Accueil » A la une » « Ema » de Pablo Larrain. Critique Blu-Ray

« Ema » de Pablo Larrain. Critique Blu-Ray

  • Dvd : 19 janvier 2021
  • Cinéma : 02 septembre 2020
  • Réalisateur : Pablo Larraín
  • ActeursMariana Di Girólamo, Gael García Bernal, Santiago Cabrera, Paola Giannini, Cristián Suárez
  • Durée103 minutes
  • LangueEspagnol 
  • Sous-titresFrançais
  • Studio  : Potemkine Films

 

L’histoire : Interdit aux moins de 12 ans-Ema, jeune danseuse mariée à un chorégraphe de renom, est hantée par les conséquences d’une adoption qui a mal tourné. Elle décide de transformer sa vie.

  • Film :
  • Bonus :   

Ema, c’est une jeune femme dont le regard ne vous lâche pas un instant. Elle est de tous les plans, virevoltante, méchante, inquiétante. Et surtout aimante d’un amour désordonné depuis qu’elle a rendu Polo aux services sociaux, l’enfant qu’elle venait d’adopter.

La séparation augure celle du couple qu’elle forme avec Gaston, un chorégraphe célèbre qui la fait danser, avec autant de difficultés que vivote le foyer. Ema l’accuse de tous les crimes, lui reproche cruellement sa stérilité et le départ de Polo.

Mariana Di Girólamo et Gael García Bernal, un couple convulsif, anéanti par l’adoption d’un enfant qui ne s’intègre pas au foyer 

Bientôt toute la troupe maugrée contre l’artiste et accompagne fidèlement sa compagne dans une dérive amoureuse et sexuelle, aveugle et contrariée. Ema se donne, reprend, toujours maîtresse de sa destinée qu’elle écrit secrètement pour retrouver Polo.

Elle entreprend un chemin sur lequel Pablo Larrain sème des petits cailloux qui nous permettent souvent de retrouver l’héroïne, parfois tout aussi paumée que le spectateur.

Entre deux chorégraphies reggaeton , le style qu’elle revendique face à son mentor contrarié, Ema se perd dans le lit des hommes et des femmes, en quête d’une identité qui ne peut la conduire qu’à devenir mère.

L’obsession se ravive à l’approche des nouveaux parents de Polo qu’elle surveille dans leurs allées et venues. On ne comprend pas le but précis de ces guets, ni ce retour à la vie sociale dans une école où la directrice déjoue toutes les attentes d’un entretien très sensuel.

On ne comprend pas … et ce n’est qu’à l’issue de l’ultime révélation que Pablo Larrain nous sort enfin de ce labyrinthe dans lequel il a pu expérimenter, jusqu’à l’abstraction parfois, les valeurs d’un exercice de style, libre et décomplexé.

Beaucoup d’implications dans la mise en scène, sa singularité, sa complexité. Il en oublie d’assumer la part sensible d’un récit qui me laisse bien perplexe.

LES SUPPLEMENTS

Clip « Real » de E$tado Unido (feat. Stéphanie Janaiana) . D’après les images du film

Chanson « Destino » de E$tado Unido. En sonore uniquement !!!!!

Dvd : 19 janvier 2021 Cinéma : 02 septembre 2020 Réalisateur : Pablo Larraín Acteurs : Mariana Di Girólamo, Gael García Bernal, Santiago Cabrera, Paola Giannini, Cristián Suárez Durée : 103 minutes Langue : Espagnol  Sous-titres :  Français Studio  : Potemkine Films   L'histoire : Interdit aux moins de 12 ans-Ema, jeune danseuse mariée à un chorégraphe de renom, est hantée par les conséquences d'une adoption qui a mal tourné. Elle décide de transformer sa vie. Film : Bonus :    Ema, c’est une jeune femme dont le regard ne vous lâche pas un instant. Elle est de tous les plans, virevoltante, méchante, inquiétante.…
Le film
Les bonus

On ne comprend pas forcément, immédiatement, ce dont parle ici Pablo Larrain ( de la culpabilité ? de l’instinct maternel ? de l’amour bisexuel… ) tant sa mise en scène  se fourvoie dans un labyrinthe où il expérimente, jusqu’à l’abstraction parfois, les valeurs d’un exercice de style, libre et décomplexé. Une jeune danseuse et son mari chorégraphe ont rendu l’enfant qu’ils venaient d’adopter. Chacun se renvoie la faute, avant qu’Ema orienter sa vie dans un sens bien particulier. Celui d’une dérive amoureuse et sexuelle, aveugle et contrariée. Ema se donne, reprend, toujours maîtresse de sa destinée qu’elle écrit secrètement pour retrouver Polo. Le montage tout aussi alambiqué participe à cet état de disgrâce d’une réalisation qui , forte de sa technique et de ses effets, n’assume jamais la part sensible du récit. Même le final où tout est enfin révélé ( encore faut-il être bien attentionné ) se joue à distance, froid et décharné.

AVIS BONUS Un clip ( avec les images du film ) et une chanson de E$tado Unido, pas plus

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

Jodie Foster, charme fatal

Elle vient de triompher au Golden Globes 2021. Retour sur une rencontre qui remonte à la nuit des temps ...

Laisser un commentaire