Accueil » A la une » « Nous finirons ensemble » de Guillaume Canet. Critique cinéma

« Nous finirons ensemble » de Guillaume Canet. Critique cinéma

Synopsis: Préoccupé, Max est parti dans sa maison au bord de la mer pour se ressourcer. Sa bande de potes, qu’il n’a pas vue depuis plus de 3 ans débarque par surprise pour lui fêter son anniversaire ! La surprise est entière mais l’accueil l’est beaucoup moins... Max s’enfonce alors dans une comédie du bonheur qui sonne faux, et qui mettra le groupe dans des situations pour le moins inattendues.

La fiche du film

Le film : "Nous finirons ensemble"
De : Guillaume Canet
Avec : François Cluzet, Marion Cotillard
Sortie le : 01/05/2019
Distribution : Pathé
Durée : 135 Minutes
Genre : Comédie dramatique
Type : Long-métrage
Le film

Il n’est pas nécessaire nous dit-on d’avoir vu «  Les petits mouchoirs » pour comprendre ce qui s’apparente à une suite. Effectivement.

Mais si l’on a vu et apprécié ce premier chapitre, il n’est pas nécessaire de voir « Nous finirons ensemble » redite estimable d’un catalogue estival pour richards en goguette.

En retrouvant le bassin d’Arcachon, on se prend à espérer quelques escapades nouvelles, entre copains bien vivants. Que nenni, façon promo touristique à fond, ce sont des plages et le soleil à tire larigot, avec survol des lieux ( magnifiques )  lors d’une séance de parachutes, bien inutile pour le scénario, mais certainement profitable à la publicité du coin.

Ca sent l’échange de bons procédés . Entre la production dépassée par les répétitions du précédent essai et un office régional du tourisme réjouit d’une telle ouverture sur la dune du Pila.

De là à imaginer une histoire cohérente et dynamique, Rodolphe Lauga  ( co-scénariste ) et Guillaume Canet  n’y arrivent pas. Ils s’essoufflent vite. De la caricature boboiste à l’exagération pure et simple, ça sonne faux.

Mélange de quiproquos et de situations alambiquées, l’histoire reprend le cours de cette vieille amitié usée par le temps et les malentendus. Les enfants ont grandi,  d’autres sont nés, les parents n’ont plus les mêmes priorités…

Mais comme le cœur y est encore un peu, on se rabiboche, on fait la fête , en oubliant ses soucis, les amours contrariées et celles que l’on va peut-être ranimer. Au milieu de tout ça,  Max cache difficilement sa peine, ses déboires financiers et un mal de vivre qui ne demande qu’à finir solitaire.

François Cluzet est pathétique dans ce rôle à l’emporte-pièce. Il n’est pas le seul. Plus d’un comédien traîne la patte pour trouver le bon tempo. On se raccroche à Gilles Lellouche, bien ordonné dans son propre personnage de comédien star, aux côtés de Marion Cotillard, quasiment de tous les plans, et assurant avec décontraction et talent son rôle de grande gueule.

Un couple à l’écran qui fonctionne assez bien mais sans le charme d’autrefois. On ressort alors nos petits mouchoirs …

Il n’est pas nécessaire nous dit-on d’avoir vu «  Les petits mouchoirs » pour comprendre ce qui s’apparente à une suite. Effectivement. Mais si l’on a vu et apprécié ce premier chapitre, il n’est pas nécessaire de voir « Nous finirons ensemble » redite estimable d’un catalogue estival pour richards en goguette. En retrouvant le bassin d’Arcachon, on se prend à espérer quelques escapades nouvelles, entre copains bien vivants. Que nenni, façon promo touristique à fond, ce sont des plages et le soleil à tire larigot, avec survol des lieux ( magnifiques )  lors d’une séance de parachutes, bien inutile pour le scénario,…
Le film

 Cette fois les tendances boboistes entrevues sur «  Les petits mouchoirs » s’affichent pleinement dans cette revue touristique et immobilière sur un site estival à nul autre pareil. Mais ce que l’on demande au cinéma ce n’est pas de nous vanter  les charmes d’une région , mais une histoire cohérente dans un décor qui l’accompagne logiquement. Guillaume Canet renverse ici quasiment l’ordre des choses en remplissant villas mirifiques et sable à perte de vue, de personnages égarés dans une aventure qui ne leur ressemble plus. La même bande de copains, la même urgence ( ou presque ) pour faire la fête, mais au bout du compte, bien du mal à coordonner tout ça . Et alors l’envie d’aller voir si dans le Golfe du Morbihan l’immobilier est plus abordable …

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Joker » de Todd Phillips. Critique cinéma

Il y a 35 ans, un film américain nous relatait l’état du pays à travers …

Laisser un commentaire