Accueil » A la une » « Nina Wu » de Midi Z. Critique cinéma

« Nina Wu » de Midi Z. Critique cinéma

Synopsis: Nina Wu a tout quitté pour s’installer à Taipei dans l’espoir de faire une carrière d’actrice. Un jour, son agent lui propose le casting du rôle principal d’un film d’espionnage. Malgré sa réticence à la lecture des scènes de nu et de sexe, Nina se rend à l’audition.

La fiche du film

Le film : "Nina Wu"
De : Midi Z
Avec : Wu Ke-Xi, Vivian Sung
Sortie le : 08/01/2020
Distribution : Epicentre Films
Durée : 103 Minutes
Genre : Thriller, Drame
Type : Long-métrage
Le film

Le monde culturel asiatique n’échappe pas aux révélations scabreuses sur l’état de délabrement moral d’une population mâle dominante. Des rapports sexuels pour une signature de contrats, des gestes contraints à la demande d’un comédien, une jeune femme violée par son professeur : deux des victimes se sont suicidées…

Je ne connais pas la part de ressenti et de vécu de la part de l’actrice et scénariste Wu Ke-Xi avec l’histoire de Nina Wu, cette jeune femme qui rêve de son premier film. Wu Ke-Xi  l’interprète aussi grandement, sans forte retouche sur les avanies provoquées par un système patriarcal abject.

Il y a beaucoup de ces femmes dans son jeu incandescent, dans son regard craintif, sa démarche hésitante.

La femme abandonnée au pouvoir des hommes. Celui de ce réalisateur sans complaisance vis-à-vis de son héroïne qu’il maltraite et bouscule dans les scènes les moins caractéristiques. Pour obtenir sa colère, il la pousse à bout.

Stressée, sous-pression, du petit matin aux angoisses de la nuit, Nina Wu vit son rêve comme un cauchemar, mais s’y tient. La concurrence est rude. C’est son existence qu’elle prend en main quand loin de sa famille, elle revit le bonheur passé auprès des siens et de ses amours.

Wu Ke-Xi-Nina Wu n’est pas seule dans sa galère que le vrai réalisateur accompagne tout aussi radicalement. Midi Z évoque souvent l’affaire Weinstein sans jamais s’y complaire ou bien de manière sibylline. Jusqu’à la révélation finale, tout au bout du couloir de ce grand hôtel de Taïpei où le producteur a élu domicile.

Une scène que le réalisateur reprendra à plusieurs reprises, exténuant la comédienne

Avait-on  besoin de tout cet étalage pour nous ramener à l’évocation de ce traitement sexiste inhumain ?

Dramatique au résultat. Insultes et soumissions dans une conduite onirique qui exprime peut-être encore mieux le mal(e) qui la ronge, et la détruit à petit feu.

Wu Ke-Xi est inébranlable, Nina Wu, plus vulnérable, comme dans un film de David Lynch où le rouge flamboie. Ces tentures, ces couloirs, ces robes couleur de l’amour dit-on. Où se mêlent le feu et le sang.

Le monde culturel asiatique n’échappe pas aux révélations scabreuses sur l’état de délabrement moral d’une population mâle dominante. Des rapports sexuels pour une signature de contrats, des gestes contraints à la demande d’un comédien, une jeune femme violée par son professeur : deux des victimes se sont suicidées… Je ne connais pas la part de ressenti et de vécu de la part de l’actrice et scénariste Wu Ke-Xi avec l’histoire de Nina Wu, cette jeune femme qui rêve de son premier film. Wu Ke-Xi  l’interprète aussi grandement, sans forte retouche sur les avanies provoquées par un système patriarcal abject. Il y…
Le film

C’est je crois l'un des tous premiers films qui réellement traite du harcèlement sexuel et pire encore dans le milieu du cinéma, voire plus largement, celui de la culture. Wu Ke-Xi qui a écrit le scénario l’interprète également avec sinon un vécu, tout du moins un ressenti qui à l’écran échafaude un univers complètement inhumain. A Taipei une actrice et une romancière se sont suicidées après des traitements sexistes à leur égard. Wu Ke-Xi a pu s’inspirer de leur calvaire pour rapporter celui de cette jeune femme dont le rêve est de jouer un personnage conséquent dans un film. Pour obtenir le rôle il lui faudra passer par bien des étapes dégradantes, humiliantes face à une autorité sans limite. On pense bien évidemment à l’affaire Weinstein avec un final très éloquent en la matière. Je crois personnellement qu’il n’était pas nécessaire, tant la mise en scène explicite et le jeune inébranlable de Wu Ke-Xi ont su nous mener dans ces coulisses  post-#MeToo.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« 1917 » de Sam Mendes. Critique cinéma

La filmothèque de la première guerre mondiale se renouvelle. Elle s'enrichit !

Laisser un commentaire