Accueil » A la une » « Monsieur Ripois » de René Clément. Critique cinéma

« Monsieur Ripois » de René Clément. Critique cinéma

Synopsis: André Ripois, un Français exilé à Londres, est un Don Juan. Sa femme Catherine, va demander le divorce. Entre plusieurs liaisons opportunistes, l’homme s'éprend de Patricia, une amie de sa femme . Il  utilise pour la séduire de nombreux stratagèmes.

La fiche du film

Le film : "Monsieur Ripois"
De : René Clément
Avec : Gérard Philipe, Natasha Parry
Sortie le : 19/05/1954
Distribution : Les Acacias
Durée : 100 Minutes
Genre : Comédie dramatique
Type : Long-métrage
Le film
  • Reprise cinéma : 08 Juin 2022

D’après « Monsieur Ripois et la Némésis» de Louis Hémon. (1950)

Le romanesque à l’extrême, le cinéma n’en fait plus trop aujourd’hui. Une vision amoureuse folle et débridée, des conquêtes sans lendemain, un récit d’un autre âge. Malgré l’allant presque naturel de Gérard Philippe, l’ennui nous guette parfois.

Mais pas Monsieur Ripois . Il papillonne d’un jupon à l’autre, parfois rejeté, souvent aimé. Contrarié alors par tant d’aisance , il passe à autre chose . Monsieur Ripois est français, exilé à Londres. Le détail ajoute à son trait de caractère, ce je ne sais quoi de prétentieux.

Son épouse Catherine  (Valerie Hobson) a demandé le divorce. Elle se confie à Patricia (Natasha Parry), sa meilleure amie.

Mr Ripois va en tomber amoureux, bien évidemment. Mais cette fois avec une sincérité qu’il jure sans effet, ni calcul. Au point de lui révéler comment il séduit autant de femmes, et comment il les quitte. Le séducteur tombe le masque mais Patricia demeure sur ses gardes .

Elle l’écoute prudemment raconter cette vie de dandy que René Clément filme avec plus d’intérêt que lui procure la narration. Les scènes londoniennes sont merveilleusement rapportées ( en caméras cachées  ) dans un cadre où le héros se fond avec bonheur. Ici les femmes ne manquent pas.

Au travail, sa supérieure (Margaret Johnston ) n’est pas tendre avec lui, mais il suffit d’un signe …

 

Dans le huis-clos des appartements ou des chambres, il est tout aussi à l’aise pour accompagner ses déambulations plus ou moins sentimentales. La scène du professeur de français à la sauvette est magnifique…

Mr Ripois est sournois et puéril. Bravache devant sa supérieure au travail, pitoyable avec Marcelle (Germaine Montero ), une prostituée française qui va lui offrir le gîte et le couvert. Et qu’il va trahir …

Le jeu des miroirs, leurs reflets, René Clément use de ces cadres naturels pour y inscrire ce personnage, si pitoyable, qu’il ira jusqu’à la menace d’un suicide par défenestration. La suite est laissé à l’appréciation du spectateur. Personnellement je l’ai trouvé ridicule.

Reprise cinéma : 08 Juin 2022 D’après « Monsieur Ripois et la Némésis» de Louis Hémon. (1950) Le romanesque à l’extrême, le cinéma n’en fait plus trop aujourd’hui. Une vision amoureuse folle et débridée, des conquêtes sans lendemain, un récit d’un autre âge. Malgré l’allant presque naturel de Gérard Philippe, l’ennui nous guette parfois. Mais pas Monsieur Ripois . Il papillonne d’un jupon à l’autre, parfois rejeté, souvent aimé. Contrarié alors par tant d’aisance , il passe à autre chose . Monsieur Ripois est français, exilé à Londres. Le détail ajoute à son trait de caractère, ce je ne sais quoi de…
Le film

Dans ce «  Monsieur Ripois », c’est  la forme plus que le fond ( sur le donjuanisme ) qui m’intéresse. Dans un environnement assez classique du cinéma français René Clément parait expérimenter quelques techniques. Le filmage en caméras cachés dans les rues de Londres, la position des cadres naturels ( les miroirs, les entrebâillements …) et la façon dont ils accompagnent la narration. Un séducteur hors-pair, français exilé à Londres, raconte sa vie amoureuse, ses conquêtes et ses combines pour les attirer, à la seule femme qu’il dit vraiment aimer. Elle se méfie, mais l’écoute au fil des rencontres que René Clément filme soigneusement. Gérard Philippe joue les coqs et les Dons Juans de très belle manière avec un environnement féminin de fort belle allure. Si aujourd’hui les noms de Natasha Parry, Valerie Hobson, Joan Greenwood sont passés de mode, ces dames ont sûrement leur place dans un panthéon particulier .

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« La dernière nuit de Lise Broholm » de Tea Lindeburg. Critique cinéma

Une libre adaptation du roman « A Night of Death » de Marie Bregendahl (1912). …

Laisser un commentaire