Accueil » A la une » « Le Prodige inconnu » de François Girard. Critique Blu-ray

« Le Prodige inconnu » de François Girard. Critique Blu-ray

Synopsis: Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Simmonds, couple londonien aisé, et leur fils Martin accueillent  le jeune Dovidl, prodige du violon d’origine juive. Sa famille est restée à Varsovie. Méfiants, les garçons finissent par nouer un lien fraternel. Une fois la guerre terminée, plus rien ne semble pouvoir les séparer. Mais à la veille de son premier concert, Dovidl disparaît mystérieusement. Commence alors pour Martin une longue enquête …

La fiche du film

Le film : "Le Prodige inconnu"
De : François Girard
Avec : Tim Roth, Clive Owen
Sortie le : 01/01/1970
Distribution :
Durée : 114 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film

Après «  Le Virtuose », François Girard reprend le violon comme sujet fédérateur du récit qu’il porte cette fois au cœur de la seconde guerre mondiale. Inquiet des rafles juifs à Varsovie, Mr Rapaport confie à Londres son jeune fils Dovidl à la famille Simmonds .

Dovidl est un violoniste prometteur.

Un talent  forgé sur un caractère déjà bien formé pour ses neuf ans. Martin le fils de la famille l’apprend à ses dépens, mais tout aussi alerte, répond du tac au tac. Il va falloir un peu de temps avant que le duo ne scelle une amitié totale, soudée par la musique et l’adolescence en goguette.

 

Cette amitié naissante,  le réalisateur la conte avec envie, dans le sépia d’une époque qui rapidement se déchire au rythme des bombardements et des disparitions. Un temps prisonnier du ghetto de Varsovie, puis déportés à Treblinka, à la fin de la guerre, aucune nouvelle ne parvient sur les parents de Dovidl.

A jamais plongé dans l’ignorance, le jeune prodige ( Jonah Hauer-King) se forge une autre armure où sa foi originelle et toutes les croyances n’ont plus lieu de cité. Il sera donc, ce David désormais, virtuose de l’archet à la veille de triompher sur les scènes du monde entier.

Porteur d’une destinée où l’absence et l’inconnu le marquent à jamais. Un mystère pesant qu’il contribue à nourrir le jour de son premier concert : il ne viendra pas ! Ce jour-là David Rapaport a disparu.

Luke Doyle interprète Dovidl dans sa jeunesse, un comédien très prometteur

35 ans plus tard, Martin décide de repartir sur les pas de ce faux-frère, celui qui a abandonné « sa » famille, et ruiné les espoirs de son père.

Le passé s’aligne sur le présent, à moins que ce ne soit l’inverse. Mais la mise en scène de Girard, sa scénographie, fonctionnent sans heurt ni répétition entre l’adolescence et les souvenirs qui ressurgissent au fil de l’enquête.

Martin remonte à contre-courant et nous entraîne tout aussi passionnément dans cette recherche où la religion et le fanatisme s’entrechoquent pour ouvrir le chemin à un homme qui voulait renouer avec son passé pour mieux vivre le temps présent. Vivre sa foi.

Sur les traces d’un fantôme …

Clive Owen joue le rôle de manière très convaincante, affinant au fil des ans une personnalité extrême, que de jeunes comédiens esquissent tout aussi parfaitement aux différents étapes de son existence. La réplique de Tim Roth est tout aussi lumineuse, bien que très en retrait dans ce contexte  .

Catherine McCormack, son épouse, Stanley Townsend, son père … l’affiche se déroule sans faillir. Ce film et ce prodige méritent d’être connus.

Meilleur DVD Mars 2022 ( 3ème ) DVD : 02 Mars 2022 Adapté du roman éponyme de Norman Lebrecht (2001). Après «  Le Virtuose », François Girard reprend le violon comme sujet fédérateur du récit qu’il porte cette fois au cœur de la seconde guerre mondiale. Inquiet des rafles juifs à Varsovie, Mr Rapaport confie à Londres son jeune fils Dovidl à la famille Simmonds . Dovidl est un violoniste prometteur. Un talent  forgé sur un caractère déjà bien formé pour ses neuf ans. Martin le fils de la famille l’apprend à ses dépens, mais tout aussi alerte, répond du…
Le film

Une belle histoire d’amitié au cœur de la seconde guerre mondiale sur laquelle le réalisateur s’appuie pour donner une toute autre résonnance à cette page d’Histoire , toujours à réécrire. François Girard le fait avec précaution pour suivre le parcours d’un jeune violoniste prodige Dovild, qui de Varsovie à Londres rejoint une famille de cœur au sein de laquelle le jeune Martin va devenir plus qu’un frère. Mais la disparition du musicien la veille de son premier concert jette le discrédit sur le héros qui ne donnera plus de nouvelle. Après son père, Martin décide alors de partir sur les traces de celui qui est devenu David. Le passé s’aligne alors sur le présent, à moins que ce ne soit l’inverse. Mais la mise en scène de Girard, sa scénographie, fonctionnent sans heurt ni répétition entre l’adolescence et les souvenirs qui ressurgissent au fil de l’enquête. Celle qui ouvre le chemin à un homme qui voulait renouer avec son passé pour mieux vivre le temps présent.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Retour » de Hal Ashby. Critique Blu-ray. Coffret collector. Les Suppléments

Le Collector porte bien son nom, tous les bonus ouvrent la voie à l'aventure du cinéma

Laisser un commentaire