Accueil » A la une » « Le Cid » d’Anthony Mann. Critique Blu-ray

« Le Cid » d’Anthony Mann. Critique Blu-ray

Une grande réalisation comme on n'en fait plus sur des sujets que l'on n'abordent plus

La fiche du film

Le film : "Le Cid"
De : Anthony Mann
Avec : Charlton Heston, Sophia Loren
Sortie le : 13/12/1961
Distribution : Rimini Editions
Durée : 184 Minutes
Genre : Drame, Aventure, Romance
Type : Long-métrage
Le film
Les bonus
  • Acteurs ‏ : ‎ Charlton Heston, Sophia Loren, Raf Vallone, Geneviève Page, John Fraser
  • Dvd ‏ : ‎ 16 février 2022
  • Langue ‏ : ‎ Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS-HD 2.0)
  • Sous-titres : ‏ : ‎ Français
  • Studio  ‏ : ‎ Rimini Editions

Dans la catégorie des péplums et autres grandes fresques historiques du cinéma, «  Le cid » est à mon avis un peu trop délaissé.  Plusieurs raisons peuvent et doivent nous faire adhérer à ce genre de production.

Le réalisateur américain a repris quasiment à la lettre la véritable histoire de Rodrigo Diaz de Bivar. Il combattit les Musulmans pour les chasser de l’Espagne alors en proie à des divisions au plus haut sommet de la royauté.

Ses exploits furent rapportés par des chansons de geste, bien avant que maître Corneille s’empare du sujet . Sous le regard passionné de Anthony Mann , je me laisse une nouvelle fois embarquer dans cette aventure à la fois chevaleresque et romantique , qui dure près de trois heures et qui cependant nous file entre les doigts.

Plusieurs scènes sont devenues mythiques : grandiose, celle du  Cid affrontant  le futur roi, lui demandant de jurer sur la bible qu’il n’a pas trahi . Les entrées et sorties de Valence ne manquent pas de panache avec des centaines et des centaines de chevaux qui vont et viennent .

A l’époque on avait les moyens de la figuration et les décors, pour toutes ces scènes gigantesques de batailles ( parfaitement filmées ) ou de galopades époustouflantes. Quand il s’agit de ralentir le rythme, ce sont des apartés suspicieux, des affrontements éloquents et autres faces à faces qui forgent la destinée d’un pays

Avec un couple mythique.  Charlton Heston, et Sophia Loren emportent tous les suffrages sans faire de l’ombre aux rôles qui ne sont pas vraiment secondaires .A  l’image des deux frères se disputant le trône du père à peine refroidi ( Gary Raymond ,et John Fraser ) ou bien encore Geneviève PageDans le personnage de la sœur comploteuse , notre française est parfaite.

LES SUPPLEMENTS

  • Une figure  christique (25 mn ) Avec Jean-François Rauger, directeur de la Cinémathèque. Dans la petite histoire de ce grand film, il relève que plusieurs scénaristes interviennent sur l’écriture, Charlton Heston et Sophia Loren trouvant que l’histoire n’est pas assez étoffée.

Le couple est immédiatement choisi pour les rôles, avec un succès assuré pensent les producteurs. Le style shakespearien de l’interprétation d’Heston est mis en avant. «  Sur le plateau ça se frottait parfois, Heston était très rigoureux et Sophia Loren commençait à se prendre pour une star. D’ailleurs c’est l’une des raisons pour laquelle il a refusé de jouer dans –La chute de l’Empire Romain- » .

Jean-François Rauger évoque la technique de filmage particulière sur les westerns de Mann qu’il va prolonger avec ses péplums. Sur la largeur de l’image, l’espace découpé en alvéoles, «  une image formellement travaillée ».

Une image du tournage, plutôt rare à l’époque
  • Le Cid ou la figure de Franco ( 12 mn )-Avec Samuel Blumenfeld – Le critique explique comment Franco sous la dictature espagnole reprend le projet à son  compte. « Il déclare le film d’intérêt général, cette figure du Cid, c’est moi. Il offre de nombreuses facilités pour le tournage, dont des milliers de figurants »

« A ses yeux, ce film a bien pour vocation à servir sa propagande, il remet l’Espagne sur la carte du monde. (…) Si on néglige cet aspect-là on ne comprend plus rien au film (…) A bien des égards Samuel Bronston le producteur se met au service du régime franquiste   ».

« C’est l’un des derniers vestiges d’un art en train de disparaître , ce sera encore plus le cas avec «  La chute de l’Empire romain », nous arrivons au bout d’un certain cinéma et nous montrons la fin d’un empire ».

  • « Le Cid » film d’animation, de Emmanuelle Gorgiard ( 25 mn ) et son making of ( 7 mn ). Une belle surprise ce court-métrage d’animation , réalisé cette fois sur la base de la tragédie cornélienne . Il aura fallu huit ans aux deux concepteurs pour mener à bien leur projet pour un coût de 600.000 € . « Il nous en aurait fallu un bon de tiers de plus estime le producteur , « mais au final , ça se tient »  . Effectivement , le regard iconoclaste de ces petites bestioles sur le mythe espagnol est des plus sympathique . Et le final Rodrigue -Chimène sur  un pas de flamenco des plus réussi .

« La chorégraphie a été assurée par une chorégraphe professionnelle .  Pour exprimer la préciosité, l’élégance et la cruauté du propose , d’une pièce en alexandrin que nous avons conservés, j’ai pensé que des insectes étaient tout indiqués »précise sa réalisatrice Emmanuelle Gorgiard.

On assiste à la fabrication de quelques «personnages» et au  filmage , suivi des prises studio  en compagnie de Sergi Lopez ( l’accent catalan de circonstance ) , et Dominique Besnehard

Acteurs ‏ : ‎ Charlton Heston, Sophia Loren, Raf Vallone, Geneviève Page, John Fraser Dvd ‏ : ‎ 16 février 2022 Langue ‏ : ‎ Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS-HD 2.0) Sous-titres : ‏ : ‎ Français Studio  ‏ : ‎ Rimini Editions Dans la catégorie des péplums et autres grandes fresques historiques du cinéma, «  Le cid » est à mon avis un peu trop délaissé.  Plusieurs raisons peuvent et doivent nous faire adhérer à ce genre de production. Le réalisateur américain a repris quasiment à la lettre la véritable histoire de Rodrigo Diaz de Bivar. Il combattit les Musulmans pour les chasser de l’Espagne alors en proie…
Le film
Les bonus

Une grande réalisation comme on n'en fait plus sur des sujets que l'on n'abordent plus, ou alors avec une foultitude d'effets spéciaux .Ici la pertinence d'un réalisateur avec des comédiens qui jouent le drame à fond, tout à fait en adéquation avec le décorum de l'époque , ça fonctionne . En prenant pendant trois heures un grand plaisir on peut toujours réfléchir aux thèmes sous-jacents comme l'intolérance et le fanatisme religieux .

AVIS BONUS : Deux suppléments très riches en information . Et un court-métrage d'animation sur le même thème , très original. Des bonus de ce type ajoutent vraiment un supplément d'âme

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Les enfants des autres » de Rebecca Zlotowski. Critique cinéma

La force du titre, chapeautant un sujet qui ne l’est pas moins, voilà de quoi …

Laisser un commentaire