sépare les deux histoires, du noir au blanc à la couleur, en parallèles établies au forceps par un réalisateur qui a hâte semble-t-il d’en venir aux faits. Ce qu’il …

lire »

« The last girl » de Colm McCarthy. Critique dvd

Meilleur dvd Novembre 2017 ( 8 ème ) « Récolter des données fait partie de ma mission » dit la doctoresse. « Notre mission maintenant est de ne pas faire partie du menu » répond l’officier. D’après le roman de Mike Carey « The Girl with All the Gifts » Je ne suis pas adepte de …

lire »

« Au-revoir là-haut » de Albert Dupontel. Critique cinéma

César du meilleur réalisateur, de  la meilleure adaptation, des meilleurs costumes, des meilleurs décors de la meilleure photographie… – Christophe Julien : Prix Ucmf 2018  ( Union des compositeurs de musique de films ) . – Film après film, Nahuel Pérez Biscayart atteint les sommets. « 120 battements par minute » à peine projeté …

lire »

« Le Salaire de la peur » de Henri Georges Clouzot. Critique dvd

D’après le roman éponyme de Georges Arnaud.- BAFTA (césar anglais) du Meilleur film en 1955, Ours d’or au Festival de Berlin en 1953, prix d’interprétation pour Charles Vanel et Grand Prix (la Palme d’Or n’existe pas encore) du Festival de Cannes 1953. Racistes, misogynes, machistes, phallocrates, les personnages de Clouzot …

lire »

« Orlando » de Sally Potter. Critique Dvd

Un homme, une femme, où est la différence demande Virginia Woolf dans un roman que Sally Potter retranscrit sur grand écran avec le même questionnement. Tilda Swinton alors balbutiante, mais androgyne à souhait épouse joliment le personnage de papier pour en faire une icône cinématographique. On l’appelle Orlando, jeune noble …

lire »