Accueil » A la une » « Les Producteurs » de Mel Brooks. Critique cinéma

« Les Producteurs » de Mel Brooks. Critique cinéma

Synopsis: Jadis célèbre producteur à Broadway, Max Bialystock est contraint de soutirer de l’argent à de riches octogénaires libidineuses en faisant le gigolo. Un jour débarque le timide et névrosé Leo Bloom, chargé de vérifier ses comptes. Constatant des irrégularités, il remarque qu’il y aurait beaucoup d’argent à se faire en montant un spectacle qui serait un flop immédiat. Les deux comparses tombent alors sur le projet parfait : « Le Printemps d’Hitler » une comédie musicale d’un certain Franz Liebkind. Max et Leo tiennent là un four assuré, pensent-ils. Mais le public n’a pas encore tranché

La fiche du film

Le film : "Les Producteurs"
De : Mel Brooks
Avec : Dick Shawn, Kenneth Mars
Sortie le : 22/08/2018
Distribution : Carlotta Films
Durée : 90 Minutes
Genre : Comédie
Type : Long-métrage
le film
  • Ce qu’en dit la promotion.

Premier long-métrage de Mel Brooks en tant que réalisateur (1971), « Les Producteurs » est une plongée saisissante dans l’univers décalé du grand maître de la comédie loufoque à l’américaine. Campée par le duo Zero Mostel et Gene Wilder, cette histoire de combine qui tourne mal multiplie les scènes d’anthologie et repousse un peu plus loin les frontières du bon goût.

  • Ce que j’en pense

Il est possible qu’en 1971, ce genre de comédie loufoque, débridée, excessive pouvait fonctionner dans un environnement fantaisiste en quête de nouveauté. Ce qui ne semble plus être le cas. Les atermoiements d’un petit comptable minable dépassé par les événements ne font guère recette.

Si les arguments du producteur déshérité sont étonnamment fleuris ( Zero Mostel, à fond la caisse ) et percutants (« Chenille, vous ne voulez pas devenir papillon ? »), l’exagération des situations téléphonées et l’interprétation appuyée donnent vite le tournis.

Alors que l’idée de départ était intéressante (pour que des investisseurs ne réclament pas leur bénéfice, on va massacrer l’œuvre supposée en rapporter) le scénario assez prévisible délaisse les à-côtés.

Des thèmes plus ou moins secondaires (l’homosexualité, le féminisme, le nazisme…)  abordés de telle manière que je ne sais toujours pas si l’hystérie ambiante qui les accompagne  leur donne raison.

Dans un monde où tout est gris, constate le petit fonctionnaire « je passe mon temps à compter l’argent des autres ».

Ce qu’en dit la promotion. Premier long-métrage de Mel Brooks en tant que réalisateur (1971), « Les Producteurs » est une plongée saisissante dans l’univers décalé du grand maître de la comédie loufoque à l’américaine. Campée par le duo Zero Mostel et Gene Wilder, cette histoire de combine qui tourne mal multiplie les scènes d’anthologie et repousse un peu plus loin les frontières du bon goût. Ce que j’en pense Il est possible qu’en 1971, ce genre de comédie loufoque, débridée, excessive pouvait fonctionner dans un environnement fantaisiste en quête de nouveauté. Ce qui ne semble plus être le cas. Les atermoiements…
le film

Je trouve encore étonnant de ressortir ce genre de bouffonnade hystérique qui pouvait au début des années soixante-dix combler le vide du genre fantaisiste. Sur une idée de départ intéressante (pour que des investisseurs ne réclament pas leur bénéfice, on va massacrer l’œuvre supposée en rapporter) le scénario assez prévisible délaisse les à-côtés. Loufoque, débridée, excessive, la comédie du comptable qui devient escroc presque malgré lui ne fait pas recette.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Un amour impossible » de Catherine Corsini. Critique cinéma

Virginie Efira, admirable (désormais un lieu commun) avec Estelle Lescure et Jehnny Beth qui de l’âge ado à l’adulte confèrent au film toute sa force, sa beauté,ses espoirs

Laisser un commentaire